Femmes indigènes du condominium des ex-Nouvelles-Hébrides (Vanuatu) de la fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres : les matrices d’une nouvelle configuration sociale

De la fin du XIXe au début du XXe siècle, des Français débarquèrent dans l’archipel des Nouvelles-Hébrides (Vanuatu). Certains venus directement de métropole empruntaient le circuit d’immigration assistée mis en place par une société privée (la Société française des Nouvelles-Hébrides, SFNH) sous contrat avec l’Etat français. D’autres venus de manière indépendante provenaient principalement de Nouvelle-Calédonie et des dominions anglais de la région. Quel que soit leur mode d’arrivée, ces migrants étaient attirés par les lopins de terre que concédait gratuitement la SFNH dans un contexte toutefois peu commun.

Au moment où débarquèrent les premiers migrants, les Nouvelles-Hébrides étaient sous le régime de la Commission navale mixte anglo-française. L’action de cette commission se limitait à effectuer une tournée d’inspection mensuelle afin d’assurer exclusivement la sécurité des ressortissants anglais et français. La Convention de 1906 qui institua un régime d’autorité duale anglo-français sur un « territoire d’influence commune », c’est-à-dire le condominium des Nouvelles-Hébrides, n’apporta que peu de changements. Minée par les rivalités opposant les deux administrations anglaise et française, l’efficience du condominium n’excéda pas, jusqu’à l’entre-deux-guerres, un rayon de 12 kilomètres autour de Port-Vila, le chef–lieu1 situé dans l’île d’Efate. « Les îles », en fait les autres îles de l’archipel localement dénommées ainsi en opposition à Efate, la plus blanche, restèrent ainsi le domaine incontesté des populations mélanésiennes ni pacifiées ni contrôlées. Parce qu’il n’impliquait pas de droits de souveraineté territoriale de l’Angleterre et de la France et laissait indépendant le statut de l’archipel, le condominium ne détenait par conséquent aucun droit de juridiction permettant d’exercer une domination sur les populations locales. Or, selon un plan de colonisation visant à étendre l’influence française dans l’archipel, la terre concédée aux aspirants planteurs se situait précisément dans les îles non administrées. De fait, les candidats planteurs furent littéralement abandonnés à eux-mêmes, absolument seuls, parfois sans vivres, sur un coin de plage face à une brousse peuplée de populationssouvent hostiles, ces terres leur ayant été usurpées. Dans ces conditions plus que précaires on ne s’étonnera pas du nombre d’abandons ou du caractère dramatique de ces installations, menant pour certaines au décès des candidats succombant aux attaques de paludisme conjuguées à la malnutrition et à l’épuisement. Il y eut toutefois des survivants et parmi eux des gagnants au jeu cruel du peuplement des Nouvelles-Hébrides.

En suivant le parcours des élus, on s’aperçoit que la très grande majorité des hommes parvenus à s’enraciner sont ceux qui ont adopté d’une part un mode de vie des populations locales et ont, d’autre part, financé le démarrage de leur plantation en s’introduisant au sein du système d’échange vernaculaire préexistant. Les frères Rossi, des Corses venus de Nouvelle-Calédonie, illustrent le prototype de ces « ensauvagés » localement dénommés « encanaqués ». Durant leur séjour dans l’île d’Ambrym, François et Mathieu Rossi, qui participaient au commerce d’échange interinsulaire, versaient aussi dans les coutumes locales. Ils s’exprimaient couramment dans la langue des insulaires d’Ambrym où était située leur plantation, participaient aux événements cérémoniels et aux échanges auxquels ceux-ci donnaient lieu. Par ailleurs, les frères Rossi ont vécu avec des femmes d’Ambrym dont ils ont chacun eu des enfants2. En fait, François et Mathieu Rossi qui, arrivés en 1882, faisaient partie des premiers Européens de l’archipel paraissent avoir été adoptés selon les mécanismes de l’accueil et de l’alliance locale par le groupe d’origine de leurs compagnes mélanésiennes. Prendre pour femme une « indigène » de l’archipel relève de l’adoption, pratique consistant, pour les populations locales, à accueillir un étranger comme partenaire matrimonial3. Et c’est par le truchement de cette alliance que les frères Rossi ont obtenu la terre sur laquelle ils ont crée leur plantation.

Le parcours des Rossi, à l’instar de celui de nombreux pionniers, fait apparaître un lien entre participation au cycle des échanges et cohabitation avec une femme de l’archipel. A partir du moment où un Européen vivait avec une femme de l’archipel, selon les normes mélanésiennes de l’alliance politique qui reposait sur la création de liens de parenté, il était intégré en tant qu’affin. Cette intégration engendrait des relations d’entraide.

Dans les sociétés de l’archipel, l’un des rôles les plus importants des femmes était d’ouvrir des chemins d’alliance qui généraient des relations. Le lien matrimonial servait ainsi de base à l’initiation ou au maintien de relations politiques et économiques. Si ces ouvertures se réalisaient généralement sous le contrôle et pour le bénéfice des hommes d’un groupe, « les femmes mélanésiennes agissaient également pour leur propre compte pour créer et suivre des routes reflétant de nouvelles envies, innovant de nouveaux types de relations et offrant de nouveaux choix4 ».

Evoquant les liaisons entre Français et Mélanésiennes dans l’archipel, l’anthropologue Jean Guiart a parlé d’initiatives de la part de certaines femmes, « soit qu’elles aient [eu] l’ambition de faire la conquête du monde européen, au moins marginalement, ce qui à l’époque constituait une forme d’ascension sociale, soit qu’elles aient voulu, mariées très jeunes à un mari âgé et polygame, échapper à un sort pas toujours enviable et qui les condamnait à prendre des amants successifs dans des conditions dangereuses pour ces derniers, ou à se faire enlever avec pour conséquence des hostilités entre deux groupes et des morts éventuels. Se faire enlever par un Blanc était moins coûteux et ce dernier n’aurait pas la gêne de la dette à rembourser5. »

L’anthropologue a ainsi classiquement prêté à ces femmes une ambition de conquérante à laquelle est associé l’accès à un meilleur confort matériel, en particulier aux objets de traite leur permettant de réduire le poids des tâches domestiques, et à la volonté d’échapper à un mari, toujours beaucoup plus vieux et parfois violent comme l’évoquent les rares documents d’époque6.

Ces motivations concordent très exactement avec le portrait des femmes indigènes tel qu’il a été brossé par les administrateurs coloniaux, oscillant entre deux pôles que sont d’une part la femme vénale, d’autre part et le plus souvent la femme victime. Cette interprétation occulte en fait une dimension essentielle des rapports noués entre ces femmes et les Européens, qui d’ailleurs explique qu’elles aient pris le risque d’innover et par conséquent d’être marginalisées, voire bannies, si leur groupe refusait d’entériner la nouvelle alliance : je veux parler du pouvoir que leur conférait leur rôle de médiatrice à l’égard non seulement de l’Européen en question mais aussi des membres de leur propre société.

Pour les Européens, ces femmes étaient celles qui pouvaient leur apprendre les techniques de survie leur permettant de subsister en tirant parti des ressources naturelles de l’archipel. Elles étaient celles qui pouvaient les initier aux normes et valeurs du milieu mélanésien pour leur ouvrir leurs réseaux d’alliance, leur procurant ainsi des partenaires commerciaux, apport crucial pour les apprentis planteurs. Les rares planteurs étant parvenus à faire souche sont en effet ceux qui ont réussi à financer la « mise en valeur » de leur lopin de terre grâce au commerce de traite qu’ils pratiquaient avec les Mélanésiens. Ce négoce leur permettait de contourner le système des maisons de commerce qui menait invariablement à l’endettement tant les taux de prêt étaient exorbitants. Prendre pour compagne une femme de l’archipel leur facilitait également l’approvisionnement en main-d’œuvre. En effet, dans le contexte des Nouvelles-Hébrides le recrutement n’était pas encadré par l’Etat et un planteur devait recruter par ses propres moyens ou recourir à un recruteur professionnel, ce qui était onéreux. Les compagnes des planteurs étaient encore celles qui, lorsqu’elles étaient originaires de l’île où était situé le lopin de terre comme dans le cas des Rossi, pouvaient persuader les habitants de venir travailler pour eux, ce qui ne se faisait généralement pas sans cela. Les insulaires préféraient en effet travailler sur d’autres îles que les leurs et ainsi partir à la découverte d’autres contrées, voire se soustraire pour un temps à la pression de leur groupe. En cas d’installation contestée, ces femmes pouvaient également assurer une fonction si ce n’est de négociatrice du moins de modératrice. Enfin elles avaient aussi la possibilité d’activer leurs propres droits fonciers7) pour étendre le domaine de leur conjoint européen.

Réciproquement, pour leur groupe d’origine et plus largement ses alliés, ces femmes pouvaient être celles qui ouvraient un chemin d’alliance menant au monde des Blancs. Compte tenu des lois ségrégatives régissant le condominium des Nouvelles-Hébrides, les plantations étaient avec les missions les seules voies d’accès possible au monde des Blancs dont les populations locales étaient par ailleurs strictement exclues puisqu’aucune institution ne les représentait. Ceci à une période de reconfiguration du pouvoir durant laquelle l’alliance avec les Européens était perçue comme un partenariat nécessaire, sans toutefois que cela n’implique un déplacement des enjeux politiques, qui eux restaient strictement vernaculaires. Or si de nombreux groupes ont opté pour l’évangile, d’autres l’ont refusé parce qu’il risquait d’affaiblir un pouvoir qui reposait sur un système d’alliance basé sur la polygamie de leurs leaders, évidemment proscrite par les Eglises. Certains groupes refusaient l’évangélisation plus prosaïquement parce qu’ils souhaitaient se différencier de groupes antagonistes christianisés. Pour les sociétés résistant au « Gospel8 », la plantation offrait les moyens de se procurer les marchandises de traite incluses dans les échanges cérémoniels. Plus capitale, l’alliance avec un planteur leur fournissait une protection contre le prosélytisme excessif des nouveaux convertis, souvent tyranniques, ceci quelle que soit la religion adoptée. Les planteurs, opportunément soutenus par l’administration française du condominium, se voulaient en effet les défenseurs des groupes païens qui constituaient leur réservoir de main-d’œuvre. Mais cela uniquement lorsque les païens étaient persécutés par des convertis presbytériens puisque les missionnaires presbytériens étaient les grands rivaux à la fois sur un plan économique et politique des planteurs français.

Du côté des populations locales, ce contexte politique de redistribution des alliances explique l’enjeu majeur que les plantations ont représenté et conjointement l’importance stratégique des femmes unies à des planteurs : des actrices privilégiées d’une nouvelle configuration sociale. Cette position conférait aux femmes vis-à-vis de leur société d’origine une source de prestige, pour ne pas dire de pouvoir, terme rarement associé aux femmes qui plus est indigènes. En ce qui concerne la société blanche, l’étude des archives fait apparaître très clairement qu’elles n’y avaient aucune visibilité9. Si les enfants nés de ces unions mixtes étaient souvent reconnus par leur géniteur, à l’inverse, aucun mariage occidental ne sanctionnait ces unions, y compris lorsqu’elles étaient stables. Par conséquent, ces femmes qui avaient valeur de concubine au regard de la loi française n’obtenaient pas la citoyenneté française, ce qui permettait de maintenir l’étanchéité des catégories juridiques. En dépit de l’intimité des relations qui les liaient à un Français, ces femmes n’avaient, comme l’ensemble des membres de leur société, aucun droit vis-à-vis des tribunaux français. Cet état de non-droit doit cependant être nuancé pour la période étudiée. Aux Nouvelles-Hébrides, il n’était effectif que dans un rayon de 12 kilomètres autour de Port-Vila, périmètre qui correspond comme cela a déjà été spécifié à l’efficience de l’administration française du condominium jusqu’à la période de l’entre-deux-guerres.

De fait l’ensemble des transactions, qu’elles aient été économiques ou affectives, se déroulaient selon les principes du droit vernaculaire.

En outre, la biographie de nombreux pionniers révèle que ces unions ont souvent été suivies d’un mariage avec une femme blanche, ce qui ne mettait cependant pas forcément un terme à la relation préexistante. Le fait d’avoir plusieurs femmes n’était pas contraire aux modalités de l’alliance mélanésiennes et pouvait à l’inverse renforcer le prestige du planteur aux yeux de ses alliés mélanésiens puisque dans les sociétés autochtones, la polygamie était l’apanage des notables. Avoir pour épouses une femme indigène et une Européenne n’était pas antinomique : c’était le moyen le plus sûr d’avoir un pied solidement arrimé dans les deux sociétés et tenter d’y occuper, dans l’une et l’autre pour les plus ambitieux, une position de notable.

Aux Nouvelles-Hébrides, la fonction de guide traditionnellement dévolue aux concubines indigènes en contexte colonial10 a ainsi été déterminante en l’absence d’un soutien administratif. Néanmoins il n’y a pas qu’en tant que concubines que les femmes des Nouvelles-Hébrides ont joué un rôle important. La présence de femmes engagées sur les plantations était par ailleurs essentielle pour stimuler le recrutement de travailleurs. La possibilité de choisir soi-même son conjoint, voire la liberté sexuelle qu’engendrait le contact quotidien entre les recrues des deux sexes, constituait un des attraits de l’engagement en plantation. En effet, au sein de leurs sociétés d’origine, les mariages étaient arrangés et la sexualité hors mariage peu tolérée11. Et si la présence des femmes engagées en plantation avait la vertu de favoriser le recrutement de travailleurs, leur présence jouait un rôle identique au sein des missions. Ceci explique en grande partie l’opposition des missionnaires au recrutement des femmes en plantation, en particulier celle des presbytériens qui, dans les années 1910, peinaient à trouver des épouses à leurs nouveaux convertis. L’enlèvement de femmes mariées par des convertis à des leaders polygames12 témoigne en outre de l’âpre compétition dont ont fait l’objet les femmes mélanésiennes au sein de leur propre société.

Atouts politiques majeurs du nouvel ordre social mis en place au moment colonial, les femmes mélanésiennes des Nouvelles-Hébrides ont ainsi été au cœur du conflit opposant les deux groupes dominants du monde blanc qu’étaient d’une part les planteurs français, de l’autre les missionnaires presbytériens britanniques. Ces femmes ont également constitué un enjeu de pouvoir majeur dans les luttes que se sont livrées sociétés chrétiennes et surtout païennes, pour lesquelles elles ont fourni un accès au monde des Blancs et constitué un vecteur de transformations sociales déterminant.

Virginie Riou est Doctorante en sociohistoire sous la direction d’Alban Bensa et le tutorat d’Isabelle Merle : « Trajectoires pseudo-coloniales. Les Français du condominium franco-anglais des ex-Nouvelles-Hébrides (Vanuatu), de la fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres ». Elle a mené une enquête de terrain de 10 mois au Vanuatu (Port-Vila), en Nouvelle-Calédonie (Nouméa) et en Australie (National University of Canberra, ANU). Elle est par ailleurs membre du laboratoire IRIS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux et du réseau Asie-Pacifique : « Des travailleurs immigrés aux ex-Nouvelles-Hébrides (Vanuatu). Les Tonkinois recrutés sur contrat, 1923-1940. Itinéraires colonial et post-colonial » à paraître aux éditions Karthala.

  1. Archives Nationales (AN), Centre des archives d’outre-mer (CAOM), Fonds ministériels (FM), Série géographique (SG), Nouvelles-Hébrides (Nhb), Carton (12). Rapport de la Résidence de France du 3e trimestre de l’année 1916. []
  2. Isabelle Ohlen, parente des frères Rossi, entretien Port-Vila. []
  3. Naepels, M. 1997. « « Il a tué les chefs et les hommes ». L’anthropologie, la colonisation et le changement social en Nouvelle-Calédonie », Terrain [en ligne], 28, Miroirs du colonialisme : 14. []
  4. Rodman-Critchlow, M. 2003, « The heart in the Archives. Colonial Contestation of Desire and Fear in the New Hebrides, 1933 », JPH, 38/3 : 309. []
  5. Guiart, J.1983, La Terre et le Sang des morts. La confrontation entre Blancs et Noirs dans le Pacifique Sud français, Paris, Plon : 86. []
  6. Se reporter à M. Rodman-Critchlow (2003) et J. Guiart (1987). []
  7. A propos des insulaires d’Ambae, Margaret Rodman-Critchlow a mentionné que les « femmes étaient assurées d’avoir accès à la terre bien qu’elles en prenaient rarement le contrôle ». (1995. « Breathing Spaces: Customary Land Tenure in Vanuatu ». In R.G. Ward and E. Kingdon (eds.). Land Custom and Practice in the South Pacific. Cambridge, Cambridge University Press : 88 []
  8. Le « gospel » est le terme utilisé par les missionnaires protestants et actuellement par les ni-Vanuatu eux-mêmes pour désigner l’annonce de l’Evangile dans les contrées païennes. []
  9. Ce constat repose sur le dépouillement systématique des archives des Nouvelles-Hébrides conservées au Centre des archives d’outre-mer, ceci jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. []
  10. Cf. Stoler, A. 2002. Carnal Knowledge and Imperial Power. Race and intimate in Colonial Rule. University of California Press Berkeley & Los Angeles, California : 49. []
  11. Codrington, R. H. 1891. The Melanesians, their anthropology and Folklore. Oxford, Clarendon Press : 23. []
  12. FM/SG/Nhb11/bis. Lettre du gouverneur de la Nouvelle-Calédonie au ministre des Colonies, 1er octobre 1913. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *