Un réseau féministe colonial et des voyageuses françaises à Dakar, Saïgon et Paris pendant l’entre-deux-guerres

Une femme pouvait-elle être féministe et colonisatrice en même temps ? Comment faisait-elle pour réconcilier ces deux idéologies, parfois en conflit ? Et dans un espace colonial urbain, comment faisait-elle pour maintenir ses attaches avec d’autres féministes, métropolitaines ou coloniales ? Pour répondre à ces questions, cette communication reconstituera un réseau parmi d’autres : celui des femmes voyageuses qui se donnaient comme but de rapporter aux femmes coloniales, ainsi qu’aux femmes métropolitaines, un aperçu du rôle des femmes en situation coloniale. Pour mettre en avant la voix de ces femmes, telles que Andrée Viollis et Camille Drevet pour l’Indochine, ou Lucie Cousturier et Denise Moran Savineau pour l’AOF, j’analyserai leurs publications (journalistiques ainsi que littéraires) en les comparant à des sources officielles (surtout la surveillance opérée par la Sûreté Générale locale indochinoise ou africaine, et par le Ministère des Colonies), pour mieux comprendre comment leurs déplacements et leurs publications ont renforcé un réseau de femmes françaises tentant de déchiffrer leur rôle par rapport à la mission civilisatrice de la Troisième République. Par ailleurs, en analysant leur présence dans des publications féministes telles que La Française, une publication diffusée à travers l’Empire, nous pourrons mieux évaluer comment les femmes françaises en métropole et à l’étranger ont noué et gardé le contact avec leurs compatriotes féministes, et donc avec leurs idéologies. Cette analyse présentera une partie des mes recherches actuelles, qui aboutiront à un livre comparatif sur les féministes colonisatrices en Indochine et en AOF. Cette communication étudiera donc, entre autres, certaines questions méthodologiques : en particulier, comment la juxtaposition de sources de types différents permet de corriger la vision à dominante masculine des femmes qui voyageaient dans l’empire français, tout en leur donnant une voix propre à travers leurs écrits. En focalisant l’étude sur des emplacements précis, notamment Dakar, Saigon (aujourd’hui Ho Chi Minh Ville) et Paris, nous visons à mieux saisir comment ces espaces influencent le féminisme et la vision colonisatrice des femmes y habitant. Donc, nous considérerons les liens entre l’histoire locale et l’histoire globale des femmes, ainsi que l’utilité de l’étude d’un ou de plusieurs réseau(x) dans l’analyse d’un ensemble aussi vaste que l’empire français.

Jennifer Boittin est Assistant Professor of French, Francophone Studies and History à The Pennsylvania State University. Elle est née avec une double nationalité, française et américaine et, après des études secondaires en France, elle a reçu un AB de Princeton University, avec mention, puis un MA, MPhil et finalement, en 2005, un PhD de Yale University. Elle a aussi étudié un an à l’Ecole Normale Supérieure, en tant que pensionnaire « étrangère ». Depuis 2005, elle enseigne la civilisation française et l’histoire à Penn State. En 2010, elle a publié son premier livre : Colonial Metropolis: The Urban Grounds of Anti-Imperialism and Feminism in Interwar Paris  (University of Nebraska Press). Depuis peu, elle a débuté des recherches à Dakar, Angers, Aix-en- Provence et Paris pour son deuxième livre, une étude comparative des féministes et colonisatrices françaises en Indochine et AOF. Un premier article lié à cette problématique, intitulé « Feminist Mediations of the Exotic: French Algeria, Morocco and Tunisia, 1921-1939 » a été publié en avril 2010 par Gender & History. Elle vient aussi d’éditer un volume spécial de la revue French Historical Studies avec le Professeur Tyler Stovall (Berkeley University) sur le thème des intersections entre les questions de race et de genre dans l’histoire française.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *