La stéatopygie ou l’hypertrophie fessière des femmes africaines dans le regard des médecins français du XIXe siècle : entre stigmate de race et marqueur culturel

Les médecins de cabinet et médecins « de brousse », écrivains prolixes et influents au XIXe siècle, ont abondamment étudié et décrit les femmes indigènes, particulièrement les femmes noires d’Afrique, en se focalisant essentiellement sur leurs attributs sexuels jugés exubérants. Une des parties du corps qui a suscité le plus l’attention des scientifiques est la région fessière. En effet, dans la plupart des discours médicaux, anthropologiques et raciologiques, dans lesquels le savant aborde la femme noire, il accorde une part importante à la description de ses fesses dites proéminentes.

La stéatopygie, une hypertrophie fessière perçue comme caractéristique de la race noire et plus particulièrement des Hottentotes et des Boschimanes, est le phénomène qui intrigue le plus les scientifiques. Symptôme pathologique chez la femme blanche, il représenterait un caractère racial chez la femme noire. Les discours sur l’origine de cette particularité anatomique évoluèrent tout au long du XIXe siècle, cristallisant les oppositions entre polygénistes et monogénistes, entre les tenants d’un déterminisme naturel et racial et les partisans d’une explication culturelle et sociale. Ainsi, à partir de l’analyse d’une partie du corps des femmes africaines, les scientifiques élaborèrent des théories sur la race et sur l’humanité toute entière. Au-delà de l’attrait « scientifique » que représente la stéatopygie, la focalisation du regard médical sur cet attribut sexuel du corps des Africaines révèle la nature de l’intérêt que pouvait porter ces hommes à ces femmes. Entre la représentation d’un être sexualisé à l’extrême avec des attributs sexuels exubérants et celle d’un monstre de laideur aux formes démesurées, le corps de la femme noire attire, inquiète, effraie et fascine les médecins. Depuis leur cabinet en France ou au sein de leur dispensaire dans les colonies, ils écrivent leurs impressions, transmettent leurs conclusions, relaient les mythes et légendes lus ou entendus et contribuent par leurs écrits à élaborer et à entériner, avec la caution scientifique, les préjugés sur la femme noire africaine et les clichés sur l’ensemble de la « race », se faisant parfois les alliés de la « mission civilisatrice » et de l’entreprise coloniale.

Delphine Peiretti est Agrégée d’histoire et Doctorante en histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *