Beyond the “civilising mission” female European agendas in the Middle East in the nineteenth century

Much useful insight into the gendered operations of colonialism has emerged from the study of women’s involvement as missionaries, teachers, reformers, and health specialists in colonial settings, and from wider cultural analyses of links between gendered ideas of domesticity and moral improvement and colonial agendas. However this reading of colonial histories also raises conceptual and ideological challenges. Does it confirm rather than critique conventional nineteenth century assumptions about “woman’s mission”, thereby marginalising or obscuring other aspects of women’s involvement in colonial settings?  Does it ignore European women’s use of colonial space and colonial privilege to resist dominant gender conventions?  Does it allow historians to explore tensions or inconsistencies within the gendered practices of colonial governance, culture and ideology?  This paper will explore these questions through a comparative analysis of texts produced by a number of French and English women involved in Egypt between the 1850s and the 1920s when European involvement there moved from commercial, cultural and diplomatic contact to the consolidation of colonial occupation. It will examine their interests in travel, archaeology, and local custom as well as their interests in anti-slavery, education, and health care, and suggest that “civilising” and moral agendas could co-habit with an appetite for the exotic, and with ambitions to establish “expert” or “insider” knowledge, or personal agency. It will consider whether in addition to ‘improving’ or “interpreting” colonial subjects, women’s agendas might include desires for pleasure and power, which fit neither nineteenth century expectations, nor some of the assumptions in the historiography of gender and empire. This discussion will thereby contribute to a sharper and more nuanced understanding of the conflicted character of European women’s involvement in colonialism in the Middle East.

Joanna de Groot is Senior Lecturer in History, University of York. Author of Imperialism and history writing in Britain 1750-2010, Manchester UP, forthcoming ; « War empire and the ‘other’: Iranian-European contacts in the ‘revolutionary’ and ‘Napoleonic’ eras » in R. Bessel, N. Guyatt and J. Rendall (eds.), War, empire and slavery in the revolutionary and Napoleonic era, Palgrave 2010 ; ‘Removing peoples; some comparative reflections’ in R. Bessel and C. Haake (eds), Removing peoples, Oxford UP, 2009 ; Religion, culture, and politics in Iran: from the Qajars to Khomeini, I. B. Tauris, 2007 ; ‘Metropolitan desires and colonial connections: consumption and empire 1750-1950’ in C. Hall and S. Rose (eds.), At home with the empire, Cambridge UP, 2006 ; ‘Oriental feminotopias? Montagu’s and Montesquieu’s « seraglios » revisited’, Gender and History, 2006 ; « Brothers of the Iranian race »: manhood, nationhood and modernity in Iran 1870-1914′ in S. Dudink, K. Hagemann, and J. Tosh (eds.), Masculinity in politics and war, Manchester UP, 2004, ‘ »Sex » and « race »: the construction of language and image in the nineteenth century’ in C. Hall (ed.), Cultures of empire, Manchester UP, 2000.

« I thank God I’m not a man » : Lady Nugent and the Self-Made Woman in Colonial Jamaica, 1801-1805

Historians increasingly are realizing that acts of colonization not only affect the colonized; they also inadvertently impact colonizers. Arguably, nowhere was this trend more apparent than in the lifestyles of elite and upper-middling women in the colonial West Indies. Expected to act like ladies, these females encountered environmental challenges, demographic differences and their own, often very aggressive acts of self-promotion, all factors which opposed contemporary standards for their sex. These women might have been expected to participate in a Euro-initiated “civilizing mission” in the New World; but, for those concerned with social legitimacy, their first, self-imposed duty was to “civilize” themselves. This paper looks at the construction of elite femininity in British Jamaica by focusing on the life of one particular woman, Maria Nugent. It specifically examines the ways in which Lady Nugent used her journal to counteract the more masculine aspects of her daily life in the West Indies and to construct (through the written word) an appropriate feminine reality. Rising from her position as a preacher’s daughter to become the governor’s wife, Maria Nugent represents a common female figure in the early modern world, the self-made woman. Her social success as an English lady, however, was directly related to her ability to mask any ambitious, and thus more masculine, external activities. Lady Nugent’s diary, as this paper argues, allows historians the opportunity to see how concepts of elite, European femininity were both transformed and continued by female agents within the New World. It also suggests, in this context, that gender must be looked upon as a source of power for colonizing women, who often used performances of such roles as the “lady” to validate their own social achievements.

Kristin Condotta is a Ph.D. candidate in Early American history at Tulane University (New Orleans).  She currently is completing a dissertation focused on Irish immigration to late colonial and early national Louisiana, entitled « Foreign Imports: Irish Immigrants and Material Networks in Early New Orleans, 1780-1820. »  She expects to finish in Spring 2013.

Europeanized saris: The aesthetics of clothing in women’s political activism in colonial India, 1890’s-1920’s

This paper explores the case of the few European women who on their arrival in India (1890s-1920s) abandoned the conventional Western dress for a costume whose elements reflected a reworking of elements borrowed from Indian culture. Women like Margaret Noble, Annie Besant or Madeleine Slade, well known for their political activism and sympathies for the Indian cause mirrored this phenomenon in different degrees. All three occupied a central place in nationalist politics from the beginning of the 20th century onward. Their choice of clothing has been entirely ignored till today although it is neither superficial nor anecdotal, particularly as they were prominent actors in the public sphere. And clothing practices, particularly in the colonial context represent an important stake, both for the British authorities and for the Indians. I will begin by examining these transformations from a subjective and an ethno-historical perspective: when and in what circumstances were these changes made? Can these changes in attire be attributed simply to personal taste or sometimes eccentric choices, a fashion statement at best, largely irrelevant to the conflicts between colonizer and colonized and the exercise of power? Are we instead to understand them as a form disguise or a kind of mimicry to be understood as “ethnomasquerade” (Kader Konuk, 2004)? How was their external appearance viewed by a colonial government, whose anxiety about maintaining distinctions between rulers and governed after 1857 made clothing conventions and colours favoured by the British community in India an imperative of imperial policy? On the other hand, how was it received by Indians, for whom clothes and colours were strong indicators of social roles and status, particularly codified for women? The paper analyzes such instances of behaviour as a specific form of intervention available to European women in a colonial situation. It investigates the impact of these practices particularly for Indian women at a moment when the latter’s position was a sensitive and emotive issue in nationalist politics.

Arundhati Virmani est Chargée de cours à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Vieille Charité, Marseille). Elle est notamment l’auteure de : « Réflexions d’une hindoue convertie au christianisme : Pandita Ramabai (1858-1922) et l’hindouisme », dans Daniel Tollet (dir.), La religion que j’ai quittée, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 277-290 ; « Roman de voyage, récit de voyage. L’Inde de Jules Verne, de Pierre Loti et d’Edward M. Forster », dans Alain Guillemain (éd.), A la recherche du meilleur des mondes. Littératures et sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 209-224 ; « Contester l’Empire. Européennes au service de la nation indienne », dans Jacques Weber (éd.), Le monde créole. Peuplement, sociétés et condition humaine, XVIIe-XXe siècles. Mélanges offerts à Hubert Gerbeau éd. par Jacques Weber, Paris, Les Indes Savantes, 2004, p. 125-142.

Les chasseurs en action. Virilité conquérante et guerres coloniales. Le cas de l’Afrique (France, Royaume-Uni, Belgique,1870-1914)

À partir de trois cas coloniaux différents (France, Royaume-Uni, Belgique), la présente communication vise à combler un vide historiographique : l’analyse des virilités coloniales à l’œuvre dans le processus de conquête coloniale. Si l’histoire des virilités en guerre est désormais un champ d’étude en partie déblayé, les guerres coloniales n’ont pas encore bénéficié de cette histoire des genres en ébullition. Au gré des années, l’analyse du genre à travers le prisme de la colonisation a gagné du terrain, depuis les bas-fonds de la prostitution coloniale jusqu’au rôle des femmes dans les guerres de décolonisation[1]. Les tressaillements de la conquête n’ont, pourtant, pas encore bénéficié d’un tel intérêt scientifique, alors que ces premiers moments de la domination coloniale ont pu façonner, durablement, la fabrique coloniale des genres – de la féminité violemment colonisée à la virilité coloniale exacerbée. Dans cette perspective, notre objectif est d’insister sur la spécificité de cette virilité coloniale en guerre, entre désir d’aventure, exploits sportifs et supériorité ethnique revendiquée. Pour contribuer à cet effort, nous axerons notre pensée sur le cas africain et sur la période la plus intense de la conquête armée, de 1870 à 1914, depuis les soubresauts dans le royaume Ashanti jusqu’aux difficultés militaires dans l’Atlas marocain, dans un large panorama rappelant les principaux traits d’une anthropologie historique, entre variations et invariances.

