Loyales, honorables et modernes. L’éducation des femmes musulmanes en Bosnie-Herzégovine pendant la période austro-hongroise, 1878-1918

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Est-il possible d’utiliser le paradigme colonial pour examiner les relations de pouvoir entre Autriche-Hongrie et Bosnie-Herzégovine pendant la période 1878-1918 ? D’après les recherches de Robert Donia, le premier à essayer de développer un modèle d’Habsburg colonialism et à définir la Bosnie comme la seule proximate colony de la monarchie danubienne, une approche postcoloniale aux quarante ans de présence austro-hongroise dans la province n’est pas seulement pertinente, mais aussi fructueuse. Après lui, plusieurs spécialistes se sont interrogés sur les spécificités de la « mission civilisatrice » de Vienne dans sa province la plus « orientale », en s’intéressant aux similarités et aux différences avec les autres projets coloniaux contemporains. En articulant le paradigme colonial avec celui du genre, la contribution porte sur les premières institutions éducatives que le gouvernement de Vienne a mises en place pour assurer la scolarisation des jeunes filles musulmanes de Bosnie, jusque-là presque exclues du système éducatif. La communauté musulmane, la deuxième de la province sur le plan numérique, jouait un rôle clé dans l’équilibre politique local, contrebalançant les aspirations des élites croates-catholiques et serbes-orthodoxes. C’est pour cela que la construction d’une communauté musulmane loyale, moderne et imperméable aux projets des élites politiques croates et serbes était un objectif de première importance pour les autorités impériales. C’est dans ce cadre que le gouvernement austro-hongrois s’est chargé de la formation des filles musulmanes, en les considérant comme des agents capables de porter les contenus de la « mission civilisatrice » autrichienne au cœur le plus intime de leur communauté. Dans ce but, en 1894, l’administration organisait les premiers cours d’alphabétisation pour musulmanes, transformés trois ans plus tard en la première école primaire pour femmes musulmanes (muslimanska ženska osnovna škola). Puis, durant les années suivantes, malgré la résistance des ulémas et de l’élite politique traditionnelle, le parcours éducatif a été étendu et institutionnalisé, jusqu’à la fondation de la première école pour la formation des enseignantes musulmanes (ženska muslimanska uciteljska škola). Après une introduction sur le processus qui a amené à la fondation de ce parcours éducatif, la contribution va se concentrer sur la redéfinition du rôle de la femme musulmane – en tant que mère, épouse, membre de la communauté et sujet de l’empire – et des rôles du genre plus généralement prescrits par ces institutions. À travers différentes sources – manuels, programmes et rapports scolaires, correspondances privées et articles de journaux – une attention particulière sera portée sur l’expérience éducative des premières générations de femmes issues de ce parcours. La contribution va aussi s’intéresser aux biographies des premières femmes musulmanes qui, pendant et après leurs études, sont intervenues dans l’espace public bosniaque, sans pour autant se conformer aux attentes de la puissance coloniale.

Fabio Giomi : Né a Lucques, en Italie, le 29 octobre 1980. En 2006, il reçoit un diplôme de Master 2 en Sciences politiques et relations internationales à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Pise avec une thèse intitulée « Le rôle de Reforma – Organisation des musulmans progressistes dans la vie politique de la Bosnie de l’entre-deux-guerres ». La même année, il obtient un diplôme en études islamiques à la Faculté de Sciences Islamiques de l’Université de Sarajevo. Depuis octobre 2007 il prépare une thèse en histoire, en cotutelle à l’EHESS et à l’Université de Bologne, Département de Politique, Institutions et Histoire. Boursier de l’Université de Bologne, il obtient un contrat de tutorat avec le Département de Sciences Historiques de l’Université de Pérouse pour l’année 2008-09. Il parle et écrit l’italien, l’anglais, le bosniaque-croate-serbe, le français et apprend le turc.

« Une enfance malgache » : la place des femmes malgaches dans le projet éducatif colonial des enfants métis – l’exemple des Hautes Terres centrales de Madagascar (1896-1960)

En 1896, Madagascar devient colonie française. Confrontées à l’apparition d’une population métisse qui les inquiète, les autorités coloniales élaborent une réponse à cette « question des métis ». L’enfance des enfants métis est alors considérée comme le moment charnière qui orientera leur trajectoire. C’est pour cette raison que le pouvoir décide de prendre en charge leur éducation, oscillant entre le souhait de les intégrer à la société européenne et la crainte d’en faire des « déclassés ». Toutefois, à Madagascar, en comparaison des autres colonies françaises, la prise en charge des métis par le pouvoir reste modeste : les familles conservent alors une place relativement importante dans l’éducation de leurs enfants. En particulier, un certain nombre des enfants métis ayant été délaissés par leur père européen, leurs mères malgaches jouent un rôle déterminant dans leur éducation. Mais même quand le père est présent, les femmes malgaches dans l’entourage de ces enfants métis – mères et grands-mères, nourrices et domestiques – participent de leur éducation sentimentale et sont alors le lien intime qui les unit à Madagascar. Nous nous attacherons ainsi à montrer comment les femmes malgaches ont interféré avec le projet éducatif colonial, contrebalançant l’objectif d’en faire des Européens par l’attachement à Madagascar qu’elles nourrissent. Pour construire notre argumentation, nous nous appuierons sur les archives officielles mais aussi sur les témoignages (récits de vie recueillis et autobiographies) et nous tenterons dans la mesure du possible de comparer la situation dans les Hautes Terres centrales à celle qui prévaut dans les autres colonies françaises.

Violaine Tisseau est Docteure de l’Université Paris Diderot – Paris 7, laboratoire SEDET. Sujet de thèse : « Métis et métissage, entre « Européens » et Malgaches, dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, de Jean Laborde à l’Indépendance (XIXe et XXe siècles) », sous la direction de Mme Rajaonah. Elle est l’auteure de « Faire dialoguer les cultures à Madagascar aux XIXe et XXe siècles. Couples mixtes et métis en Imerina. Le tombeau : enjeux et usages », Revue historique de l’Océan Indien, Saint-Denis de La Réunion, n° 5, 2009 ; « Les femmes métisses dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, pendant la période coloniale », Cahiers du groupe Afrique Noire, Paris, Karthala, n° 23, 2007, p. 97-117.

Titre de la communication en référence au livre de Christian Dumoux, Une Enfance malgache, Paris, L’Harmattan, 2005, 150 p.

“Miss EuroAfrica”: Men, Women’s Sexuality, and Métis Identity in Late Colonial French Africa, 1945-1960

In spite of French colonial prescriptions against interracial sex, sexual exchanges across the colonizer/colonized (white/black) divide occurred across the French empire in twentieth century colonial Africa and resulted in a population of thousands of métis individuals. This paper traces constructions of racialized models of womanhood by exploring the education and cloistering of métisses girls in Catholic schools across French-speaking Africa in the colonial twentieth century. Male leaders of métis organizations, colonial officials, and Catholic missionaries worried particularly about la jeune fille métisse (the young mixed-race woman) as facing a path of prostitution with white men. Housed in orphanage-schools run by French nuns, taught rudimentary writing and arithmetic, and trained in domestic arts, métisses girls were to be molded as modest, educated, and nonsexualized women poised for monogamous marriages with African men. Yet, métisses girls forwarded counter-representations of métisses womanhood and social and biological reproduction in African societies. Analyzing oral histories, colonial and missionary documents, and photographs, the paper explores the intersectionality of race, gender, and sexuality. The paper argues that métisses constructed meanings of racialized and gendered identities in relation to “whiteness,” but also engaged and articulated conceptualizations of “blackness” within the French empire.

Rachel Jean-Baptiste is Assistant Professor in the Department of History, University of Chicago. Publications : ‘A Free Town:’ Marriage, Sex, and Urban Life in Twentieth Century Libreville, Gabon (Ohio University Press, forthcoming) ; “L’Eurafricain: Motherhood, Women’s Sexuality, and the Configuration of Métis Identity in Francophone Africa, 1945-1960,” Journal of the History of Sexuality, 2011, in press ; “ ‘A Black Girl Should Not be With A White Man’:  African Women and Interracial Sex in Colonial Gabon, c. 1914-1960.” Journal of Women’s History, vol. 22, Issue 3, 2010, in press ; « ‘These Laws Should Be Made By Us’: Customary Marriage Law, Codification And Political Authority in Twentieth-Century Colonial Gabon,” Journal of African History, vol. 49, Issue 02, July 2008, p. 217-240.

Viêt Nam 1918-1945 : une modernisation genrée de l’éducation et de la culture

Ce fut dans le contexte de la colonisation française (1858-1945) qu’une telle modernisation s’est opérée. Après une étude plus large sur l’émergence de nouvelles perceptions et expérimentations de genre, je me propose de cerner de plus près les impacts de l’éducation et du nouveau contexte culturel dans lequel ont évolué les rapports de genre et l’autoaffirmation des femmes et des hommes modernes et modernistes, des féministes vietnamiennes de la première vague (1918-1945). L’éducation coloniale sera analysée dans une approche plus volontairement différenciée entre les élèves filles et garçons, non seulement au niveau des effectifs et du contenu de l’enseignement mais aussi et surtout dans les perceptions et expérimentations des actrices elles-mêmes, enseignantes et élèves. L’enseignement scolaire ne dépassait pas une dizaine d’années dans la majorité des cas. Mais les élèves, plus particulièrement les filles en furent marquées à vie par le sentiment d’appartenance à une nouvelle catégorie sociale, mieux, à une autre identité vietnamienne. Avec leurs homologues masculins souvent de mêmes générations et bénéficiant d’une instruction analogue à peine plus poussée, elles ont par ailleurs apporté leur contribution décisive à une modernisation en profondeur de la culture vietnamienne, notamment (mais pas seulement) dans les aspects de genre. Une modernisation qui, loin de renier ses origines, savait mettre à profit la richesse et la diversité des sources précoloniales. J’espère ainsi apporter des éléments utiles à une vision comparatiste et transnationale des femmes et du genre en contexte colonial.

Phuong Bui Tran dirige actuellement l’Université Hoa Sen (ex Ecole supérieure Lotus) à Hô Chi Minh Ville. Historienne formée en France, elle a assuré le cours d’histoire sur les femmes vietnamiennes à l’Université ouverte, celui d’histoire de la culture vietnamienne à l’Université Hoa Sen et à l’Université des Sciences sociales et humaines de Hô Chi Minh Ville. Elle a également été vice-doyenne de la Faculté d’histoire de l’Université pédagogique de Hô Chi Minh Ville. Elle est notamment l’auteure de « Femmes vietnamiennes pendant et après la colonisation française et la guerre américaine : réflexions sur les orientations bibliographiques », dans Anne Hugon (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Karthala, 2004 ; et d’une thèse de doctorat intitulée Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : émergence de nouvelles perceptions et expérimentations sous la direction de Françoise Thébaud, Université Lyon 2, 2008.

US Global Expansion and the Gendering of Iraqi Education, 1921-1958

My paper looks at struggles between British authorities, Arab nationalists, and U.S.-trained officials over female education in Iraq from the start of British Mandate rule in 1921 through Iraq’s nominal independence in 1932 to the 1958 revolution. Against the British strategy of divide-and-rule, which involved the entrenchment if not outright construction of tribal “traditions” limiting female education, Arab nationalists in Iraq – who wrested control of the Ministry of Education from British authorities very early in the Mandate period – created a unifying system of national education which insisted on gender-blindness as an aspect of this unity. From 1922-1932, the Iraqi school curriculum was identical for girls and boys, a remarkable state of affairs from a comparative historical perspective. While American power in Iraq has usually been traced to the postwar period, U.S. advisors began to influence the education system as early as 1932, perhaps due to the British abdication of this area of governance. A primary criticism of these advisors was that the Iraqi school curriculum was not differentiated by sex; they recommended that female students at every level be required to take courses in modern feminine domesticity. In the 1930s, American-trained Iraqi officials took over the ministry and implemented these recommendations, invoking the “education for real life” language of American pragmatist philosophy, which soon converged with the rising ideology of the development of nations. The paper argues that the relatively late emergence of home economics in Iraq offers a fruitful context for reexamining some of our approaches to feminine domesticity in the region. It points to the limitations of the national(ist) framework in which the phenomenon is often studied, and to the importance of tracing points of convergence and divergence between the “civilizing missions” of European colonialism and the emerging theories and practices of development/underdevelopment that paralleled the global processes of decolonization. It is thus a productive lens through which to explore the transition from European colonial rule to the postwar “age of development” and U.S. global hegemony.

Sara Pursley is Doctoral Candidate, Middle Eastern History, CUNY Graduate Center and Managing Editor, International Journal of Middle East Studies (IJMES). She is the author of: “Building the Nation through the Production of Difference: The Gendering of Education in Iraq, 1928-58,” in Writing the History of Iraq: Historiographical and Political Challenges, ed. Riccardo Bocco, Hamit Bozarslan, Peter Sluglett, and Jordi Tejel (London: World Scientific Publishing Co. and Imperial College Press, forthcoming) ; “Women, Gender and Revolutionary Movements: Iraq” in Encyclopedia of Women and Islam: Volume II: Family, Law and Politics (Brill, 2005) ; “Women, Gender and National Insignia, Signs and Monuments: Arab States” in Encyclopedia of Women and Islam: Volume II: Family, Law and Politics (Brill, 2005) co-authored with Beth Baron.