L’émigration d’Algérie au prisme des rapports sociaux de sexe. Administrer les frontières sexuelles et les (re)-configurations familiales (années 1930-années 1960)

L’émigration algérienne peut être analysée au prisme d’une situation coloniale tant dans les facteurs de départ (cadre juridique, déstructuration de l’agriculture traditionnelle…) que dans les conditions d’existence en métropole (contrôle policier, segmentation de l’habitat et du travail…). Le contrôle de la sexualité (BMC, « maisons de tolérance » maintenues après le vote de la loi dite Marthe Richard) participait de ce gouvernement colonial dont certains dispositifs étaient à l’œuvre sur les deux rives de la Méditerranée. Les frontières géographiques et juridiques (le statut personnel de droit musulman n’avait ainsi plus cours en métropole) n’étaient cependant pas sans effets sur les rapports sociaux de sexe : ainsi, dans le contexte métropolitain, la promiscuité et les relations entre hommes algériens et femmes métropolitaines inquiétaient tant les autorités françaises que les gardiens de la séparation des sexes et de l’identité « arabo-musulmane ». Les effets de la domination coloniale ne doivent pas être analysés à l’aune de la seule hypothèse répressive. Les « Français musulmans d’Algérie » vivant en métropole étaient certes perçus comme des « hommes sans femmes » dont la sexualité devait être contrôlée mais une partie d’entre eux avait aussi tenté l’aventure migratoire afin d’échapper aux contraintes des identités de genre et à l’économie des échanges familiaux. Dans le même temps, pour une partie des émigrés, les revenus tirés de cet exil étaient aussi le seul moyen de préserver ces équilibres précaires que certains de leurs « coreligionnaires » fuyaient. Si ces hommes étaient très visibles sur certaines des scènes les plus surveillées par la police des mœurs (espaces prostitutionnels, lieux de rencontre homosexuels…), les femmes algériennes émigrées seules en métropole (prostituées, serveuses, « filles-mères », salariées diverses…) échappaient aux regards et aux discours par le fait même que leur présence et leurs activités étaient dissonantes par rapport aux stéréotypes les plus répandus. Au-delà d’un certain nombre de figures idéales-typiques d’émigrés dont la visibilité dans l’espace public et la disponibilité sexuelle ont contribué à générer les schèmes principaux de l’encadrement discursif et pratique de la sexualité des jeunes métropolitainEs, il s’agit aussi de s’attacher à un certain nombre de relations ordinaires, nouées ou dénouées, qui donnent à voir comment cette émigration massive a transformé l’ordre sexuel et familial des deux côtés de la Méditerranée. Pour ce faire, nous nous appuierons principalement sur des archives de police et de justice qui permettent de restituer tant les attentes placées dans un certain nombre de dispositifs de discipline des coloniséEs que les craintes des membres de famille voyant l’émigréE échapper au contrôle social communautaire.

Emmanuel Blanchard est Maître de conférences à l’Université de Versailles Saint-Quentin et Chercheur au CESDIP, UMR 8183 (CNRS-UVSQ-ministère de la Justice). Ses publications sur des thématiques proches de celles proposées pour le colloque sont « Le mauvais genre des Algériens. Des hommes sans femme face au virilisme policier dans le Paris d’après-guerre », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° 27, 2008, p. 209-224 ; « Des Algériens dans le Paris Gay (années 1950-années 1960). Frontières raciales et sexualités entre hommes sous le regard policier » in P. Rygiel (dir.), Politique et administration du genre en migration, Paris, Publibook, à paraître.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *