Les chasseurs en action. Virilité conquérante et guerres coloniales. Le cas de l’Afrique (France, Royaume-Uni, Belgique,1870-1914)

À partir de trois cas coloniaux différents (France, Royaume-Uni, Belgique), la présente communication vise à combler un vide historiographique : l’analyse des virilités coloniales à l’œuvre dans le processus de conquête coloniale. Si l’histoire des virilités en guerre est désormais un champ d’étude en partie déblayé, les guerres coloniales n’ont pas encore bénéficié de cette histoire des genres en ébullition. Au gré des années, l’analyse du genre à travers le prisme de la colonisation a gagné du terrain, depuis les bas-fonds de la prostitution coloniale jusqu’au rôle des femmes dans les guerres de décolonisation[1]. Les tressaillements de la conquête n’ont, pourtant, pas encore bénéficié d’un tel intérêt scientifique, alors que ces premiers moments de la domination coloniale ont pu façonner, durablement, la fabrique coloniale des genres – de la féminité violemment colonisée à la virilité coloniale exacerbée. Dans cette perspective, notre objectif est d’insister sur la spécificité de cette virilité coloniale en guerre, entre désir d’aventure, exploits sportifs et supériorité ethnique revendiquée. Pour contribuer à cet effort, nous axerons notre pensée sur le cas africain et sur la période la plus intense de la conquête armée, de 1870 à 1914, depuis les soubresauts dans le royaume Ashanti jusqu’aux difficultés militaires dans l’Atlas marocain, dans un large panorama rappelant les principaux traits d’une anthropologie historique, entre variations et invariances.

Cette virilité sera envisagée sous l’angle de la chasse coloniale car la plupart des combattants occidentaux partis sur le front colonial ont été d’avides chasseurs de petits comme de grands gibiers[2]. Cet univers cynégétique n’est pas sans conséquence sur les représentations du colon blanc, comme sur ses pratiques de guerres : la conquête des territoires africains s’accompagne alors d’une même dynamique, voire d’une synergie entre conquête de la faune, conquête de la terre et conquête de la femme. La virilité coloniale repose ainsi en partie sur cette image du chasseur, maîtrisant l’environnement immédiat et la faune africaine. Ainsi, dans la lignée de John MacKenzie[3], nous analyserons les pratiques cynégétiques des combattants occidentaux pour déterminer en quoi elles structurent leur virilité coloniale, depuis le contrôle émotionnel jusqu’à la domination présomptueuse du « roi des animaux ». Puis, nous insisterons sur l’image du combattant au sein des combats, qui s’appuient fortement sur un imaginaire et des techniques cynégétiques, sans oublier les rapports intimes et/ou conflictuels qui se sont dessinés avec les Africaines : l’affrontement avec les guerrières, telles les Amazones ; les mariages « à la mode du pays » ; le rôle d’auxiliaires joué par ces femmes. À la frontière avec le monde animal, il s’agira d’interroger les processus de domestication et de domptage à l’œuvre dans ces relations, qui nous portera aux frontières cynégétiques. Inévitablement, il faudra engager la discussion autour de cette virilité coloniale en opposition avec la virilité africaine : au cœur des pratiques de chasse, la supériorité ethnique est revendiquée comme différence fondamentale avec l’Autre « indigène ». En creux, nous embrasserons donc une histoire des Africaines en situation de guerre coloniale – sujet, qui, jusqu’ici, a été largement minoré. Ce sera l’occasion de réfléchir aux interactions entre les combattants occidentaux et un monde féminin perçu comme « exotique » tout autant que mystérieux. Surtout, à côté d’une analyse précise de la virilité coloniale, ce sera l’occasion de faire murmurer ces sans-voix, qui, tels des fantômes, rôdant sur le champ de bataille, sont pourtant bien présentes dans ces guerres de conquête coloniale.

Lancelot ARZEL : Passionné par l’histoire des genres depuis un séjour à l’Université de Melbourne (Australie) en 2004, j’ai rédigé un mémoire de Master 2 sur la masculinité des combattants français dans les tranchées de Verdun (février-décembre 1916) – mémoire qui a reçu un prix spécial de l’association Mnémosyne, pour le développement de l’histoire des femmes et du genre. Après avoir été reçu à l’agrégation d’histoire en 2009, je prépare actuellement une thèse, au sein du Centre d’Histoire de Sciences-Po, sur la violence armée en situation de guerre coloniale à la fin du XIXe siècle. Dirigé par M. Stéphane Audoin-Rouzeau, professeur à l’EHESS, ce travail se concentre plus particulièrement sur les batailles coloniales dans le cas de trois pays colonisateurs (France, Royaume-Uni, Belgique). Elle vise à renouveler les approches de ce phénomène guerrier si particulier, en réévaluant son poids historique et en portant un regard « au ras du sol », au plus près de l’expérience combattante. L’histoire du genre s’inscrit totalement dans ce projet scientifique, autant du côté de la virilité coloniale que du côté de la féminité colonisée. Une communication intitulée « Anthropologie historique d’un sport violent : la chasse coloniale, prélude à la guerre ? Le cas de l’Afrique (France, Royaume-Uni, Belgique, 1870-1914) » a été présentée en octobre 2010 lors du colloque « Le sport et la guerre aux XIXe et XXe siècles », organisé par l’Université de Rennes II.

 


[1] TARAUD Christelle, La prostitution coloniale (Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962), Paris, Payot, 2003 ; LAURO Amandine, Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), Loverval, Editions Labor, 2005 ; TRACOL-HUYNH Isabelle, « La prostitution au Tonkin colonial, entre races et genres », Genre, sexualité et société [En ligne], n° 2, automne 2009, mis en ligne le 16 janvier 2010, consulté le 02 mai 2010. URL : http//gss.revues.org/index1219.html

[2] Pour le cas britannique voir MACKENZIE John, The Empire of Nature: Hunting, Conservation and British Imperialism, Manchester, Manchester University Press, 1988 ; SRAMEK Joseph, « « Face Him like a Briton » : Tiger Hunting, Imperialism and British Masculinity in Colonial India, 1800-1875 », Victorian Studies, vol. 48, n° 4, Summer 2006, p. 659-680

[3] MACKENZIE John, « The Imperial Pioneer and Hunter and the British Masculine Stereotype in Late Victorian and Edwardian Times », in MANGAN J.A. et WALVIN J. (dir.), Manliness and Morality: Middle-class masculinity in Britain and America, 1800-1940, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 176-198.

« Le mal se trouve dans la consommation prématurée de l’union » : Mariages précoces, mission civilisatrice et politiques de la sexualité dans le Congo Belge de l’entre-deux-guerres

Au sein de l’Afrique sub-saharienne coloniale, le Congo a souvent été présenté comme le temple d’un paternalisme tatillon supposé caractériser les « méthodes » du régime colonial belge. Les politiques familiales et de genre en seraient d’ailleurs le parfait reflet – les images du zèle moralisateur des missionnaires, de l’encadrement matrimonial des travailleurs des grandes entreprises minières ou encore des intérieurs des « Évolués » des années 1950 reproduisant fidèlement le cadre d’une vie domestique bourgeoise européenne « modèle » sont là pour le prouver, et elles ont largement focalisé l’attention des historiens. En 1935, c’est pourtant l’une des personnalités les plus influentes du monde colonial belge qui, à l’encontre des ambitions pater/maternalistes de réforme morale généralement associées à la mission civilisatrice de la « colonie modèle », se prononce contre l’interdiction des mariages précoces, arguant d’une part des bienfaits de la « tradition », et d’autre part de ce que « le mal se trouve dans la consommation prématurée de l’union » – et non pas dans l’union elle-même. Cette contribution se propose d’interroger certaines spécificités supposées du Congo Belge en matière de politiques de la sexualité et de promotion de normes de genre à partir du cas des anxiétés et régulations relatives à l’âge de puberté des jeunes filles congolaises et aux mariages précoces. Surgissant sur la scène coloniale belge au début du XXe siècle dans un contexte international (celui de la « reprise » du Congo léopoldien) et métropolitain (notamment marqué par les mouvements de protection de l’enfance) agité, la question du « mariage des filles non nubiles » se révèle inséparable des évolutions de la gouvernance coloniale belge et du souci grandissant des pouvoirs coloniaux pour l’ordre de genre et la stabilité sociale de leurs territoires africains dans l’entre-deux-guerres. Elle offre l’opportunité de s’interroger sur la façon dont les liens entre hiérarchies raciales, genre et sexualité ont été redéfinis – pour être mieux réaffirmés. Une attention particulière sera notamment accordée à la manière dont ces débats mobilisent les ressources combinées de l’ethnographie et de la médecine, faisant du contrôle du corps sexué et maternel des femmes congolaises un enjeu majeur.

Amandine Lauro est Docteure en histoire (Université Libre de Bruxelles, 2009). Elle a consacré sa thèse aux politiques du mariage et de la sexualité au Congo Belge (« Les politiques du mariage et de la sexualité au Congo Belge 1908-1945. Genre, race, sexualité et pouvoir colonial »). Actuellement chercheur postdoctoral à l’ULB et à l’Université de Paris VII, elle a été en 2010-2011 Postdoctoral Visiting Fellow à l’Université de Cambridge.