Les Soeurs de Saint-Joseph en Algérie (1835-1842) : un ordre missionnaire en contexte colonial

En 1835, Émilie de Vialar (1797-1856), une aristocrate tarnaise qui venait de fonder une congrégation missionnaire, répondit à l’appel du conseil municipal d’Alger pour s’occuper de l’hospice de la ville. Elle arriva en Algérie accompagnée de quelques sœurs, avec un objectif précis : se mettre au service de la population par des œuvres de charité. Leur engagement comportait deux aspects : le premier, soigner les malades, à domicile, dans les hôpitaux, les prisons, les refuges, partout où leur action serait réclamée ; instruire les enfants, surtout les pauvres et les orphelins. Le second répondait à l’idéal missionnaire : faire connaître la foi chrétienne en « pays de mission » par les services rendus et une conduite édifiante. Pendant les années 1835-1842 où elles demeurèrent en Algérie, quelle fut la place d’Émilie de Vialar et de ses compagnes ? Dans quelles conditions purent-elles appliquer la règle qui les régissait, c’est-à-dire soigner et éduquer sans distinction de race, de religion, de sexe ? Leur présence dans ce pays, guidée par une volonté humaniste, les situait au confluent de deux mondes : celui de la colonisation et celui des œuvres caritatives au service des plus démunis.  Comment vécurent-elles ce paradoxe ?

L’étude des relations qu’elles eurent avec les uns et avec les autres permet de répondre à ces questions : arrivées en Algérie dans les pas de la colonisation, et oeuvrant en accord avec le nouvel ordre politique, elles n’en furent pas pour autant des auxiliaires. Elles entendaient conserver à l’exercice de leur vocation une entière indépendance : dans le cadre de cette organisation, de 1835 à 1839, elles vécurent librement leur apostolat. Très vite développée, ayant rapidement obtenu l’adhésion des pauvres et des malades, l’entreprise cependant fut éphémère. En effet, la situation se compliqua pour les religieuses à l’arrivée de l’évêque d’Alger, le premier de ce nouveau diocèse : il n’entendait pas laisser à Émilie de Vialar la liberté d’action qu’elle revendiquait. Il voulait mettre la congrégation au service de ses propres desseins, mais elle ne reconnaissait que l’autorité de Rome sur son œuvre : l’ampleur du conflit, qui avait fini par dépasser la simple querelle religieuse, rassembla d’autres forces contre elle en faisant tomber ses soutiens, et l’obligea à quitter l’Algérie en 1842. Les sources utilisées sont en grande partie constituées par la correspondance d’Émilie de Vialar : elle permet de suivre son action et celle de sa communauté, en mesurant les difficultés que firent peser sur ces femmes à la fois la société française de l’époque et le contexte des débuts de la colonisation en Algérie – un monde d’hommes, militaires, civils et religieux.

Geneviève Falgas est Membre associé au Laboratoire FRAMESPA, Université de Toulouse-Le Mirail. Elle est par ailleurs l’auteure de Français de Tunisie : les dernières années du protectorat, Paris, Editions Sutton, 2004 ; Tunis, la ville moderne, Paris, Editions Sutton, 2005 ; Voyage en Tunisie, regards d’hier et de toujours, Paris, Editions Sutton, 2005 ; Tunis, Editions Sutton, 2006 ; et Les Oies sauvages, une famille française en Tunisie (1885-1964), Paris, L’Harmattan, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *