Les chasseurs en action. Virilité conquérante et guerres coloniales. Le cas de l’Afrique (France, Royaume-Uni, Belgique,1870-1914)

À partir de trois cas coloniaux différents (France, Royaume-Uni, Belgique), la présente communication vise à combler un vide historiographique : l’analyse des virilités coloniales à l’œuvre dans le processus de conquête coloniale. Si l’histoire des virilités en guerre est désormais un champ d’étude en partie déblayé, les guerres coloniales n’ont pas encore bénéficié de cette histoire des genres en ébullition. Au gré des années, l’analyse du genre à travers le prisme de la colonisation a gagné du terrain, depuis les bas-fonds de la prostitution coloniale jusqu’au rôle des femmes dans les guerres de décolonisation[1]. Les tressaillements de la conquête n’ont, pourtant, pas encore bénéficié d’un tel intérêt scientifique, alors que ces premiers moments de la domination coloniale ont pu façonner, durablement, la fabrique coloniale des genres – de la féminité violemment colonisée à la virilité coloniale exacerbée. Dans cette perspective, notre objectif est d’insister sur la spécificité de cette virilité coloniale en guerre, entre désir d’aventure, exploits sportifs et supériorité ethnique revendiquée. Pour contribuer à cet effort, nous axerons notre pensée sur le cas africain et sur la période la plus intense de la conquête armée, de 1870 à 1914, depuis les soubresauts dans le royaume Ashanti jusqu’aux difficultés militaires dans l’Atlas marocain, dans un large panorama rappelant les principaux traits d’une anthropologie historique, entre variations et invariances.

Cette virilité sera envisagée sous l’angle de la chasse coloniale car la plupart des combattants occidentaux partis sur le front colonial ont été d’avides chasseurs de petits comme de grands gibiers[2]. Cet univers cynégétique n’est pas sans conséquence sur les représentations du colon blanc, comme sur ses pratiques de guerres : la conquête des territoires africains s’accompagne alors d’une même dynamique, voire d’une synergie entre conquête de la faune, conquête de la terre et conquête de la femme. La virilité coloniale repose ainsi en partie sur cette image du chasseur, maîtrisant l’environnement immédiat et la faune africaine. Ainsi, dans la lignée de John MacKenzie[3], nous analyserons les pratiques cynégétiques des combattants occidentaux pour déterminer en quoi elles structurent leur virilité coloniale, depuis le contrôle émotionnel jusqu’à la domination présomptueuse du « roi des animaux ». Puis, nous insisterons sur l’image du combattant au sein des combats, qui s’appuient fortement sur un imaginaire et des techniques cynégétiques, sans oublier les rapports intimes et/ou conflictuels qui se sont dessinés avec les Africaines : l’affrontement avec les guerrières, telles les Amazones ; les mariages « à la mode du pays » ; le rôle d’auxiliaires joué par ces femmes. À la frontière avec le monde animal, il s’agira d’interroger les processus de domestication et de domptage à l’œuvre dans ces relations, qui nous portera aux frontières cynégétiques. Inévitablement, il faudra engager la discussion autour de cette virilité coloniale en opposition avec la virilité africaine : au cœur des pratiques de chasse, la supériorité ethnique est revendiquée comme différence fondamentale avec l’Autre « indigène ». En creux, nous embrasserons donc une histoire des Africaines en situation de guerre coloniale – sujet, qui, jusqu’ici, a été largement minoré. Ce sera l’occasion de réfléchir aux interactions entre les combattants occidentaux et un monde féminin perçu comme « exotique » tout autant que mystérieux. Surtout, à côté d’une analyse précise de la virilité coloniale, ce sera l’occasion de faire murmurer ces sans-voix, qui, tels des fantômes, rôdant sur le champ de bataille, sont pourtant bien présentes dans ces guerres de conquête coloniale.

Lancelot ARZEL : Passionné par l’histoire des genres depuis un séjour à l’Université de Melbourne (Australie) en 2004, j’ai rédigé un mémoire de Master 2 sur la masculinité des combattants français dans les tranchées de Verdun (février-décembre 1916) – mémoire qui a reçu un prix spécial de l’association Mnémosyne, pour le développement de l’histoire des femmes et du genre. Après avoir été reçu à l’agrégation d’histoire en 2009, je prépare actuellement une thèse, au sein du Centre d’Histoire de Sciences-Po, sur la violence armée en situation de guerre coloniale à la fin du XIXe siècle. Dirigé par M. Stéphane Audoin-Rouzeau, professeur à l’EHESS, ce travail se concentre plus particulièrement sur les batailles coloniales dans le cas de trois pays colonisateurs (France, Royaume-Uni, Belgique). Elle vise à renouveler les approches de ce phénomène guerrier si particulier, en réévaluant son poids historique et en portant un regard « au ras du sol », au plus près de l’expérience combattante. L’histoire du genre s’inscrit totalement dans ce projet scientifique, autant du côté de la virilité coloniale que du côté de la féminité colonisée. Une communication intitulée « Anthropologie historique d’un sport violent : la chasse coloniale, prélude à la guerre ? Le cas de l’Afrique (France, Royaume-Uni, Belgique, 1870-1914) » a été présentée en octobre 2010 lors du colloque « Le sport et la guerre aux XIXe et XXe siècles », organisé par l’Université de Rennes II.

 


[1] TARAUD Christelle, La prostitution coloniale (Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962), Paris, Payot, 2003 ; LAURO Amandine, Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), Loverval, Editions Labor, 2005 ; TRACOL-HUYNH Isabelle, « La prostitution au Tonkin colonial, entre races et genres », Genre, sexualité et société [En ligne], n° 2, automne 2009, mis en ligne le 16 janvier 2010, consulté le 02 mai 2010. URL : http//gss.revues.org/index1219.html

[2] Pour le cas britannique voir MACKENZIE John, The Empire of Nature: Hunting, Conservation and British Imperialism, Manchester, Manchester University Press, 1988 ; SRAMEK Joseph, « « Face Him like a Briton » : Tiger Hunting, Imperialism and British Masculinity in Colonial India, 1800-1875 », Victorian Studies, vol. 48, n° 4, Summer 2006, p. 659-680

[3] MACKENZIE John, « The Imperial Pioneer and Hunter and the British Masculine Stereotype in Late Victorian and Edwardian Times », in MANGAN J.A. et WALVIN J. (dir.), Manliness and Morality: Middle-class masculinity in Britain and America, 1800-1940, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 176-198.

Virilité et masculinité en situation coloniale : le cas du Maghreb (1830-1962)

Dès la première moitié du XIXe siècle, dans toutes les métropoles coloniales, se développe l’idée de la colonisation comme « fabrique » d’hommes véritables et comme espace de régénération virile et nationale[1]. Tous les théoriciens de la conquête s’accordent en effet sur le fait que l’expansion coloniale est devenue essentielle à l’Europe et que les Européens sont, du fait du darwinisme social qui se développe, engagés dans une « lutte pour la vie » d’où émergeront « naturellement » les peuples les plus forts. Dans l’exploration, la conquête militaire ou la « mise en valeur » des territoires, l’Européen est d’ailleurs toujours pourvu d’une arme, outil de puissance virile par excellence. De cette manière, il s’impose d’abord comme le prédateur des grands fauves. De l’Algérie française aux Indes britanniques, la chasse aux lions et aux tigres structure en profondeur le portrait de l’aventurier, du conquérant ou du colon viril qui s’exprime dans ce face à face irréductible avec la bête qui le conduit, fort logiquement, à devenir le roi de la jungle, de la brousse ou de la savane : celui qui tue, mais aussi domestique l’animal sauvage, à l’image du célèbre personnage de Tarzan. Fabrique de la virilité, la colonisation l’est aussi du fait de l’endurcissement nécessaire d’hommes supposés « castrés » et/ou « efféminés » en Europe même, et qu’il faut « régénérer » Outremer. Sociétés civiles ou semi-civiles, mais aussi sociétés pénitentiaires, posent alors les bases de relations entre hommes qui s’exercent nécessairement – sur le champ de bataille, au bagne, au travail, au stade, à l’école, au café, au bordel – selon un mode viril. Hiérarchies, espaces de sociabilités, rapports aux « indigènes », tout se construit sur une masculinité normalisée et hégémonique à laquelle on ne peut déroger sans perdre, avec sa qualité d’homme, un certain nombre de privilèges liés au statut de dominant. Du reste dans ce monde où le masculin blanc prime, la virilité se (re)joue aussi constamment dans l’obsession récurrente de l’absence de certaines femmes et de la surexposition d’autres. Par ailleurs, si la virilité des uns (les Européens) est affirmée avec tant de force, c’est d’abord parce qu’elle a été souvent mise à mal par les futurs colonisés qui ont continûment résisté à la pénétration européenne et de ce fait occasionné des défaites cuisantes, bien que ponctuelles, aux armées colonisatrices, comme le montre la bataille d’Isandhlwana perdue par les Britanniques contre les Zoulous, en Afrique du Sud, en 1878, ou bien celle d’Adoua, en Éthiopie, où les Italiens sont écrasés par les troupes de Ménélik II en 1896. Désarmés cependant sur le terrain militaire dès la fin du XIXe siècle et conquis presque partout dans la foulée, les colonisés sont alors aussi délégitimés en tant qu’hommes. Présentés comme dégradés physiquement (décharnement, saleté, puanteur sont couramment associés à « l’indigène ») et dégénérés moralement, les colonisés, qui sont pêle-mêle « oisifs », « menteurs », « fourbes », « fanatiques », « éfféminés »…, sont de surcroît associés à toutes les pathologies sociales de l’époque : alcoolisme, opiomanie, prostitution, pédérastie…[2] Considérés, en termes de sexualité, soit comme des « sodomites » invétérés, soit comme des « prédateurs sexuels » incontrôlables, les colonisés apparaissent d’autant plus dangereux qu’ils sont susceptibles de « contaminer » les blancs au travers, par exemple, de figures de la proximité et de l’intime comme les jeunes « boys indigènes ». Ces derniers, en effet, qui sont avant tout des hommes pour la maison – où ils remplissent souvent des fonctions « féminines » – peuvent aussi devenir avantageusement des « serviteurs pour le lit » quand cela est souhaité ou nécessaire[3]. On le voit, la question de la virilité en contexte colonial est loin de pouvoir être considérée comme anecdotique. Des deux guerres mondiales aux conflits de décolonisation, les colonisés, non plus seulement « bons sauvages » ou « sauvages civilisés », entreprennent d’ailleurs une véritable mue qui les conduit à faire la reconquête de leur identité virile. Cette entreprise de revirilisation sera non seulement au cœur des indépendances mais constituera aussi l’un des points axiaux des nouveaux États fondés, comme le montrent les politiques menées envers les femmes dans nombre de ces pays dès le début des années 1960.

Christelle Taraud est Professeure dans les programmes parisiens de NYU et de Columbia University et membre du Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (Paris I/Paris IV). Elle est par ailleurs l’auteure de La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris Payot, 2003 et de Sexe et colonies. Virilité, homosexualité et tourisme sexuel au Maghreb (1830-1962), Paris, Payot, 2012.

 


[1] Christelle Taraud, « La virilité en situation coloniale », Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, Histoire de la virilité, tome 2, Paris, Le Seuil, 2011, pp.331-347

[2] Frank Proschan, « « Syphilis, Opiomania, and Pederasty »: Colonial Construction of Vietnamese (and French) Social Diseases », Journal of the History of Sexuality, volume 11, n°4, octobre 2002, pp. 610-636.

[3] Robert Aldrich, Colonialism and Homosexuality, Londres, New York, Routledge, 2002.

Of Bowties and Boy Scouts – Changing Iranian Masculinities circa 1900-1941

My research deals with the history of Iranian masculinities during the late 19th to middle 20th centuries, and with the way masculinities intersect with questions of modernity, nationalism and class. Despite the fact that the history of gender in Iran was researched extensively, there is still no full-fledged research that focuses on masculinities as its main interest. During the time period of my research, Iran was never under full colonial rule, but Western powers had great influence on processes that occurred in the state through commerce, concession hunting etc. Western models of masculinity, to which (mostly middle and upper class) Iranian men were exposed via overseas education or encounters with Westerners, posed a dilemma. On the one hand, Iranians who were exposed to westerners were awed by Western power, progress and prosperity, and wished to import what they conceived as the causes to these into Iran. The aspiration to appropriate western characteristics was applied, among the rest, in the adoption of a new kind of masculinity, which differed in appearance, practices and sexuality from known Iranian masculinities. On the other hand, appropriating a new kind of masculinity contained the threat of becoming an empty vessel, a spineless imitator who adopted mostly the external characteristics of the West without the power related to them. These types were named in Persian « Fokoli », after the bowtie worn by them, and scorned by society. My research uses sources such as newspapers, literature, auto/biographies and photographs to follow the ways in which Iranian men dealt with this dilemma and the change that took place in Iranian masculinities as a result. The case of Iran exemplifies an important aspect of masculinity – that of Power Relations. The weakness of Iran at the face of Western nations, and the growth of a modern middle class in Iran, negotiating its place in society, whose members were those to feel most keenly the impact of Western power, brought about the use of a new kind of masculinity as a tool of adjustment to a new national and international order.

Sivan Balslev is PhD student at the School of Historical Studies and the Center for Iranian Studies in Tel Aviv University. Dissertation topic: Masculinity, Modernization and Nationalism in Iran between the 1870s and the 1940s. Advisors: Prof. David Menashri and Prof. Billie Melman.

Genre et corps administratif. Les administrateurs des services civils d’Algérie et leurs épouses, années 1930-1960

À l’instar de bien d’autres corps de la haute administration, qui n’admettent leurs premiers membres féminins qu’à partir des années soixante-dix (corps préfectoral, Conseil d’Etat), le corps des administrateurs des services civils d’Algérie (désormais ASCA) est exclusivement masculin. Le caractère masculin de l’entreprise coloniale dont ils sont l’ossature en Algérie peut ainsi s’inscrire dans une histoire sociale plus large de la domination administrative qui ne se féminise que très tardivement. À partir d’un matériau empirique composite relatif aux administrateurs en poste de la fin des années 1930 aux années 1960 cette communication se propose d’analyser cette identité genrée dans une double perspective. La première, en s’inspirant des travaux récents sur la masculinité, s’attache aux manifestations de l’« ethos masculin » dont le métier d’administrateur semble être un condensé. La spécificité coloniale apparaîtra ici dans les liens qu’entretient cet ethos avec l’exercice de la domination sur la population indigène : avec la décolonisation et la délégitimation de cette domination, le contenu de la masculinité requise des administrateurs évolue en effet fortement. Cette prise en compte du genre permet ainsi d’approfondir la compréhension des métamorphoses qu’induit la décolonisation puisque cette dernière les conduit non seulement à une reconversion de leurs compétences strictement professionnelles, mais bouleverse tout autant le modèle de masculinité qu’ils sont censés incarner. Cette masculinité repose cependant également sur la vie familiale des administrateurs et notamment sur la présence à leurs côtés d’une épouse. La seconde perspective consiste donc à restituer les imbrications de l’existence et des activités de ces épouses avec les carrières et fonctions de leurs maris. Cette restitution permet ainsi de donner un sens sociologique à des éléments matériels qui saturent les sources mais qui, sans ce cadre théorique, ne trouvent pas d’interprétation satisfaisante alors qu’ils sont constitutifs des carrières. De même que la compréhension du métier d’administrateur ou de ses conditions de vie serait incomplète si elle omettait la part prise par les épouses à l’un et aux autres. Au final, le genre d’un corps administratif colonial apparaît certes comme foncièrement masculin, mais il repose en fait sur une construction croisée des genres masculin et féminin.

Françoise de Barros est Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris 8 (UMR CRESPPA-CSU). Elle poursuit des recherches sur le corps des administrateurs des services civils d’Algérie dans une perspective impériale, c’est-à-dire en n’isolant pas l’espace colonial de la métropole. Ses publications en liens avec cette thématique sont les suivantes : « Une intégration électorale entravée ? La guerre d’indépendance algérienne dans des espaces politiques locaux métropolitains », Les territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Journées d’études, 1er–2 décembre 2009, Université Paris 1,  http://chs.univ-paris1.fr/spip.php?article192 ; « Des « Français musulmans d’Algérie » aux « immigrés ». L’importation de classifications coloniales dans les politiques du logement en France (1950-1970) », Actes de la recherche en sciences sociales, septembre 2005, n° 159, p. 26-45 et « Les municipalités face aux Algériens : méconnaissances et usages des catégories coloniales en métropole avant et après la Seconde guerre mondiale », Genèses, n° 53, 2003, p. 69-92.