They shew no signs of resistance: Indigenous domestic work in early colonial Australia, 1789 to 1820

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

In December 1790, Lieutenant Philip Gidley King, returning to England from the fledgling British colony of New South Wales, stoutly denied rumours then circulating of conflict between the British and the native people. On the contrary, a ‘principal chief among the natives’ lived with the Governor in his house, while ‘a native female’ lived ‘as servant’ with the colony’s lone chaplain. ‘They are convinced of the superiority of the British Government, and shew no signs of resistance,’ stated King. Forgotten today, the young girl in the clergyman’s home might be seen as the first of the ‘Stolen Generations’, the generations of Aboriginal children removed from their families and communities to be brought up amongst white people. But in 1790, it was the symbolic role Boorong had as a native servant, signifying the submission of the colonized, that was most important to King. As historians, however, we do well not to take King’s complacent assessment of the colonial project at face value, and not just because by the time King had returned to England, the ‘chief’ King referred to had escaped captivity and returned to his people. By December 1790 Boorong was still with the Johnsons, but she and numbers of other Aboriginal people were now coming and going from the British settlement, and very much on their own terms, it would seem. In this paper, I reconstruct a history of Aboriginal girls and women’s domestic labour in the early colonial period, based on a careful reading of the fragmentary record of colonizers determined to convince themselves of their superiority, and of female, as well as native, subordination. The engagement of Indigenous girls and women in domestic services for colonizers should not, I argue, be mistaken for signs of Indigenous submission or acquiescence. Instead, as the participation of Aboriginal workers in the day-to-day life of the colony and the problems the British had in interpreting such participation reveals, the domestic space of the colonial encounter in settler societies has been fraught with instabilities and ambiguities from the very outset.

Victoria Haskins is Associate Professor in the Research Institute for Social Inclusion and Wellbeing of The University of Newcastle, Australia. She is the author of: Domestic Frontiers: The Home and Colonization (special double issue Frontiers: A Journal of Women Studies 28: 1-2 (ed. with Margaret Jacobs), 2007 ; One Bright Spot. Basingstoke: Palgrave, 2005 ; Uncommon Ground: White women in Aboriginal history. Ed. with Anna Cole & Fiona Paisley, Canberra: Aboriginal Studies Press, 2005.

La femme planteur, archétype colonial en Indochine dans la première moitié du vingtième siècle

En 1992, un film à grand public mettant en scène une femme française à la tête d’une plantation de caoutchouc en Indochine sortit sur les écrans. À travers le portrait romanesque d’une femme incarnée par Catherine Deneuve, une certaine vision de la femme française aux colonies était donnée, moins d’un demi-siècle après la défaite de la France à Dien Bien Phu. Cette image avait-elle à voir avec la réalité du rôle joué par les femmes dans la colonisation économique de l’Indochine par la France dans la première moitié du XXe siècle ? Notre étude s’attachera d’abord à reconstituer l’histoire des « femmes planteurs » à partir de sources factuelles permettant d’approcher la démographie du groupe des planteurs de caoutchouc et, au sein de celui-ci, des femmes. Nous chercherons ensuite à évaluer la place que se firent les femmes dans les groupes de pression de planteurs et le regard que portèrent sur elles les hommes, planteurs mais aussi administrateurs coloniaux. Ce travail nous conduira à décrypter la représentation de la femme planteur, avatar féminin du paternalisme patronal aux colonies. Notre travail aura constamment comme préoccupation de confronter les représentations secrétées en situation coloniale et la réalité de cette situation. Nous tenterons en particulier d’identifier les rapports entre une minorité à la fois dominée et dominante d’une part – des femmes dans un monde d’hommes exerçant un rôle d’agent colonial – et une majorité économiquement, socialement et « racialement » dominée bien qu’appartenant au genre masculin, les coolies. Nous reviendrons enfin sur le sens des images données à voir dans les films mettant en scène les femmes planteurs en Indochine, en nous demandant si elles ne sont pas davantage révélatrices des représentations du fait colonial dans une société postcoloniale que de l’expérience historique propre au temps colonial.

Marianne Boucheret est professeure d’histoire-géographie en lycée et docteure en histoire. Sa thèse portait sur Les plantations de caoutchouc en Indochine de 1906 à 1954, soutenue à Paris 1 – Sorbonne en 2008. Elle est l’auteure de : « Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’État du début du XXe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale » dans BONIN Hubert, HODEIR Catherine, KLEIN Jean-François, L’esprit économique impérial (1830-1970) ? Groupes de pression et réseaux du patronat colonial en France et dans l’empire, Paris, SFHOM, 2008 ; « Le triomphe du caoutchouc », Les collections de L’Histoire, n° 23, avril-juin 2004 ; « De l’histoire coloniale à l’histoire nationale, les enjeux de la question du pouvoir colonial », Cahiers d’histoire, n° 85, 2001, p. 7-12 ; « Le pouvoir colonial et la question de la main d’œuvre en Indochine dans les années vingt », Ibidem, p. 29-56.

Héritières et amoureuses dispersées. De la réussite en affaires de quelques femmes du « camp d’Atar » (Mauritanie) dans les années 1930-1940

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Dans les années 1930-1940, à Atar, ville de l’Adrar mauritanien dans laquelle les Français ont installé une base militaire, une dizaine de baydhaniyyat1 se lancent dans le commerce, activité jusqu’alors réservée aux hommes. Quelques-unes d’entre elles sont devenues de grandes femmes d’affaires. Je dresserai le portrait de trois de ces femmes : Aminatou, fille d’un commerçant Atarois qui s’est enrichi « avec les Français ». Grâce à la fortune héritée, Aminatou lance ses activités commerciales avec succès. Elle voyage au Maroc, en Algérie et revend ses produits (tapis, bijoux, encens, tissus) au marché d’Atar et de la région. Les Atarois oublieront alors – ou feront mine d’oublier – qu’Aminatou est le fruit d’une union passagère entre un homme de bonne famille et son esclave ; Mokeltoum, fille de « bonne tente » désargentée, mariée, à contrecœur, par ses parents à un nassrani2 « sauveur », Monsieur Bruno. Cet homme, directeur de la Société Industrielle des Grandes Pêches3, a confié la gestion du comptoir commercial de la SIGP à son épouse qui profite alors de ces nouveaux réseaux pour développer son propre commerce (tissus, épices, sucre…). Mokeltoum, fortunée et adulée, mobilise ensuite ses connexions sociales pour la carrière politique de son mari ; Lala, jeune femme hartani4, qui de Atar à Thiès (Sénégal) s’enrichit grâce à ses fructueux vagabondages amoureux avec « les hommes du mess ». Elle investit peu à peu son capital dans le commerce et épouse un homme de très bonne famille, désargenté.

À l’indépendance du pays, ces femmes s’installent ensuite à Nouakchott5, capitale créée ex nihilo, et s’imposent définitivement comme de véritables businesswomen « première génération ». De Atar à Nouakchott, elles sont considérées, respectées et ce tout autant, voire plus encore, que leurs homologues masculins de l’époque, car elles ont su notamment se conformer aux schèmes de réussite érigés par les hommes : elles sont réputées pour leurs largesses, leurs générosités et leurs soucis permanents de redistribution sociale des biens accumulés. Elles ont cherché à devenir de grandes Dames, des femmes d’affaires, des femmes chefs de famille, des notables mais également des femmes respectueuses de l’Islam, des « hajj6 ». Pour ces pionnières, les trajectoires de réussite sont essentiellement liées à leurs capacités relationnelles, relations enchevêtrées à une présence masculine : un père, un flirt ou un mari en rapport étroit avec la présence coloniale (un administrateur français, des militaires français, un commerçant pour la base militaire française). Le succès affairiste de ces femmes – qu’elles soient des héritières ou des femmes passées maîtresses dans l’art de transformer leur capital beauté en capital financier – tisse un lien direct avec la présence coloniale. Mais, plus encore, au delà des dynamiques de réussite que révèlent ces récits de capitalisation, il convient de montrer comment ces liens avec « le camp7 » ont permis à ces femmes de modifier leurs trajectoires sociales et celles de leur entourage : Lala est confrontée à une destinée que ne laissait en aucun cas augurer sa naissance ; Mokeltoum, entre le XVIe arrondissement parisien et la Mauritanie, subvient aux besoin de tout son clan en pleine « période de disette (…) » et bien après encore ; Aminatou n’est plus la fille d’une esclave et d’un homme libre, elle est une riche femme d’affaire, fille d’un riche commerçant travaillant pour les Français.

Céline Lesourd est docteur en anthropologie sociale, affiliée au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS). Elle enseigne l’histoire-géographie au lycée français d’Addis Abeba. Elle est l’auteure de Au bonheur des dames, femmes d’affaires mauritaniennes de nos jours, Paris, Karthala, 2010 ; « Le Centre Commercial de Chinguetti à Nouakchott (Mauritanie). Promotion féminine ou égards promotionnels ? », Bulletin de l’APAD, 2009, p. 93-108 ; « Routes de commerçantes. Itinéraires de femmes. De quelques big women Mauritaniennes d’hier et d’aujourd’hui », in M. Cheikh & M. Péraldi (dir.) Routes, Voyages et Circulations au féminin entre Afrique et Méditerranée ». Paris, Le fennec Édition, 2009, p. 73-93 ; « Femmes mauritaniennes en politique. De la tente vers le puits ? », Année du Maghreb, 2007, p. 333-348 ; « Capital beauté. De quelques riches femmes maures », Politique Africaine 107, 2007, p. 63-80.

  1. Baydhân/baydhâniyya : homme/femme maure. []
  2. Nazaréen, le chrétien par extension, l’homme blanc. []
  3. La Société Industrielle des Grandes Pêches, créée en 1919, d’abord importatrice de biens de consommation, se spécialise ensuite dans la production de poisson séché et salé ; après la Seconde Guerre mondiale, elle investit dans la production de la poutargue. []
  4. Descendants d’esclaves affranchis. []
  5. Précisons également que ces vagabondages amoureux avec des militaires ou des administrateurs français ont été facilités par des hommes maures, des « courtiers de l’amour » qui, eux mêmes se sont lancés, avec succès, dans le commerce des produits tacitement réservés aux femmes. []
  6. Terme qui désigne celui qui a effectué son pèlerinage à la Mecque. []
  7. C’est ainsi que les Atarois désignent les infrastructures militaires de la ville. []

« We farmed money »: Women and Marketing at the Office du Niger (French Soudan), ca. 1944-1960

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

In this paper, I explore the everyday politics of gender and food production at the Office du Niger (ODN), a large agricultural scheme in the French Soudan. The Office was established in the 1930s, at the height of the world-wide depression, to produce cotton and rice on a large scale. Land was allotted to male household heads, and women’s work in food production for everyday sustenance was long overshadowed by the official emphasis on male cash crop production. Into the late colonial period, irrigated rice cultivation at the Office ensured grain needs during the long after-harvest season. At the same time, large scale clearing of land for cotton and rice fields altered the availability of local tree products necessary for making the sauce, and many Office residents continued to buy millet from areas outside the project. Women in some areas of the Office responded by producing the shea butter and soumballa that people wanted in their food. By looking at other aspects of women’s work for food production, it is also possible to imagine alternative temporal markers for the colonial experience. For example water collection for cooking and other household use was greatly changed by the introduction of metal buckets. Wood collection, long the work of women was also altered with the introduction of small wagons belonging to men, after which wood collection became men’s work. These small technological changes also highlight changes in the gendering of labor that greatly impacted the quality of life for women at this large scale “development” project. They further suggest that the history of the Office is less about production and the colonial ordering of labor, than it is about consumption and choice.

Laura Ann Twagira is Ph.D. candidate in African history in Rutgers University, New Brunswick. She is the author of: “Betsy Heard” in The Oxford Encyclopedia of Women in World History (2007) on the Euro-African slave trader and merchant.

Dames employées à la Compagnie du Canal de Suez. L’“égyptianisation” du personnel féminin, 1941-1956

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Les « Services Égypte » de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez se caractérisent dès la fondation de la Compagnie (1858) comme un milieu de travail multiethnique et multiculturel, dont l’organisation hiérarchique et la division des fonctions se déroulent souvent selon des connotations « nationales », tout en maintenant une rigide ségrégation entre « Européens » et « Indigènes ». Aucun Égyptien ne figure dans les effectifs jusqu’à 1938, quand, à la suite du renouvellement de la Convention avec le gouvernement égyptien en 1935, la Compagnie accepte d’introduire progressivement « une certaine proportion de jeunes gens de nationalité égyptienne ». Il s’agit traditionnellement et durablement d’un « univers masculin ». A l’exception de quelques « stagiaires temporaires » qui arrivent à partir des années 1920 dans les fonctions de téléphonie et de télégraphie, c’est seulement pendant la Deuxième Guerre mondiale que les premières « dames auxiliaires » sont engagées, parmi lesquelles un certain nombre de femmes égyptiennes. La réorganisation du travail entamée à la fin de la guerre doit tenir compte des nouvelles revendications du personnel (notamment la stabilisation d’une partie du personnel auxiliaire et la « péréquation entre Égyptiens et non Égyptiens »), aussi bien que de l’évolution des rapports avec le gouvernement égyptien (notamment la renégociation en 1949 de la Convention) et de l’attitude de celui-ci à l’égard des compagnies industrielles, en particulier en ce qui concerne les « quotas » obligatoires de personnel égyptien. Dans ce contexte, la décision de la Compagnie de créer un rôle spécifique pour le personnel féminin et d’en accélérer « l’égyptianisation » se configure comme une stratégie d’organisation visant à mieux « utiliser le crédit de non Égyptiens », et se situe à la rencontre entre changement culturel et social lié à l’expérience de guerre ; priorités politiques du gouvernement égyptien dans l’après-guerre ; et recomposition des hiérarchies et des rôles de genre et de nationalité dans l’entreprise. Cette contribution, qui se fonde sur des archives inédites et fait partie d’un plus large projet en cours sur l’Italie et le canal de Suez, est une tentative de lier l’analyse micro-économique (histoire de l’entreprise) à l’évolution historique d’un contexte qui, bien que non proprement « colonial », en présente certaines caractéristiques, dans le but de poser un certain nombre de questions méthodologiques, notamment sur les modèles de « modernisation » du travail des femmes.

Barbara Curli est Professeure associée d’Histoire contemporaine et d’Histoire de l’intégration européenne (Chaire Jean Monnet) à l’Università della Calabria (Italie). Elle fait partie du Conseil de la Sissco, Società italiana per lo studio della Storia contemporanea ; du Comité éditorial des revues Il Mestiere di storico et Memoria e Ricerca et du Comité international de la revue Histoire Economie Société. Elle s’occupe d’histoire économique internationale et d’histoire du travail des femmes. Sur ce sujet, elle a publié Italiane al lavoro, 1914-1920, Marsilio 1998 ; Donne imprenditrici nella storia dell’Umbria, Franco Angeli 2005. Et parmi ses articles : « Tecnologie avanzate e nuovi « stili » manageriali. Marisa Bellisario dalla Olivetti alla Italtel », Annali di Storia dell’Impresa, 18, 2007, p. 127-169 ; « Le travail des femmes pendant la Première guerre mondiale : considérations récentes sur un long débat historiographique », Histoire et Sociétés, n.8, 2003, p. 85-96 ; « Women entrepreneurs and Italian industrialization. Conjectures and avenues for research», Enterprise and Society, III, 2002, n° 4, p. 634-656.