La prostitution et sa réglementation au Vietnam des années 1860 aux années 1950 : réguler la rencontre coloniale

Parce qu’elle est une rencontre avec l’autre, la sexualité fascine et inquiète les autorités coloniales, et sur ce point le Vietnam ne fait pas exception. Incapables de surveiller l’ensemble de la sexualité, les autorités coloniales françaises se concentrent sur la prostitution dont la réglementation participe au maintien de l’ordre colonial. En effet, ce qui intéresse avant tout les autorités, c’est la rencontre entre colonisateurs et colonisé(e)s et si la prostitution domestique est largement ignorée, certaines Vietnamiennes en contact avec les colonisateurs sont parfois soumises à la même réglementation que les prostituées. En prenant l’exemple des chanteuses dans les années 1930 au Tonkin, cette intervention entend montrer que la gestion de la prostitution n’est pas une simple une question de mœurs, c’est une question politique qui participe à l’affirmation de la domination coloniale. L’élargissement de la réglementation de la prostitution, problématique et qui a provoqué un débat au sein des autorités coloniales concernées, débat dont on trouve la trace dans les archives, montre que la définition de la prostitution est à géométrie variable et sert à réguler la rencontre coloniale.

Ancienne élève de l’ENS-LSH, agrégée d’histoire, Isabelle Tracol-Huynh prépare actuellement une thèse sur la prostitution au Tonkin colonial (1873-1954) à l’Université Lyon 2 où elle est rattachée à l’Institut d’Asie Orientale (IAO).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *