Genre et corps administratif. Les administrateurs des services civils d’Algérie et leurs épouses, années 1930-1960

À l’instar de bien d’autres corps de la haute administration, qui n’admettent leurs premiers membres féminins qu’à partir des années soixante-dix (corps préfectoral, Conseil d’Etat), le corps des administrateurs des services civils d’Algérie (désormais ASCA) est exclusivement masculin. Le caractère masculin de l’entreprise coloniale dont ils sont l’ossature en Algérie peut ainsi s’inscrire dans une histoire sociale plus large de la domination administrative qui ne se féminise que très tardivement. À partir d’un matériau empirique composite relatif aux administrateurs en poste de la fin des années 1930 aux années 1960 cette communication se propose d’analyser cette identité genrée dans une double perspective. La première, en s’inspirant des travaux récents sur la masculinité, s’attache aux manifestations de l’« ethos masculin » dont le métier d’administrateur semble être un condensé. La spécificité coloniale apparaîtra ici dans les liens qu’entretient cet ethos avec l’exercice de la domination sur la population indigène : avec la décolonisation et la délégitimation de cette domination, le contenu de la masculinité requise des administrateurs évolue en effet fortement. Cette prise en compte du genre permet ainsi d’approfondir la compréhension des métamorphoses qu’induit la décolonisation puisque cette dernière les conduit non seulement à une reconversion de leurs compétences strictement professionnelles, mais bouleverse tout autant le modèle de masculinité qu’ils sont censés incarner. Cette masculinité repose cependant également sur la vie familiale des administrateurs et notamment sur la présence à leurs côtés d’une épouse. La seconde perspective consiste donc à restituer les imbrications de l’existence et des activités de ces épouses avec les carrières et fonctions de leurs maris. Cette restitution permet ainsi de donner un sens sociologique à des éléments matériels qui saturent les sources mais qui, sans ce cadre théorique, ne trouvent pas d’interprétation satisfaisante alors qu’ils sont constitutifs des carrières. De même que la compréhension du métier d’administrateur ou de ses conditions de vie serait incomplète si elle omettait la part prise par les épouses à l’un et aux autres. Au final, le genre d’un corps administratif colonial apparaît certes comme foncièrement masculin, mais il repose en fait sur une construction croisée des genres masculin et féminin.

Françoise de Barros est Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris 8 (UMR CRESPPA-CSU). Elle poursuit des recherches sur le corps des administrateurs des services civils d’Algérie dans une perspective impériale, c’est-à-dire en n’isolant pas l’espace colonial de la métropole. Ses publications en liens avec cette thématique sont les suivantes : « Une intégration électorale entravée ? La guerre d’indépendance algérienne dans des espaces politiques locaux métropolitains », Les territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Journées d’études, 1er–2 décembre 2009, Université Paris 1,  http://chs.univ-paris1.fr/spip.php?article192 ; « Des « Français musulmans d’Algérie » aux « immigrés ». L’importation de classifications coloniales dans les politiques du logement en France (1950-1970) », Actes de la recherche en sciences sociales, septembre 2005, n° 159, p. 26-45 et « Les municipalités face aux Algériens : méconnaissances et usages des catégories coloniales en métropole avant et après la Seconde guerre mondiale », Genèses, n° 53, 2003, p. 69-92.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *