Présentation du colloque / Presentation of the Conference

Coloniser a longtemps été perçu et analysé comme une entreprise exclusivement masculine. C’est sans doute pour cette raison que l’histoire des colonisations (et des décolonisations) – qui fut d’abord le plus souvent écrite par des hommes – n’a fait que peu de place aux femmes, aux rapports sociaux de sexe, à la construction des identités de genre et à l’histoire des sexualités.

Organisé à Paris du 19 au 21 janvier 2012, le colloque international Femmes et genre en contexte colonial, XIXe-XXe siècles a permis un premier état des lieux de la question sur la longue durée. Il a éclairé dans le cadre de tous les Empires, la richesse de l’interaction entre l’histoire des femmes, du genre et des colonisations. Regroupant soixante-dix intervenant-e-s, il visait donc à prendre le fait colonial dans sa globalité tout en proposant des études de cas fondées sur des sources originales.

Télécharger le programme du colloque

Ainsi, tout en cherchant à démontrer le caractère « homogène », au travers de la mise en lumière de traits communs, des colonisations européennes, les différentes interventions ont aussi abordé les spécificités de chaque expérience impériale, ainsi que les ambivalences, les contradictions, les tensions, et les fractures inhérentes au processus. L’objectif était aussi de travailler sur les circulations impériales des modèles, des idées, des femmes et des hommes eux-mêmes, et sur les effets de ces mobilités, y compris dans les métropoles coloniales.

Ce carnet a pour but de mettre en valeur cet évènement scientifique en en publiant les archives sonores et ainsi d’en permettre une plus large diffusion. Toutes les communications du colloque ont été enregistrées, ainsi que les débats qui ont suivi. Les fichiers sons seront hébergés sur la plate-forme Internet Archive et peuvent ainsi être écoutés sur le carnet à l’aide de leur player audio.

Les catégories du carnet permettent de reprendre l’organisation en ateliers du colloque et les tags de proposer un autre mode de navigation (géographique et thématique) au sein de ce corpus. La documentation autour des communications est également disponible (présentation des auteurs, résumés de leur intervention, présentation du colloque…). En plus d’une liste de liens internet (sur femmes, genre et colonisation), nous récupérons les flux RSS des revues et évènements scientifiques sur ces domaines (Clio, Genre & Histoire, Calenda).

 

Gender and the End of Slavery in the Region of Kayes, French Soudan : The Sam’s Court Cases (1925-1926)

Through a detailed examination of a series of court cases, which took place in French Soudan in the 1920s and which all concerned marital disputes between the spouses Sams, this paper aims to analyze some of the consequences of the end of slavery and colonialism on gender in the region of Kayes in the first quarter of the 20th century. On 17 May 1925, Mariam Sam went to court in Kayes in order to obtain 50 000 francs back from her husband, Boubakar Sam, that were the result of the sell of a property belonging to her. She declared that her husband had received this money wrongfully and had given her only a small part of it. The court decided that Boubakar had to give the money back to his wife. Boubakar, however, went on appeal. From this first judgment and Boubakar’s appeal onward, a series of court cases started between Boubakar, his wife, and the colonial prosecutor, most of these judgments would be ultimately declared as Mariam’s fault. These series of court cases took place over 16 months with a final decision on September 1926 denying Mariam Sam the property rights that were involved during the first judgment of 1925 because of her former slave status.

This case is quite exceptional as it allows us identifying the different discourses on slavery, which were clearly expressed by the different litigants during the proceedings. It is also unique by its length over 16 months and for all the new developments that regularly occurred between 1925-1926. Besides, the final decision in the last judgment tells us much about how the colonial administration ultimately dealt with the legacy of slavery. It also shows the increasing intervention of the colonial power into the regulation of marital relations. Finally, the Sams court cases demonstrate how the reorganization of property in post-abolition Mali entailed numerous social and gender conflicts between former slaves and former masters. It shows how investment in real estate became an important post-abolition stake not only for noble families but also for those men and women of slave origin who had some success in accumulating wealth over the first twenty years of the twentieth century.

Marie Rodet is Lecturer in the History of Africa at SOAS (University of London). Her research interests lies in the field of modern gender and migration history in francophone West Africa. Her Ph.D. work examined Malian female migration networks in West Africa during the colonial era (1900-1946). She used archival sources and oral interviews in order to analyze neglected patterns of female migration, such as women’s participation in slave exodus, family migratory itineraries to the Senegambian peanut basin, as well as female desertion of the marital home into colonial cities. Her thesis, published by Karthala (Paris 2009), reintegrates women into the narrative of African migratory history. Her current research offers a historical overview of gender dynamics in the context of abolition. The project examines the complex interactions between gender, mobility, and the end of slavery in Mali/West Africa at the turn of the twentieth century (1890-1920), focusing on slave women from the Malian region of Kayes. She approaches this subject through three topical aspects: Retrieving Slave Women’s Voices in the Emancipation Process; Gender, Migration, and the End of Slavery; Sex, Power, and Slave Women’s Emancipation. In 2009, she devoted four months to a project to salvage 100 years of archival materials for the cercle (colonial administrative district) of Kayes. Concomitantly, she has been collecting oral and written data on slavery in Mali and in Senegal.

They shew no signs of resistance: Indigenous domestic work in early colonial Australia, 1789 to 1820

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

In December 1790, Lieutenant Philip Gidley King, returning to England from the fledgling British colony of New South Wales, stoutly denied rumours then circulating of conflict between the British and the native people. On the contrary, a ‘principal chief among the natives’ lived with the Governor in his house, while ‘a native female’ lived ‘as servant’ with the colony’s lone chaplain. ‘They are convinced of the superiority of the British Government, and shew no signs of resistance,’ stated King. Forgotten today, the young girl in the clergyman’s home might be seen as the first of the ‘Stolen Generations’, the generations of Aboriginal children removed from their families and communities to be brought up amongst white people. But in 1790, it was the symbolic role Boorong had as a native servant, signifying the submission of the colonized, that was most important to King. As historians, however, we do well not to take King’s complacent assessment of the colonial project at face value, and not just because by the time King had returned to England, the ‘chief’ King referred to had escaped captivity and returned to his people. By December 1790 Boorong was still with the Johnsons, but she and numbers of other Aboriginal people were now coming and going from the British settlement, and very much on their own terms, it would seem. In this paper, I reconstruct a history of Aboriginal girls and women’s domestic labour in the early colonial period, based on a careful reading of the fragmentary record of colonizers determined to convince themselves of their superiority, and of female, as well as native, subordination. The engagement of Indigenous girls and women in domestic services for colonizers should not, I argue, be mistaken for signs of Indigenous submission or acquiescence. Instead, as the participation of Aboriginal workers in the day-to-day life of the colony and the problems the British had in interpreting such participation reveals, the domestic space of the colonial encounter in settler societies has been fraught with instabilities and ambiguities from the very outset.

Victoria Haskins is Associate Professor in the Research Institute for Social Inclusion and Wellbeing of The University of Newcastle, Australia. She is the author of: Domestic Frontiers: The Home and Colonization (special double issue Frontiers: A Journal of Women Studies 28: 1-2 (ed. with Margaret Jacobs), 2007 ; One Bright Spot. Basingstoke: Palgrave, 2005 ; Uncommon Ground: White women in Aboriginal history. Ed. with Anna Cole & Fiona Paisley, Canberra: Aboriginal Studies Press, 2005.

La femme planteur, archétype colonial en Indochine dans la première moitié du vingtième siècle

En 1992, un film à grand public mettant en scène une femme française à la tête d’une plantation de caoutchouc en Indochine sortit sur les écrans. À travers le portrait romanesque d’une femme incarnée par Catherine Deneuve, une certaine vision de la femme française aux colonies était donnée, moins d’un demi-siècle après la défaite de la France à Dien Bien Phu. Cette image avait-elle à voir avec la réalité du rôle joué par les femmes dans la colonisation économique de l’Indochine par la France dans la première moitié du XXe siècle ? Notre étude s’attachera d’abord à reconstituer l’histoire des « femmes planteurs » à partir de sources factuelles permettant d’approcher la démographie du groupe des planteurs de caoutchouc et, au sein de celui-ci, des femmes. Nous chercherons ensuite à évaluer la place que se firent les femmes dans les groupes de pression de planteurs et le regard que portèrent sur elles les hommes, planteurs mais aussi administrateurs coloniaux. Ce travail nous conduira à décrypter la représentation de la femme planteur, avatar féminin du paternalisme patronal aux colonies. Notre travail aura constamment comme préoccupation de confronter les représentations secrétées en situation coloniale et la réalité de cette situation. Nous tenterons en particulier d’identifier les rapports entre une minorité à la fois dominée et dominante d’une part – des femmes dans un monde d’hommes exerçant un rôle d’agent colonial – et une majorité économiquement, socialement et « racialement » dominée bien qu’appartenant au genre masculin, les coolies. Nous reviendrons enfin sur le sens des images données à voir dans les films mettant en scène les femmes planteurs en Indochine, en nous demandant si elles ne sont pas davantage révélatrices des représentations du fait colonial dans une société postcoloniale que de l’expérience historique propre au temps colonial.

Marianne Boucheret est professeure d’histoire-géographie en lycée et docteure en histoire. Sa thèse portait sur Les plantations de caoutchouc en Indochine de 1906 à 1954, soutenue à Paris 1 – Sorbonne en 2008. Elle est l’auteure de : « Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’État du début du XXe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale » dans BONIN Hubert, HODEIR Catherine, KLEIN Jean-François, L’esprit économique impérial (1830-1970) ? Groupes de pression et réseaux du patronat colonial en France et dans l’empire, Paris, SFHOM, 2008 ; « Le triomphe du caoutchouc », Les collections de L’Histoire, n° 23, avril-juin 2004 ; « De l’histoire coloniale à l’histoire nationale, les enjeux de la question du pouvoir colonial », Cahiers d’histoire, n° 85, 2001, p. 7-12 ; « Le pouvoir colonial et la question de la main d’œuvre en Indochine dans les années vingt », Ibidem, p. 29-56.

Héritières et amoureuses dispersées. De la réussite en affaires de quelques femmes du « camp d’Atar » (Mauritanie) dans les années 1930-1940

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Dans les années 1930-1940, à Atar, ville de l’Adrar mauritanien dans laquelle les Français ont installé une base militaire, une dizaine de baydhaniyyat1 se lancent dans le commerce, activité jusqu’alors réservée aux hommes. Quelques-unes d’entre elles sont devenues de grandes femmes d’affaires. Je dresserai le portrait de trois de ces femmes : Aminatou, fille d’un commerçant Atarois qui s’est enrichi « avec les Français ». Grâce à la fortune héritée, Aminatou lance ses activités commerciales avec succès. Elle voyage au Maroc, en Algérie et revend ses produits (tapis, bijoux, encens, tissus) au marché d’Atar et de la région. Les Atarois oublieront alors – ou feront mine d’oublier – qu’Aminatou est le fruit d’une union passagère entre un homme de bonne famille et son esclave ; Mokeltoum, fille de « bonne tente » désargentée, mariée, à contrecœur, par ses parents à un nassrani2 « sauveur », Monsieur Bruno. Cet homme, directeur de la Société Industrielle des Grandes Pêches3, a confié la gestion du comptoir commercial de la SIGP à son épouse qui profite alors de ces nouveaux réseaux pour développer son propre commerce (tissus, épices, sucre…). Mokeltoum, fortunée et adulée, mobilise ensuite ses connexions sociales pour la carrière politique de son mari ; Lala, jeune femme hartani4, qui de Atar à Thiès (Sénégal) s’enrichit grâce à ses fructueux vagabondages amoureux avec « les hommes du mess ». Elle investit peu à peu son capital dans le commerce et épouse un homme de très bonne famille, désargenté.

À l’indépendance du pays, ces femmes s’installent ensuite à Nouakchott5, capitale créée ex nihilo, et s’imposent définitivement comme de véritables businesswomen « première génération ». De Atar à Nouakchott, elles sont considérées, respectées et ce tout autant, voire plus encore, que leurs homologues masculins de l’époque, car elles ont su notamment se conformer aux schèmes de réussite érigés par les hommes : elles sont réputées pour leurs largesses, leurs générosités et leurs soucis permanents de redistribution sociale des biens accumulés. Elles ont cherché à devenir de grandes Dames, des femmes d’affaires, des femmes chefs de famille, des notables mais également des femmes respectueuses de l’Islam, des « hajj6 ». Pour ces pionnières, les trajectoires de réussite sont essentiellement liées à leurs capacités relationnelles, relations enchevêtrées à une présence masculine : un père, un flirt ou un mari en rapport étroit avec la présence coloniale (un administrateur français, des militaires français, un commerçant pour la base militaire française). Le succès affairiste de ces femmes – qu’elles soient des héritières ou des femmes passées maîtresses dans l’art de transformer leur capital beauté en capital financier – tisse un lien direct avec la présence coloniale. Mais, plus encore, au delà des dynamiques de réussite que révèlent ces récits de capitalisation, il convient de montrer comment ces liens avec « le camp7 » ont permis à ces femmes de modifier leurs trajectoires sociales et celles de leur entourage : Lala est confrontée à une destinée que ne laissait en aucun cas augurer sa naissance ; Mokeltoum, entre le XVIe arrondissement parisien et la Mauritanie, subvient aux besoin de tout son clan en pleine « période de disette (…) » et bien après encore ; Aminatou n’est plus la fille d’une esclave et d’un homme libre, elle est une riche femme d’affaire, fille d’un riche commerçant travaillant pour les Français.

Céline Lesourd est docteur en anthropologie sociale, affiliée au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS). Elle enseigne l’histoire-géographie au lycée français d’Addis Abeba. Elle est l’auteure de Au bonheur des dames, femmes d’affaires mauritaniennes de nos jours, Paris, Karthala, 2010 ; « Le Centre Commercial de Chinguetti à Nouakchott (Mauritanie). Promotion féminine ou égards promotionnels ? », Bulletin de l’APAD, 2009, p. 93-108 ; « Routes de commerçantes. Itinéraires de femmes. De quelques big women Mauritaniennes d’hier et d’aujourd’hui », in M. Cheikh & M. Péraldi (dir.) Routes, Voyages et Circulations au féminin entre Afrique et Méditerranée ». Paris, Le fennec Édition, 2009, p. 73-93 ; « Femmes mauritaniennes en politique. De la tente vers le puits ? », Année du Maghreb, 2007, p. 333-348 ; « Capital beauté. De quelques riches femmes maures », Politique Africaine 107, 2007, p. 63-80.

  1. Baydhân/baydhâniyya : homme/femme maure. []
  2. Nazaréen, le chrétien par extension, l’homme blanc. []
  3. La Société Industrielle des Grandes Pêches, créée en 1919, d’abord importatrice de biens de consommation, se spécialise ensuite dans la production de poisson séché et salé ; après la Seconde Guerre mondiale, elle investit dans la production de la poutargue. []
  4. Descendants d’esclaves affranchis. []
  5. Précisons également que ces vagabondages amoureux avec des militaires ou des administrateurs français ont été facilités par des hommes maures, des « courtiers de l’amour » qui, eux mêmes se sont lancés, avec succès, dans le commerce des produits tacitement réservés aux femmes. []
  6. Terme qui désigne celui qui a effectué son pèlerinage à la Mecque. []
  7. C’est ainsi que les Atarois désignent les infrastructures militaires de la ville. []

« We farmed money »: Women and Marketing at the Office du Niger (French Soudan), ca. 1944-1960

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

In this paper, I explore the everyday politics of gender and food production at the Office du Niger (ODN), a large agricultural scheme in the French Soudan. The Office was established in the 1930s, at the height of the world-wide depression, to produce cotton and rice on a large scale. Land was allotted to male household heads, and women’s work in food production for everyday sustenance was long overshadowed by the official emphasis on male cash crop production. Into the late colonial period, irrigated rice cultivation at the Office ensured grain needs during the long after-harvest season. At the same time, large scale clearing of land for cotton and rice fields altered the availability of local tree products necessary for making the sauce, and many Office residents continued to buy millet from areas outside the project. Women in some areas of the Office responded by producing the shea butter and soumballa that people wanted in their food. By looking at other aspects of women’s work for food production, it is also possible to imagine alternative temporal markers for the colonial experience. For example water collection for cooking and other household use was greatly changed by the introduction of metal buckets. Wood collection, long the work of women was also altered with the introduction of small wagons belonging to men, after which wood collection became men’s work. These small technological changes also highlight changes in the gendering of labor that greatly impacted the quality of life for women at this large scale “development” project. They further suggest that the history of the Office is less about production and the colonial ordering of labor, than it is about consumption and choice.

Laura Ann Twagira is Ph.D. candidate in African history in Rutgers University, New Brunswick. She is the author of: “Betsy Heard” in The Oxford Encyclopedia of Women in World History (2007) on the Euro-African slave trader and merchant.

Dames employées à la Compagnie du Canal de Suez. L’“égyptianisation” du personnel féminin, 1941-1956

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Les « Services Égypte » de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez se caractérisent dès la fondation de la Compagnie (1858) comme un milieu de travail multiethnique et multiculturel, dont l’organisation hiérarchique et la division des fonctions se déroulent souvent selon des connotations « nationales », tout en maintenant une rigide ségrégation entre « Européens » et « Indigènes ». Aucun Égyptien ne figure dans les effectifs jusqu’à 1938, quand, à la suite du renouvellement de la Convention avec le gouvernement égyptien en 1935, la Compagnie accepte d’introduire progressivement « une certaine proportion de jeunes gens de nationalité égyptienne ». Il s’agit traditionnellement et durablement d’un « univers masculin ». A l’exception de quelques « stagiaires temporaires » qui arrivent à partir des années 1920 dans les fonctions de téléphonie et de télégraphie, c’est seulement pendant la Deuxième Guerre mondiale que les premières « dames auxiliaires » sont engagées, parmi lesquelles un certain nombre de femmes égyptiennes. La réorganisation du travail entamée à la fin de la guerre doit tenir compte des nouvelles revendications du personnel (notamment la stabilisation d’une partie du personnel auxiliaire et la « péréquation entre Égyptiens et non Égyptiens »), aussi bien que de l’évolution des rapports avec le gouvernement égyptien (notamment la renégociation en 1949 de la Convention) et de l’attitude de celui-ci à l’égard des compagnies industrielles, en particulier en ce qui concerne les « quotas » obligatoires de personnel égyptien. Dans ce contexte, la décision de la Compagnie de créer un rôle spécifique pour le personnel féminin et d’en accélérer « l’égyptianisation » se configure comme une stratégie d’organisation visant à mieux « utiliser le crédit de non Égyptiens », et se situe à la rencontre entre changement culturel et social lié à l’expérience de guerre ; priorités politiques du gouvernement égyptien dans l’après-guerre ; et recomposition des hiérarchies et des rôles de genre et de nationalité dans l’entreprise. Cette contribution, qui se fonde sur des archives inédites et fait partie d’un plus large projet en cours sur l’Italie et le canal de Suez, est une tentative de lier l’analyse micro-économique (histoire de l’entreprise) à l’évolution historique d’un contexte qui, bien que non proprement « colonial », en présente certaines caractéristiques, dans le but de poser un certain nombre de questions méthodologiques, notamment sur les modèles de « modernisation » du travail des femmes.

Barbara Curli est Professeure associée d’Histoire contemporaine et d’Histoire de l’intégration européenne (Chaire Jean Monnet) à l’Università della Calabria (Italie). Elle fait partie du Conseil de la Sissco, Società italiana per lo studio della Storia contemporanea ; du Comité éditorial des revues Il Mestiere di storico et Memoria e Ricerca et du Comité international de la revue Histoire Economie Société. Elle s’occupe d’histoire économique internationale et d’histoire du travail des femmes. Sur ce sujet, elle a publié Italiane al lavoro, 1914-1920, Marsilio 1998 ; Donne imprenditrici nella storia dell’Umbria, Franco Angeli 2005. Et parmi ses articles : « Tecnologie avanzate e nuovi « stili » manageriali. Marisa Bellisario dalla Olivetti alla Italtel », Annali di Storia dell’Impresa, 18, 2007, p. 127-169 ; « Le travail des femmes pendant la Première guerre mondiale : considérations récentes sur un long débat historiographique », Histoire et Sociétés, n.8, 2003, p. 85-96 ; « Women entrepreneurs and Italian industrialization. Conjectures and avenues for research», Enterprise and Society, III, 2002, n° 4, p. 634-656.

Loyales, honorables et modernes. L’éducation des femmes musulmanes en Bosnie-Herzégovine pendant la période austro-hongroise, 1878-1918

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Est-il possible d’utiliser le paradigme colonial pour examiner les relations de pouvoir entre Autriche-Hongrie et Bosnie-Herzégovine pendant la période 1878-1918 ? D’après les recherches de Robert Donia, le premier à essayer de développer un modèle d’Habsburg colonialism et à définir la Bosnie comme la seule proximate colony de la monarchie danubienne, une approche postcoloniale aux quarante ans de présence austro-hongroise dans la province n’est pas seulement pertinente, mais aussi fructueuse. Après lui, plusieurs spécialistes se sont interrogés sur les spécificités de la « mission civilisatrice » de Vienne dans sa province la plus « orientale », en s’intéressant aux similarités et aux différences avec les autres projets coloniaux contemporains. En articulant le paradigme colonial avec celui du genre, la contribution porte sur les premières institutions éducatives que le gouvernement de Vienne a mises en place pour assurer la scolarisation des jeunes filles musulmanes de Bosnie, jusque-là presque exclues du système éducatif. La communauté musulmane, la deuxième de la province sur le plan numérique, jouait un rôle clé dans l’équilibre politique local, contrebalançant les aspirations des élites croates-catholiques et serbes-orthodoxes. C’est pour cela que la construction d’une communauté musulmane loyale, moderne et imperméable aux projets des élites politiques croates et serbes était un objectif de première importance pour les autorités impériales. C’est dans ce cadre que le gouvernement austro-hongrois s’est chargé de la formation des filles musulmanes, en les considérant comme des agents capables de porter les contenus de la « mission civilisatrice » autrichienne au cœur le plus intime de leur communauté. Dans ce but, en 1894, l’administration organisait les premiers cours d’alphabétisation pour musulmanes, transformés trois ans plus tard en la première école primaire pour femmes musulmanes (muslimanska ženska osnovna škola). Puis, durant les années suivantes, malgré la résistance des ulémas et de l’élite politique traditionnelle, le parcours éducatif a été étendu et institutionnalisé, jusqu’à la fondation de la première école pour la formation des enseignantes musulmanes (ženska muslimanska uciteljska škola). Après une introduction sur le processus qui a amené à la fondation de ce parcours éducatif, la contribution va se concentrer sur la redéfinition du rôle de la femme musulmane – en tant que mère, épouse, membre de la communauté et sujet de l’empire – et des rôles du genre plus généralement prescrits par ces institutions. À travers différentes sources – manuels, programmes et rapports scolaires, correspondances privées et articles de journaux – une attention particulière sera portée sur l’expérience éducative des premières générations de femmes issues de ce parcours. La contribution va aussi s’intéresser aux biographies des premières femmes musulmanes qui, pendant et après leurs études, sont intervenues dans l’espace public bosniaque, sans pour autant se conformer aux attentes de la puissance coloniale.

Fabio Giomi : Né a Lucques, en Italie, le 29 octobre 1980. En 2006, il reçoit un diplôme de Master 2 en Sciences politiques et relations internationales à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Pise avec une thèse intitulée « Le rôle de Reforma – Organisation des musulmans progressistes dans la vie politique de la Bosnie de l’entre-deux-guerres ». La même année, il obtient un diplôme en études islamiques à la Faculté de Sciences Islamiques de l’Université de Sarajevo. Depuis octobre 2007 il prépare une thèse en histoire, en cotutelle à l’EHESS et à l’Université de Bologne, Département de Politique, Institutions et Histoire. Boursier de l’Université de Bologne, il obtient un contrat de tutorat avec le Département de Sciences Historiques de l’Université de Pérouse pour l’année 2008-09. Il parle et écrit l’italien, l’anglais, le bosniaque-croate-serbe, le français et apprend le turc.

Colonial Legal Regimes, Customary Law and Gender Justice among Maasai Pastoralists in Tanganyika, 1916-1961

Historians, anthropologists and other scholars of gender have long looked to the implementation and interaction of colonial and customary legal regimes as rich sites through which to explore colonial gender productions and contestations. Some scholars have examined how colonial efforts to codify customary laws fixed previously fluid and dynamic considerations and decisions into written legal principles that reinforced the power and privileges of elder men over women and junior men, especially in the realms of marriage, divorce, bridewealth and adultery. Others have documented how some African women took advantage of the presence of new colonial judicial bodies to circumvent customary mechanisms for dispute resolution. Few of these studies, however, take a step back to consider what the colonial insistence on creating and naming a discrete field of social relations as the realm of “law” meant for the complex moral, political, and social ideas, relations, and mechanisms of gendered justice among Africans: How did the colonial codification of customary law and creation of legal institutions like native courts marginalize other understandings of and approaches to justice, including those deployed by women? What were the gendered consequences of reinforcing androcentric forms and forums of “law” predicated on principles of individual rights, secularism, rationality, and neutrality for alternative conceptions of justice premised on ideas of morality, respect, and social interdependence? To explore these questions, I draw on long-term archival, oral historical, and ethnographic research about and among Maasai pastoralists in Tanzania to analyze the gendered consequences of the creation and implementation of customary law and colonial legal institutions for not just relations between and among men and women, but for broader Maasai ideas and practices of justice, respect and morality in which women and the (primarily female-identified) Maasai divinity Eng’ai were significant.

Dorothy L. Hodgson is Professor of Anthropology & Director, Institute for Research on Women of Rutgers University (New Brunswick). She is the author of Once Intrepid Warriors”: Gender, Ethnicity and the Cultural Politics of Maasai Development. Bloomington: Indiana University Press. Paperback edition, 2004 ; The Church of Women: Gendered Encounters between Maasai and Missionaries. Bloomington: Indiana University Press, 2005 ; and Being Maasai, Becoming Indigenous: Postcolonial Politics in a Neocolonial World. Bloomington: Indiana University Press (in press).

« Une enfance malgache » : la place des femmes malgaches dans le projet éducatif colonial des enfants métis – l’exemple des Hautes Terres centrales de Madagascar (1896-1960)

En 1896, Madagascar devient colonie française. Confrontées à l’apparition d’une population métisse qui les inquiète, les autorités coloniales élaborent une réponse à cette « question des métis ». L’enfance des enfants métis est alors considérée comme le moment charnière qui orientera leur trajectoire. C’est pour cette raison que le pouvoir décide de prendre en charge leur éducation, oscillant entre le souhait de les intégrer à la société européenne et la crainte d’en faire des « déclassés ». Toutefois, à Madagascar, en comparaison des autres colonies françaises, la prise en charge des métis par le pouvoir reste modeste : les familles conservent alors une place relativement importante dans l’éducation de leurs enfants. En particulier, un certain nombre des enfants métis ayant été délaissés par leur père européen, leurs mères malgaches jouent un rôle déterminant dans leur éducation. Mais même quand le père est présent, les femmes malgaches dans l’entourage de ces enfants métis – mères et grands-mères, nourrices et domestiques – participent de leur éducation sentimentale et sont alors le lien intime qui les unit à Madagascar. Nous nous attacherons ainsi à montrer comment les femmes malgaches ont interféré avec le projet éducatif colonial, contrebalançant l’objectif d’en faire des Européens par l’attachement à Madagascar qu’elles nourrissent. Pour construire notre argumentation, nous nous appuierons sur les archives officielles mais aussi sur les témoignages (récits de vie recueillis et autobiographies) et nous tenterons dans la mesure du possible de comparer la situation dans les Hautes Terres centrales à celle qui prévaut dans les autres colonies françaises.

Violaine Tisseau est Docteure de l’Université Paris Diderot – Paris 7, laboratoire SEDET. Sujet de thèse : « Métis et métissage, entre « Européens » et Malgaches, dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, de Jean Laborde à l’Indépendance (XIXe et XXe siècles) », sous la direction de Mme Rajaonah. Elle est l’auteure de « Faire dialoguer les cultures à Madagascar aux XIXe et XXe siècles. Couples mixtes et métis en Imerina. Le tombeau : enjeux et usages », Revue historique de l’Océan Indien, Saint-Denis de La Réunion, n° 5, 2009 ; « Les femmes métisses dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, pendant la période coloniale », Cahiers du groupe Afrique Noire, Paris, Karthala, n° 23, 2007, p. 97-117.

Titre de la communication en référence au livre de Christian Dumoux, Une Enfance malgache, Paris, L’Harmattan, 2005, 150 p.

“Miss EuroAfrica”: Men, Women’s Sexuality, and Métis Identity in Late Colonial French Africa, 1945-1960

In spite of French colonial prescriptions against interracial sex, sexual exchanges across the colonizer/colonized (white/black) divide occurred across the French empire in twentieth century colonial Africa and resulted in a population of thousands of métis individuals. This paper traces constructions of racialized models of womanhood by exploring the education and cloistering of métisses girls in Catholic schools across French-speaking Africa in the colonial twentieth century. Male leaders of métis organizations, colonial officials, and Catholic missionaries worried particularly about la jeune fille métisse (the young mixed-race woman) as facing a path of prostitution with white men. Housed in orphanage-schools run by French nuns, taught rudimentary writing and arithmetic, and trained in domestic arts, métisses girls were to be molded as modest, educated, and nonsexualized women poised for monogamous marriages with African men. Yet, métisses girls forwarded counter-representations of métisses womanhood and social and biological reproduction in African societies. Analyzing oral histories, colonial and missionary documents, and photographs, the paper explores the intersectionality of race, gender, and sexuality. The paper argues that métisses constructed meanings of racialized and gendered identities in relation to “whiteness,” but also engaged and articulated conceptualizations of “blackness” within the French empire.

Rachel Jean-Baptiste is Assistant Professor in the Department of History, University of Chicago. Publications : ‘A Free Town:’ Marriage, Sex, and Urban Life in Twentieth Century Libreville, Gabon (Ohio University Press, forthcoming) ; “L’Eurafricain: Motherhood, Women’s Sexuality, and the Configuration of Métis Identity in Francophone Africa, 1945-1960,” Journal of the History of Sexuality, 2011, in press ; “ ‘A Black Girl Should Not be With A White Man’:  African Women and Interracial Sex in Colonial Gabon, c. 1914-1960.” Journal of Women’s History, vol. 22, Issue 3, 2010, in press ; « ‘These Laws Should Be Made By Us’: Customary Marriage Law, Codification And Political Authority in Twentieth-Century Colonial Gabon,” Journal of African History, vol. 49, Issue 02, July 2008, p. 217-240.

Viêt Nam 1918-1945 : une modernisation genrée de l’éducation et de la culture

Ce fut dans le contexte de la colonisation française (1858-1945) qu’une telle modernisation s’est opérée. Après une étude plus large sur l’émergence de nouvelles perceptions et expérimentations de genre, je me propose de cerner de plus près les impacts de l’éducation et du nouveau contexte culturel dans lequel ont évolué les rapports de genre et l’autoaffirmation des femmes et des hommes modernes et modernistes, des féministes vietnamiennes de la première vague (1918-1945). L’éducation coloniale sera analysée dans une approche plus volontairement différenciée entre les élèves filles et garçons, non seulement au niveau des effectifs et du contenu de l’enseignement mais aussi et surtout dans les perceptions et expérimentations des actrices elles-mêmes, enseignantes et élèves. L’enseignement scolaire ne dépassait pas une dizaine d’années dans la majorité des cas. Mais les élèves, plus particulièrement les filles en furent marquées à vie par le sentiment d’appartenance à une nouvelle catégorie sociale, mieux, à une autre identité vietnamienne. Avec leurs homologues masculins souvent de mêmes générations et bénéficiant d’une instruction analogue à peine plus poussée, elles ont par ailleurs apporté leur contribution décisive à une modernisation en profondeur de la culture vietnamienne, notamment (mais pas seulement) dans les aspects de genre. Une modernisation qui, loin de renier ses origines, savait mettre à profit la richesse et la diversité des sources précoloniales. J’espère ainsi apporter des éléments utiles à une vision comparatiste et transnationale des femmes et du genre en contexte colonial.

Phuong Bui Tran dirige actuellement l’Université Hoa Sen (ex Ecole supérieure Lotus) à Hô Chi Minh Ville. Historienne formée en France, elle a assuré le cours d’histoire sur les femmes vietnamiennes à l’Université ouverte, celui d’histoire de la culture vietnamienne à l’Université Hoa Sen et à l’Université des Sciences sociales et humaines de Hô Chi Minh Ville. Elle a également été vice-doyenne de la Faculté d’histoire de l’Université pédagogique de Hô Chi Minh Ville. Elle est notamment l’auteure de « Femmes vietnamiennes pendant et après la colonisation française et la guerre américaine : réflexions sur les orientations bibliographiques », dans Anne Hugon (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Karthala, 2004 ; et d’une thèse de doctorat intitulée Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : émergence de nouvelles perceptions et expérimentations sous la direction de Françoise Thébaud, Université Lyon 2, 2008.

US Global Expansion and the Gendering of Iraqi Education, 1921-1958

My paper looks at struggles between British authorities, Arab nationalists, and U.S.-trained officials over female education in Iraq from the start of British Mandate rule in 1921 through Iraq’s nominal independence in 1932 to the 1958 revolution. Against the British strategy of divide-and-rule, which involved the entrenchment if not outright construction of tribal “traditions” limiting female education, Arab nationalists in Iraq – who wrested control of the Ministry of Education from British authorities very early in the Mandate period – created a unifying system of national education which insisted on gender-blindness as an aspect of this unity. From 1922-1932, the Iraqi school curriculum was identical for girls and boys, a remarkable state of affairs from a comparative historical perspective. While American power in Iraq has usually been traced to the postwar period, U.S. advisors began to influence the education system as early as 1932, perhaps due to the British abdication of this area of governance. A primary criticism of these advisors was that the Iraqi school curriculum was not differentiated by sex; they recommended that female students at every level be required to take courses in modern feminine domesticity. In the 1930s, American-trained Iraqi officials took over the ministry and implemented these recommendations, invoking the “education for real life” language of American pragmatist philosophy, which soon converged with the rising ideology of the development of nations. The paper argues that the relatively late emergence of home economics in Iraq offers a fruitful context for reexamining some of our approaches to feminine domesticity in the region. It points to the limitations of the national(ist) framework in which the phenomenon is often studied, and to the importance of tracing points of convergence and divergence between the “civilizing missions” of European colonialism and the emerging theories and practices of development/underdevelopment that paralleled the global processes of decolonization. It is thus a productive lens through which to explore the transition from European colonial rule to the postwar “age of development” and U.S. global hegemony.

Sara Pursley is Doctoral Candidate, Middle Eastern History, CUNY Graduate Center and Managing Editor, International Journal of Middle East Studies (IJMES). She is the author of: “Building the Nation through the Production of Difference: The Gendering of Education in Iraq, 1928-58,” in Writing the History of Iraq: Historiographical and Political Challenges, ed. Riccardo Bocco, Hamit Bozarslan, Peter Sluglett, and Jordi Tejel (London: World Scientific Publishing Co. and Imperial College Press, forthcoming) ; “Women, Gender and Revolutionary Movements: Iraq” in Encyclopedia of Women and Islam: Volume II: Family, Law and Politics (Brill, 2005) ; “Women, Gender and National Insignia, Signs and Monuments: Arab States” in Encyclopedia of Women and Islam: Volume II: Family, Law and Politics (Brill, 2005) co-authored with Beth Baron.