Femmes, genre et colonisation sioniste en Palestine avant 1948

Des femmes sont présentes dès les débuts de la colonisation de la Palestine par les sionistes à partir des dernières années du XIXe siècle. Pourtant, cette participation a longtemps été occultée ou, paradoxalement, magnifiée. Le nouveau Yishouv a été notamment présenté par l’État d’Israël comme un âge d’or pour les femmes. La réalité est beaucoup plus nuancée, entre émancipation et engagement de quelques-unes et domination masculine et discrimination de genre, dans une société mettant l’accent sur les valeurs militaires et sur la défense de la terre par les armes. Nombre de colons sionistes, arrivés surtout à partir du XXe siècle, étaient nourris de théories égalitaristes et souhaitaient créer pour les Juifs une société nouvelle dont le fleuron devint bientôt le kibboutz conçu comme devant fonctionner sur le principe : « chacun selon ses possibilités ; à chacun selon ses besoins », ce « chacun » pouvant être aussi bien homme ou femme. Pourtant, la société qui se met en place avant 1948, si elle accorde aux femmes les droits de vote et celui de participer à la défense des colonies nouvellement créées, s’éloigne beaucoup de l’égalitarisme fondateur. Or, dans le même temps, alors que le pré État juif se construit sur un projet de démocratie et de justice sociale, il écarte la population arabe ; bien plus, il en nie l’existence, se prétendant « peuple sans terre » arrivé sur une « terre sans peuple ». Cette communication propose de s’interroger sur la mise en place des rapports de domination qui s’établissent alors sous différents angles (des Juifs sur les Arabes, mais aussi des hommes sur les femmes, puis parmi les femmes juives, des Ashkénazes sur les Orientales…) et se perpétuent après la création de l’État d’Israël. Comment l’aspiration à créer, loin des humiliations vécues en diaspora, par la conquête du sol et de l’espace, un « nouvel Hébreu » conduit-elle à faire émerger une société inégalitaire exaltant la virilité et le rôle de l’armée, et confiant aux femmes la mission de reproduire la nation et de garder les traditions, en même temps qu’elle maintient les colonisés sous sa coupe ?

Isabelle Lacoue-Labarthe, MCF en histoire contemporaine à l’IEP de Toulouse, a réalisé une thèse d’histoire sur « Les femmes pionnières de Palestine, 1904-1939 : étude d’un mythe national » publiée en 2010 Femmes, féminisme, sionisme (L’Harmattan). Elle travaille également sur la place des écrits personnels (mémoires, autobiographies, entretiens…) dans l’écriture de l’histoire, en particulier des femmes et du genre. Elle codirige un numéro de la revue CLIO. Histoire, femmes et sociétés, avec Sylvie Mouysset, sur les « Écritures ordinaires de femmes » (à paraître en 2012). Membre du laboratoire FRAMESPA de Toulouse II et du comité de rédaction de la revue Diasporas. Histoire et sociétés dirigée par Patrick Cabanel (Toulouse II), elle a dirigé le numéro 11 « Étrangères » (2008). Elle est aussi membre de la revue Tumultes, dirigée par Sonia Dayan-Herzbrun (Paris VII).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *