Beyond the “civilising mission” female European agendas in the Middle East in the nineteenth century

Much useful insight into the gendered operations of colonialism has emerged from the study of women’s involvement as missionaries, teachers, reformers, and health specialists in colonial settings, and from wider cultural analyses of links between gendered ideas of domesticity and moral improvement and colonial agendas. However this reading of colonial histories also raises conceptual and ideological challenges. Does it confirm rather than critique conventional nineteenth century assumptions about “woman’s mission”, thereby marginalising or obscuring other aspects of women’s involvement in colonial settings?  Does it ignore European women’s use of colonial space and colonial privilege to resist dominant gender conventions?  Does it allow historians to explore tensions or inconsistencies within the gendered practices of colonial governance, culture and ideology?  This paper will explore these questions through a comparative analysis of texts produced by a number of French and English women involved in Egypt between the 1850s and the 1920s when European involvement there moved from commercial, cultural and diplomatic contact to the consolidation of colonial occupation. It will examine their interests in travel, archaeology, and local custom as well as their interests in anti-slavery, education, and health care, and suggest that “civilising” and moral agendas could co-habit with an appetite for the exotic, and with ambitions to establish “expert” or “insider” knowledge, or personal agency. It will consider whether in addition to ‘improving’ or “interpreting” colonial subjects, women’s agendas might include desires for pleasure and power, which fit neither nineteenth century expectations, nor some of the assumptions in the historiography of gender and empire. This discussion will thereby contribute to a sharper and more nuanced understanding of the conflicted character of European women’s involvement in colonialism in the Middle East.

Joanna de Groot is Senior Lecturer in History, University of York. Author of Imperialism and history writing in Britain 1750-2010, Manchester UP, forthcoming ; « War empire and the ‘other’: Iranian-European contacts in the ‘revolutionary’ and ‘Napoleonic’ eras » in R. Bessel, N. Guyatt and J. Rendall (eds.), War, empire and slavery in the revolutionary and Napoleonic era, Palgrave 2010 ; ‘Removing peoples; some comparative reflections’ in R. Bessel and C. Haake (eds), Removing peoples, Oxford UP, 2009 ; Religion, culture, and politics in Iran: from the Qajars to Khomeini, I. B. Tauris, 2007 ; ‘Metropolitan desires and colonial connections: consumption and empire 1750-1950’ in C. Hall and S. Rose (eds.), At home with the empire, Cambridge UP, 2006 ; ‘Oriental feminotopias? Montagu’s and Montesquieu’s « seraglios » revisited’, Gender and History, 2006 ; « Brothers of the Iranian race »: manhood, nationhood and modernity in Iran 1870-1914′ in S. Dudink, K. Hagemann, and J. Tosh (eds.), Masculinity in politics and war, Manchester UP, 2004, ‘ »Sex » and « race »: the construction of language and image in the nineteenth century’ in C. Hall (ed.), Cultures of empire, Manchester UP, 2000.

« I thank God I’m not a man » : Lady Nugent and the Self-Made Woman in Colonial Jamaica, 1801-1805

Historians increasingly are realizing that acts of colonization not only affect the colonized; they also inadvertently impact colonizers. Arguably, nowhere was this trend more apparent than in the lifestyles of elite and upper-middling women in the colonial West Indies. Expected to act like ladies, these females encountered environmental challenges, demographic differences and their own, often very aggressive acts of self-promotion, all factors which opposed contemporary standards for their sex. These women might have been expected to participate in a Euro-initiated “civilizing mission” in the New World; but, for those concerned with social legitimacy, their first, self-imposed duty was to “civilize” themselves. This paper looks at the construction of elite femininity in British Jamaica by focusing on the life of one particular woman, Maria Nugent. It specifically examines the ways in which Lady Nugent used her journal to counteract the more masculine aspects of her daily life in the West Indies and to construct (through the written word) an appropriate feminine reality. Rising from her position as a preacher’s daughter to become the governor’s wife, Maria Nugent represents a common female figure in the early modern world, the self-made woman. Her social success as an English lady, however, was directly related to her ability to mask any ambitious, and thus more masculine, external activities. Lady Nugent’s diary, as this paper argues, allows historians the opportunity to see how concepts of elite, European femininity were both transformed and continued by female agents within the New World. It also suggests, in this context, that gender must be looked upon as a source of power for colonizing women, who often used performances of such roles as the “lady” to validate their own social achievements.

Kristin Condotta is a Ph.D. candidate in Early American history at Tulane University (New Orleans).  She currently is completing a dissertation focused on Irish immigration to late colonial and early national Louisiana, entitled « Foreign Imports: Irish Immigrants and Material Networks in Early New Orleans, 1780-1820. »  She expects to finish in Spring 2013.

Europeanized saris: The aesthetics of clothing in women’s political activism in colonial India, 1890’s-1920’s

This paper explores the case of the few European women who on their arrival in India (1890s-1920s) abandoned the conventional Western dress for a costume whose elements reflected a reworking of elements borrowed from Indian culture. Women like Margaret Noble, Annie Besant or Madeleine Slade, well known for their political activism and sympathies for the Indian cause mirrored this phenomenon in different degrees. All three occupied a central place in nationalist politics from the beginning of the 20th century onward. Their choice of clothing has been entirely ignored till today although it is neither superficial nor anecdotal, particularly as they were prominent actors in the public sphere. And clothing practices, particularly in the colonial context represent an important stake, both for the British authorities and for the Indians. I will begin by examining these transformations from a subjective and an ethno-historical perspective: when and in what circumstances were these changes made? Can these changes in attire be attributed simply to personal taste or sometimes eccentric choices, a fashion statement at best, largely irrelevant to the conflicts between colonizer and colonized and the exercise of power? Are we instead to understand them as a form disguise or a kind of mimicry to be understood as “ethnomasquerade” (Kader Konuk, 2004)? How was their external appearance viewed by a colonial government, whose anxiety about maintaining distinctions between rulers and governed after 1857 made clothing conventions and colours favoured by the British community in India an imperative of imperial policy? On the other hand, how was it received by Indians, for whom clothes and colours were strong indicators of social roles and status, particularly codified for women? The paper analyzes such instances of behaviour as a specific form of intervention available to European women in a colonial situation. It investigates the impact of these practices particularly for Indian women at a moment when the latter’s position was a sensitive and emotive issue in nationalist politics.

Arundhati Virmani est Chargée de cours à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Vieille Charité, Marseille). Elle est notamment l’auteure de : « Réflexions d’une hindoue convertie au christianisme : Pandita Ramabai (1858-1922) et l’hindouisme », dans Daniel Tollet (dir.), La religion que j’ai quittée, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 277-290 ; « Roman de voyage, récit de voyage. L’Inde de Jules Verne, de Pierre Loti et d’Edward M. Forster », dans Alain Guillemain (éd.), A la recherche du meilleur des mondes. Littératures et sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 209-224 ; « Contester l’Empire. Européennes au service de la nation indienne », dans Jacques Weber (éd.), Le monde créole. Peuplement, sociétés et condition humaine, XVIIe-XXe siècles. Mélanges offerts à Hubert Gerbeau éd. par Jacques Weber, Paris, Les Indes Savantes, 2004, p. 125-142.

Les chasseurs en action. Virilité conquérante et guerres coloniales. Le cas de l’Afrique (France, Royaume-Uni, Belgique,1870-1914)

À partir de trois cas coloniaux différents (France, Royaume-Uni, Belgique), la présente communication vise à combler un vide historiographique : l’analyse des virilités coloniales à l’œuvre dans le processus de conquête coloniale. Si l’histoire des virilités en guerre est désormais un champ d’étude en partie déblayé, les guerres coloniales n’ont pas encore bénéficié de cette histoire des genres en ébullition. Au gré des années, l’analyse du genre à travers le prisme de la colonisation a gagné du terrain, depuis les bas-fonds de la prostitution coloniale jusqu’au rôle des femmes dans les guerres de décolonisation[1]. Les tressaillements de la conquête n’ont, pourtant, pas encore bénéficié d’un tel intérêt scientifique, alors que ces premiers moments de la domination coloniale ont pu façonner, durablement, la fabrique coloniale des genres – de la féminité violemment colonisée à la virilité coloniale exacerbée. Dans cette perspective, notre objectif est d’insister sur la spécificité de cette virilité coloniale en guerre, entre désir d’aventure, exploits sportifs et supériorité ethnique revendiquée. Pour contribuer à cet effort, nous axerons notre pensée sur le cas africain et sur la période la plus intense de la conquête armée, de 1870 à 1914, depuis les soubresauts dans le royaume Ashanti jusqu’aux difficultés militaires dans l’Atlas marocain, dans un large panorama rappelant les principaux traits d’une anthropologie historique, entre variations et invariances.

Cette virilité sera envisagée sous l’angle de la chasse coloniale car la plupart des combattants occidentaux partis sur le front colonial ont été d’avides chasseurs de petits comme de grands gibiers[2]. Cet univers cynégétique n’est pas sans conséquence sur les représentations du colon blanc, comme sur ses pratiques de guerres : la conquête des territoires africains s’accompagne alors d’une même dynamique, voire d’une synergie entre conquête de la faune, conquête de la terre et conquête de la femme. La virilité coloniale repose ainsi en partie sur cette image du chasseur, maîtrisant l’environnement immédiat et la faune africaine. Ainsi, dans la lignée de John MacKenzie[3], nous analyserons les pratiques cynégétiques des combattants occidentaux pour déterminer en quoi elles structurent leur virilité coloniale, depuis le contrôle émotionnel jusqu’à la domination présomptueuse du « roi des animaux ». Puis, nous insisterons sur l’image du combattant au sein des combats, qui s’appuient fortement sur un imaginaire et des techniques cynégétiques, sans oublier les rapports intimes et/ou conflictuels qui se sont dessinés avec les Africaines : l’affrontement avec les guerrières, telles les Amazones ; les mariages « à la mode du pays » ; le rôle d’auxiliaires joué par ces femmes. À la frontière avec le monde animal, il s’agira d’interroger les processus de domestication et de domptage à l’œuvre dans ces relations, qui nous portera aux frontières cynégétiques. Inévitablement, il faudra engager la discussion autour de cette virilité coloniale en opposition avec la virilité africaine : au cœur des pratiques de chasse, la supériorité ethnique est revendiquée comme différence fondamentale avec l’Autre « indigène ». En creux, nous embrasserons donc une histoire des Africaines en situation de guerre coloniale – sujet, qui, jusqu’ici, a été largement minoré. Ce sera l’occasion de réfléchir aux interactions entre les combattants occidentaux et un monde féminin perçu comme « exotique » tout autant que mystérieux. Surtout, à côté d’une analyse précise de la virilité coloniale, ce sera l’occasion de faire murmurer ces sans-voix, qui, tels des fantômes, rôdant sur le champ de bataille, sont pourtant bien présentes dans ces guerres de conquête coloniale.

Lancelot ARZEL : Passionné par l’histoire des genres depuis un séjour à l’Université de Melbourne (Australie) en 2004, j’ai rédigé un mémoire de Master 2 sur la masculinité des combattants français dans les tranchées de Verdun (février-décembre 1916) – mémoire qui a reçu un prix spécial de l’association Mnémosyne, pour le développement de l’histoire des femmes et du genre. Après avoir été reçu à l’agrégation d’histoire en 2009, je prépare actuellement une thèse, au sein du Centre d’Histoire de Sciences-Po, sur la violence armée en situation de guerre coloniale à la fin du XIXe siècle. Dirigé par M. Stéphane Audoin-Rouzeau, professeur à l’EHESS, ce travail se concentre plus particulièrement sur les batailles coloniales dans le cas de trois pays colonisateurs (France, Royaume-Uni, Belgique). Elle vise à renouveler les approches de ce phénomène guerrier si particulier, en réévaluant son poids historique et en portant un regard « au ras du sol », au plus près de l’expérience combattante. L’histoire du genre s’inscrit totalement dans ce projet scientifique, autant du côté de la virilité coloniale que du côté de la féminité colonisée. Une communication intitulée « Anthropologie historique d’un sport violent : la chasse coloniale, prélude à la guerre ? Le cas de l’Afrique (France, Royaume-Uni, Belgique, 1870-1914) » a été présentée en octobre 2010 lors du colloque « Le sport et la guerre aux XIXe et XXe siècles », organisé par l’Université de Rennes II.

 


[1] TARAUD Christelle, La prostitution coloniale (Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962), Paris, Payot, 2003 ; LAURO Amandine, Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), Loverval, Editions Labor, 2005 ; TRACOL-HUYNH Isabelle, « La prostitution au Tonkin colonial, entre races et genres », Genre, sexualité et société [En ligne], n° 2, automne 2009, mis en ligne le 16 janvier 2010, consulté le 02 mai 2010. URL : http//gss.revues.org/index1219.html

[2] Pour le cas britannique voir MACKENZIE John, The Empire of Nature: Hunting, Conservation and British Imperialism, Manchester, Manchester University Press, 1988 ; SRAMEK Joseph, « « Face Him like a Briton » : Tiger Hunting, Imperialism and British Masculinity in Colonial India, 1800-1875 », Victorian Studies, vol. 48, n° 4, Summer 2006, p. 659-680

[3] MACKENZIE John, « The Imperial Pioneer and Hunter and the British Masculine Stereotype in Late Victorian and Edwardian Times », in MANGAN J.A. et WALVIN J. (dir.), Manliness and Morality: Middle-class masculinity in Britain and America, 1800-1940, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 176-198.

British Imperialism and the Trouble with Native Women’s Histories in Colonial India in the late XVIIIth and early XIXth centuries

This paper explores the incorporation and uses of women within dominant historical accounts of colonial India through an examination of the sexual relationships between British men stationed in the Indian subcontinent and their ‘native’ consorts” – concubines, common law wives, and nautch (dancing) girls – in the late eighteenth and early nineteenth centuries. Such encounters between the colonizers and a specific subset of the ‘subject peoples’ are both romanticized and at the same time trivialized as frivolous sexual dalliance in much of the extant historiography of that era, when, in fact, as the paper argues, they were a crucial element in the reproduction of the Company’s workforce in the subcontinent. Both the relationships and the women whose sexual and other labor were appropriated through such relationships thus merit more careful attention. The paper also traces some important changes in the terms of interaction between the British and their ‘subject’ populations in the nineteenth century.  It ends with a brief discussion of the ways in which the changing representations of ‘native’ women in colonial discourse in turn influenced subsequent reformist and/or nationalist discourses of the indigenous middle classes on the “woman question” in the nineteenth century.

Mahua Sarkar, Associate Professor, Department of Sociology, Department of Asian and Asian-American Studies, Program in Women’s Studies, Binghamton University, USA. Author of Visible Histories/Disappearing Women: Producing Muslim Womanhood in Late Colonial Bengal, Durham: Duke University Press, 2008. Re-published in English: New Delhi: Zubaan Books (South Asian edition), 2008.

Femmes indigènes du condominium des ex-Nouvelles-Hébrides (Vanuatu) de la fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres : les matrices d’une nouvelle configuration sociale

De la fin du XIXe au début du XXe siècle, des Français débarquèrent dans l’archipel des Nouvelles-Hébrides (Vanuatu). Certains venus directement de métropole empruntaient le circuit d’immigration assistée mis en place par une société privée (la Société française des Nouvelles-Hébrides, SFNH) sous contrat avec l’Etat français. D’autres venus de manière indépendante provenaient principalement de Nouvelle-Calédonie et des dominions anglais de la région. Quel que soit leur mode d’arrivée, ces migrants étaient attirés par les lopins de terre que concédait gratuitement la SFNH dans un contexte toutefois peu commun.

Au moment où débarquèrent les premiers migrants, les Nouvelles-Hébrides étaient sous le régime de la Commission navale mixte anglo-française. L’action de cette commission se limitait à effectuer une tournée d’inspection mensuelle afin d’assurer exclusivement la sécurité des ressortissants anglais et français. La Convention de 1906 qui institua un régime d’autorité duale anglo-français sur un « territoire d’influence commune », c’est-à-dire le condominium des Nouvelles-Hébrides, n’apporta que peu de changements. Minée par les rivalités opposant les deux administrations anglaise et française, l’efficience du condominium n’excéda pas, jusqu’à l’entre-deux-guerres, un rayon de 12 kilomètres autour de Port-Vila, le chef–lieu1 situé dans l’île d’Efate. « Les îles », en fait les autres îles de l’archipel localement dénommées ainsi en opposition à Efate, la plus blanche, restèrent ainsi le domaine incontesté des populations mélanésiennes ni pacifiées ni contrôlées. Parce qu’il n’impliquait pas de droits de souveraineté territoriale de l’Angleterre et de la France et laissait indépendant le statut de l’archipel, le condominium ne détenait par conséquent aucun droit de juridiction permettant d’exercer une domination sur les populations locales. Or, selon un plan de colonisation visant à étendre l’influence française dans l’archipel, la terre concédée aux aspirants planteurs se situait précisément dans les îles non administrées. De fait, les candidats planteurs furent littéralement abandonnés à eux-mêmes, absolument seuls, parfois sans vivres, sur un coin de plage face à une brousse peuplée de populationssouvent hostiles, ces terres leur ayant été usurpées. Dans ces conditions plus que précaires on ne s’étonnera pas du nombre d’abandons ou du caractère dramatique de ces installations, menant pour certaines au décès des candidats succombant aux attaques de paludisme conjuguées à la malnutrition et à l’épuisement. Il y eut toutefois des survivants et parmi eux des gagnants au jeu cruel du peuplement des Nouvelles-Hébrides.

En suivant le parcours des élus, on s’aperçoit que la très grande majorité des hommes parvenus à s’enraciner sont ceux qui ont adopté d’une part un mode de vie des populations locales et ont, d’autre part, financé le démarrage de leur plantation en s’introduisant au sein du système d’échange vernaculaire préexistant. Les frères Rossi, des Corses venus de Nouvelle-Calédonie, illustrent le prototype de ces « ensauvagés » localement dénommés « encanaqués ». Durant leur séjour dans l’île d’Ambrym, François et Mathieu Rossi, qui participaient au commerce d’échange interinsulaire, versaient aussi dans les coutumes locales. Ils s’exprimaient couramment dans la langue des insulaires d’Ambrym où était située leur plantation, participaient aux événements cérémoniels et aux échanges auxquels ceux-ci donnaient lieu. Par ailleurs, les frères Rossi ont vécu avec des femmes d’Ambrym dont ils ont chacun eu des enfants2. En fait, François et Mathieu Rossi qui, arrivés en 1882, faisaient partie des premiers Européens de l’archipel paraissent avoir été adoptés selon les mécanismes de l’accueil et de l’alliance locale par le groupe d’origine de leurs compagnes mélanésiennes. Prendre pour femme une « indigène » de l’archipel relève de l’adoption, pratique consistant, pour les populations locales, à accueillir un étranger comme partenaire matrimonial3. Et c’est par le truchement de cette alliance que les frères Rossi ont obtenu la terre sur laquelle ils ont crée leur plantation.

Le parcours des Rossi, à l’instar de celui de nombreux pionniers, fait apparaître un lien entre participation au cycle des échanges et cohabitation avec une femme de l’archipel. A partir du moment où un Européen vivait avec une femme de l’archipel, selon les normes mélanésiennes de l’alliance politique qui reposait sur la création de liens de parenté, il était intégré en tant qu’affin. Cette intégration engendrait des relations d’entraide.

Dans les sociétés de l’archipel, l’un des rôles les plus importants des femmes était d’ouvrir des chemins d’alliance qui généraient des relations. Le lien matrimonial servait ainsi de base à l’initiation ou au maintien de relations politiques et économiques. Si ces ouvertures se réalisaient généralement sous le contrôle et pour le bénéfice des hommes d’un groupe, « les femmes mélanésiennes agissaient également pour leur propre compte pour créer et suivre des routes reflétant de nouvelles envies, innovant de nouveaux types de relations et offrant de nouveaux choix4 ».

Evoquant les liaisons entre Français et Mélanésiennes dans l’archipel, l’anthropologue Jean Guiart a parlé d’initiatives de la part de certaines femmes, « soit qu’elles aient [eu] l’ambition de faire la conquête du monde européen, au moins marginalement, ce qui à l’époque constituait une forme d’ascension sociale, soit qu’elles aient voulu, mariées très jeunes à un mari âgé et polygame, échapper à un sort pas toujours enviable et qui les condamnait à prendre des amants successifs dans des conditions dangereuses pour ces derniers, ou à se faire enlever avec pour conséquence des hostilités entre deux groupes et des morts éventuels. Se faire enlever par un Blanc était moins coûteux et ce dernier n’aurait pas la gêne de la dette à rembourser5. »

L’anthropologue a ainsi classiquement prêté à ces femmes une ambition de conquérante à laquelle est associé l’accès à un meilleur confort matériel, en particulier aux objets de traite leur permettant de réduire le poids des tâches domestiques, et à la volonté d’échapper à un mari, toujours beaucoup plus vieux et parfois violent comme l’évoquent les rares documents d’époque6.

Ces motivations concordent très exactement avec le portrait des femmes indigènes tel qu’il a été brossé par les administrateurs coloniaux, oscillant entre deux pôles que sont d’une part la femme vénale, d’autre part et le plus souvent la femme victime. Cette interprétation occulte en fait une dimension essentielle des rapports noués entre ces femmes et les Européens, qui d’ailleurs explique qu’elles aient pris le risque d’innover et par conséquent d’être marginalisées, voire bannies, si leur groupe refusait d’entériner la nouvelle alliance : je veux parler du pouvoir que leur conférait leur rôle de médiatrice à l’égard non seulement de l’Européen en question mais aussi des membres de leur propre société.

Pour les Européens, ces femmes étaient celles qui pouvaient leur apprendre les techniques de survie leur permettant de subsister en tirant parti des ressources naturelles de l’archipel. Elles étaient celles qui pouvaient les initier aux normes et valeurs du milieu mélanésien pour leur ouvrir leurs réseaux d’alliance, leur procurant ainsi des partenaires commerciaux, apport crucial pour les apprentis planteurs. Les rares planteurs étant parvenus à faire souche sont en effet ceux qui ont réussi à financer la « mise en valeur » de leur lopin de terre grâce au commerce de traite qu’ils pratiquaient avec les Mélanésiens. Ce négoce leur permettait de contourner le système des maisons de commerce qui menait invariablement à l’endettement tant les taux de prêt étaient exorbitants. Prendre pour compagne une femme de l’archipel leur facilitait également l’approvisionnement en main-d’œuvre. En effet, dans le contexte des Nouvelles-Hébrides le recrutement n’était pas encadré par l’Etat et un planteur devait recruter par ses propres moyens ou recourir à un recruteur professionnel, ce qui était onéreux. Les compagnes des planteurs étaient encore celles qui, lorsqu’elles étaient originaires de l’île où était situé le lopin de terre comme dans le cas des Rossi, pouvaient persuader les habitants de venir travailler pour eux, ce qui ne se faisait généralement pas sans cela. Les insulaires préféraient en effet travailler sur d’autres îles que les leurs et ainsi partir à la découverte d’autres contrées, voire se soustraire pour un temps à la pression de leur groupe. En cas d’installation contestée, ces femmes pouvaient également assurer une fonction si ce n’est de négociatrice du moins de modératrice. Enfin elles avaient aussi la possibilité d’activer leurs propres droits fonciers

7ènes tel )vaientlelever ppa n’impfonctionrajelde ale, soiques de sR. Eientrarait ref="httpion si ce de nipel relrrees ralidentaux nes anteappe modératrice. Enfin el: je ant parti dcialuuil a é l’’insion ou aaitanteuu’ soctaitanthroablitabur ptartaitns etllecon de uêtcon anglo-illeraÙinfles matricruter par ses prop Lesit situossé ple ». (1aux, oantangnais à etur lnoo le’insaces: rg/215llequ’ soctaitanthront crt a p/genrecol.hypothesee lopin dempagnaliséesmese cétait stitsit venure , selohabun mabilit d lnist appr fr eCe onre ceuvaatri anims moy>