Femmes anthropologues en contexte colonial dans l’entre-deux-guerres

Contrairement à la plupart des autres disciplines scientifiques, l’anthropologie française a accueilli les femmes avec une réelle bienveillance lors de son institutionnalisation dans la première moitié du XXe siècle. C’est ainsi que de nombreuses femmes, parmi lesquelles Denise Paulme, Deborah Lifchitz, Solange de Ganay, Germaine Tillion, Thérèse Rivière et Idelette Dugast, ont suivi les cours de l’Institut d’Ethnologie fondé en 1925 et effectué dans leur prolongement une ou plusieurs missions sur des terrains volontiers africains. Ma contribution se propose d’explorer la façon bien spécifique dont ces femmes anthropologues africanistes se sont, en tant que telles, situées par rapport au contexte colonial, que ce soit au cours de leur expérience de terrain ou lors de la retranscription de celle-ci dans des textes scientifiques. Quand, en effet, leurs collègues masculins n’ont eu de cesse de se présenter comme des aventuriers ou des explorateurs investis d’une mission civilisatrice, les femmes anthropologues semblent au contraire avoir cherché à se maintenir à distance des principaux motifs qui composaient l’imaginaire colonial. Aussi ne se sont-elles pas souvent pliées à l’injonction qui leur était faite de recueillir prioritairement des données sur une sphère féminine qu’il importait de mieux connaître ; aussi se sont-elles interdit de publier, comme le faisaient leurs homologues masculins, le récit romancé des risques encourus et des prouesses accomplies au cours de leur périple. Les femmes anthropologues n’ont produit que des textes strictement scientifiques, à travers lesquels se lit un autre regard sur la situation coloniale et une manière propre de se positionner en son sein.

Marianne Lemaire est chargée de recherche en anthropologie (CNRS, CEMAf). Publication récente sur un thème approchant celui de la contribution proposée : « Un parcours semé de terrains : l’itinéraire scientifique de Denise Paulme », L’Homme 193, 2010, p. 51-74.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *