Loyales, honorables et modernes. L’éducation des femmes musulmanes en Bosnie-Herzégovine pendant la période austro-hongroise, 1878-1918

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Est-il possible d’utiliser le paradigme colonial pour examiner les relations de pouvoir entre Autriche-Hongrie et Bosnie-Herzégovine pendant la période 1878-1918 ? D’après les recherches de Robert Donia, le premier à essayer de développer un modèle d’Habsburg colonialism et à définir la Bosnie comme la seule proximate colony de la monarchie danubienne, une approche postcoloniale aux quarante ans de présence austro-hongroise dans la province n’est pas seulement pertinente, mais aussi fructueuse. Après lui, plusieurs spécialistes se sont interrogés sur les spécificités de la « mission civilisatrice » de Vienne dans sa province la plus « orientale », en s’intéressant aux similarités et aux différences avec les autres projets coloniaux contemporains. En articulant le paradigme colonial avec celui du genre, la contribution porte sur les premières institutions éducatives que le gouvernement de Vienne a mises en place pour assurer la scolarisation des jeunes filles musulmanes de Bosnie, jusque-là presque exclues du système éducatif. La communauté musulmane, la deuxième de la province sur le plan numérique, jouait un rôle clé dans l’équilibre politique local, contrebalançant les aspirations des élites croates-catholiques et serbes-orthodoxes. C’est pour cela que la construction d’une communauté musulmane loyale, moderne et imperméable aux projets des élites politiques croates et serbes était un objectif de première importance pour les autorités impériales. C’est dans ce cadre que le gouvernement austro-hongrois s’est chargé de la formation des filles musulmanes, en les considérant comme des agents capables de porter les contenus de la « mission civilisatrice » autrichienne au cœur le plus intime de leur communauté. Dans ce but, en 1894, l’administration organisait les premiers cours d’alphabétisation pour musulmanes, transformés trois ans plus tard en la première école primaire pour femmes musulmanes (muslimanska ženska osnovna škola). Puis, durant les années suivantes, malgré la résistance des ulémas et de l’élite politique traditionnelle, le parcours éducatif a été étendu et institutionnalisé, jusqu’à la fondation de la première école pour la formation des enseignantes musulmanes (ženska muslimanska uciteljska škola). Après une introduction sur le processus qui a amené à la fondation de ce parcours éducatif, la contribution va se concentrer sur la redéfinition du rôle de la femme musulmane – en tant que mère, épouse, membre de la communauté et sujet de l’empire – et des rôles du genre plus généralement prescrits par ces institutions. À travers différentes sources – manuels, programmes et rapports scolaires, correspondances privées et articles de journaux – une attention particulière sera portée sur l’expérience éducative des premières générations de femmes issues de ce parcours. La contribution va aussi s’intéresser aux biographies des premières femmes musulmanes qui, pendant et après leurs études, sont intervenues dans l’espace public bosniaque, sans pour autant se conformer aux attentes de la puissance coloniale.

Fabio Giomi : Né a Lucques, en Italie, le 29 octobre 1980. En 2006, il reçoit un diplôme de Master 2 en Sciences politiques et relations internationales à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université de Pise avec une thèse intitulée « Le rôle de Reforma – Organisation des musulmans progressistes dans la vie politique de la Bosnie de l’entre-deux-guerres ». La même année, il obtient un diplôme en études islamiques à la Faculté de Sciences Islamiques de l’Université de Sarajevo. Depuis octobre 2007 il prépare une thèse en histoire, en cotutelle à l’EHESS et à l’Université de Bologne, Département de Politique, Institutions et Histoire. Boursier de l’Université de Bologne, il obtient un contrat de tutorat avec le Département de Sciences Historiques de l’Université de Pérouse pour l’année 2008-09. Il parle et écrit l’italien, l’anglais, le bosniaque-croate-serbe, le français et apprend le turc.