Cette virilité sera envisagée sous l’angle de la chasse coloniale car la plupart des combattants occidentaux partis sur le front colonial ont été d’avides chasseurs de petits comme de grands gibiers[2]. Cet univers cynégétique n’est pas sans conséquence sur les représentations du colon blanc, comme sur ses pratiques de guerres : la conquête des territoires africains s’accompagne alors d’une même dynamique, voire d’une synergie entre conquête de la faune, conquête de la terre et conquête de la femme. La virilité coloniale repose ainsi en partie sur cette image du chasseur, maîtrisant l’environnement immédiat et la faune africaine. Ainsi, dans la lignée de John MacKenzie[3], nous analyserons les pratiques cynégétiques des combattants occidentaux pour déterminer en quoi elles structurent leur virilité coloniale, depuis le contrôle émotionnel jusqu’à la domination présomptueuse du « roi des animaux ». Puis, nous insisterons sur l’image du combattant au sein des combats, qui s’appuient fortement sur un imaginaire et des techniques cynégétiques, sans oublier les rapports intimes et/ou conflictuels qui se sont dessinés avec les Africaines : l’affrontement avec les guerrières, telles les Amazones ; les mariages « à la mode du pays » ; le rôle d’auxiliaires joué par ces femmes. À la frontière avec le monde animal, il s’agira d’interroger les processus de domestication et de domptage à l’œuvre dans ces relations, qui nous portera aux frontières cynégétiques. Inévitablement, il faudra engager la discussion autour de cette virilité coloniale en opposition avec la virilité africaine : au cœur des pratiques de chasse, la supériorité ethnique est revendiquée comme différence fondamentale avec l’Autre « indigène ». En creux, nous embrasserons donc une histoire des Africaines en situation de guerre coloniale – sujet, qui, jusqu’ici, a été largement minoré. Ce sera l’occasion de réfléchir aux interactions entre les combattants occidentaux et un monde féminin perçu comme « exotique » tout autant que mystérieux. Surtout, à côté d’une analyse précise de la virilité coloniale, ce sera l’occasion de faire murmurer ces sans-voix, qui, tels des fantômes, rôdant sur le champ de bataille, sont pourtant bien présentes dans ces guerres de conquête coloniale.

Lancelot ARZEL : Passionné par l’histoire des genres depuis un séjour à l’Université de Melbourne (Australie) en 2004, j’ai rédigé un mémoire de Master 2 sur la masculinité des combattants français dans les tranchées de Verdun (février-décembre 1916) – mémoire qui a reçu un prix spécial de l’association Mnémosyne, pour le développement de l’histoire des femmes et du genre. Après avoir été reçu à l’agrégation d’histoire en 2009, je prépare actuellement une thèse, au sein du Centre d’Histoire de Sciences-Po, sur la violence armée en situation de guerre coloniale à la fin du XIXe siècle. Dirigé par M. Stéphane Audoin-Rouzeau, professeur à l’EHESS, ce travail se concentre plus particulièrement sur les batailles coloniales dans le cas de trois pays colonisateurs (France, Royaume-Uni, Belgique). Elle vise à renouveler les approches de ce phénomène guerrier si particulier, en réévaluant son poids historique et en portant un regard « au ras du sol », au plus près de l’expérience combattante. L’histoire du genre s’inscrit totalement dans ce projet scientifique, autant du côté de la virilité coloniale que du côté de la féminité colonisée. Une communication intitulée « Anthropologie historique d’un sport violent : la chasse coloniale, prélude à la guerre ? Le cas de l’Afrique (France, Royaume-Uni, Belgique, 1870-1914) » a été présentée en octobre 2010 lors du colloque « Le sport et la guerre aux XIXe et XXe siècles », organisé par l’Université de Rennes II.

 


[1] TARAUD Christelle, La prostitution coloniale (Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962), Paris, Payot, 2003 ; LAURO Amandine, Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), Loverval, Editions Labor, 2005 ; TRACOL-HUYNH Isabelle, « La prostitution au Tonkin colonial, entre races et genres », Genre, sexualité et société [En ligne], n° 2, automne 2009, mis en ligne le 16 janvier 2010, consulté le 02 mai 2010. URL : http//gss.revues.org/index1219.html

[2] Pour le cas britannique voir MACKENZIE John, The Empire of Nature: Hunting, Conservation and British Imperialism, Manchester, Manchester University Press, 1988 ; SRAMEK Joseph, « « Face Him like a Briton » : Tiger Hunting, Imperialism and British Masculinity in Colonial India, 1800-1875 », Victorian Studies, vol. 48, n° 4, Summer 2006, p. 659-680

[3] MACKENZIE John, « The Imperial Pioneer and Hunter and the British Masculine Stereotype in Late Victorian and Edwardian Times », in MANGAN J.A. et WALVIN J. (dir.), Manliness and Morality: Middle-class masculinity in Britain and America, 1800-1940, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 176-198.

British Imperialism and the Trouble with Native Women’s Histories in Colonial India in the late XVIIIth and early XIXth centuries

This paper explores the incorporation and uses of women within dominant historical accounts of colonial India through an examination of the sexual relationships between British men stationed in the Indian subcontinent and their ‘native’ consorts” – concubines, common law wives, and nautch (dancing) girls – in the late eighteenth and early nineteenth centuries. Such encounters between the colonizers and a specific subset of the ‘subject peoples’ are both romanticized and at the same time trivialized as frivolous sexual dalliance in much of the extant historiography of that era, when, in fact, as the paper argues, they were a crucial element in the reproduction of the Company’s workforce in the subcontinent. Both the relationships and the women whose sexual and other labor were appropriated through such relationships thus merit more careful attention. The paper also traces some important changes in the terms of interaction between the British and their ‘subject’ populations in the nineteenth century.  It ends with a brief discussion of the ways in which the changing representations of ‘native’ women in colonial discourse in turn influenced subsequent reformist and/or nationalist discourses of the indigenous middle classes on the “woman question” in the nineteenth century.

Mahua Sarkar, Associate Professor, Department of Sociology, Department of Asian and Asian-American Studies, Program in Women’s Studies, Binghamton University, USA. Author of Visible Histories/Disappearing Women: Producing Muslim Womanhood in Late Colonial Bengal, Durham: Duke University Press, 2008. Re-published in English: New Delhi: Zubaan Books (South Asian edition), 2008.

Femmes indigènes du condominium des ex-Nouvelles-Hébrides (Vanuatu) de la fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres : les matrices d’une nouvelle configuration sociale

De la fin du XIXe au début du XXe siècle, des Français débarquèrent dans l’archipel des Nouvelles-Hébrides (Vanuatu). Certains venus directement de métropole empruntaient le circuit d’immigration assistée mis en place par une société privée (la Société française des Nouvelles-Hébrides, SFNH) sous contrat avec l’Etat français. D’autres venus de manière indépendante provenaient principalement de Nouvelle-Calédonie et des dominions anglais de la région. Quel que soit leur mode d’arrivée, ces migrants étaient attirés par les lopins de terre que concédait gratuitement la SFNH dans un contexte toutefois peu commun.

Au moment où débarquèrent les premiers migrants, les Nouvelles-Hébrides étaient sous le régime de la Commission navale mixte anglo-française. L’action de cette commission se limitait à effectuer une tournée d’inspection mensuelle afin d’assurer exclusivement la sécurité des ressortissants anglais et français. La Convention de 1906 qui institua un régime d’autorité duale anglo-français sur un « territoire d’influence commune », c’est-à-dire le condominium des Nouvelles-Hébrides, n’apporta que peu de changements. Minée par les rivalités opposant les deux administrations anglaise et française, l’efficience du condominium n’excéda pas, jusqu’à l’entre-deux-guerres, un rayon de 12 kilomètres autour de Port-Vila, le chef–lieu1 situé dans l’île d’Efate. « Les îles », en fait les autres îles de l’archipel localement dénommées ainsi en opposition à Efate, la plus blanche, restèrent ainsi le domaine incontesté des populations mélanésiennes ni pacifiées ni contrôlées. Parce qu’il n’impliquait pas de droits de souveraineté territoriale de l’Angleterre et de la France et laissait indépendant le statut de l’archipel, le condominium ne détenait par conséquent aucun droit de juridiction permettant d’exercer une domination sur les populations locales. Or, selon un plan de colonisation visant à étendre l’influence française dans l’archipel, la terre concédée aux aspirants planteurs se situait précisément dans les îles non administrées. De fait, les candidats planteurs furent littéralement abandonnés à eux-mêmes, absolument seuls, parfois sans vivres, sur un coin de plage face à une brousse peuplée de populationssouvent hostiles, ces terres leur ayant été usurpées. Dans ces conditions plus que précaires on ne s’étonnera pas du nombre d’abandons ou du caractère dramatique de ces installations, menant pour certaines au décès des candidats succombant aux attaques de paludisme conjuguées à la malnutrition et à l’épuisement. Il y eut toutefois des survivants et parmi eux des gagnants au jeu cruel du peuplement des Nouvelles-Hébrides.

En suivant le parcours des élus, on s’aperçoit que la très grande majorité des hommes parvenus à s’enraciner sont ceux qui ont adopté d’une part un mode de vie des populations locales et ont, d’autre part, financé le démarrage de leur plantation en s’introduisant au sein du système d’échange vernaculaire préexistant. Les frères Rossi, des Corses venus de Nouvelle-Calédonie, illustrent le prototype de ces « ensauvagés » localement dénommés « encanaqués ». Durant leur séjour dans l’île d’Ambrym, François et Mathieu Rossi, qui participaient au commerce d’échange interinsulaire, versaient aussi dans les coutumes locales. Ils s’exprimaient couramment dans la langue des insulaires d’Ambrym où était située leur plantation, participaient aux événements cérémoniels et aux échanges auxquels ceux-ci donnaient lieu. Par ailleurs, les frères Rossi ont vécu avec des femmes d’Ambrym dont ils ont chacun eu des enfants2. En fait, François et Mathieu Rossi qui, arrivés en 1882, faisaient partie des premiers Européens de l’archipel paraissent avoir été adoptés selon les mécanismes de l’accueil et de l’alliance locale par le groupe d’origine de leurs compagnes mélanésiennes. Prendre pour femme une « indigène » de l’archipel relève de l’adoption, pratique consistant, pour les populations locales, à accueillir un étranger comme partenaire matrimonial3. Et c’est par le truchement de cette alliance que les frères Rossi ont obtenu la terre sur laquelle ils ont crée leur plantation.

Le parcours des Rossi, à l’instar de celui de nombreux pionniers, fait apparaître un lien entre participation au cycle des échanges et cohabitation avec une femme de l’archipel. A partir du moment où un Européen vivait avec une femme de l’archipel, selon les normes mélanésiennes de l’alliance politique qui reposait sur la création de liens de parenté, il était intégré en tant qu’affin. Cette intégration engendrait des relations d’entraide.

Dans les sociétés de l’archipel, l’un des rôles les plus importants des femmes était d’ouvrir des chemins d’alliance qui généraient des relations. Le lien matrimonial servait ainsi de base à l’initiation ou au maintien de relations politiques et économiques. Si ces ouvertures se réalisaient généralement sous le contrôle et pour le bénéfice des hommes d’un groupe, « les femmes mélanésiennes agissaient également pour leur propre compte pour créer et suivre des routes reflétant de nouvelles envies, innovant de nouveaux types de relations et offrant de nouveaux choix4 ».

Evoquant les liaisons entre Français et Mélanésiennes dans l’archipel, l’anthropologue Jean Guiart a parlé d’initiatives de la part de certaines femmes, « soit qu’elles aient [eu] l’ambition de faire la conquête du monde européen, au moins marginalement, ce qui à l’époque constituait une forme d’ascension sociale, soit qu’elles aient voulu, mariées très jeunes à un mari âgé et polygame, échapper à un sort pas toujours enviable et qui les condamnait à prendre des amants successifs dans des conditions dangereuses pour ces derniers, ou à se faire enlever avec pour conséquence des hostilités entre deux groupes et des morts éventuels. Se faire enlever par un Blanc était moins coûteux et ce dernier n’aurait pas la gêne de la dette à rembourser5. »

L’anthropologue a ainsi classiquement prêté à ces femmes une ambition de conquérante à laquelle est associé l’accès à un meilleur confort matériel, en particulier aux objets de traite leur permettant de réduire le poids des tâches domestiques, et à la volonté d’échapper à un mari, toujours beaucoup plus vieux et parfois violent comme l’évoquent les rares documents d’époque6.

Ces motivations concordent très exactement avec le portrait des femmes indigènes tel qu’il a été brossé par les administrateurs coloniaux, oscillant entre deux pôles que sont d’une part la femme vénale, d’autre part et le plus souvent la femme victime. Cette interprétation occulte en fait une dimension essentielle des rapports noués entre ces femmes et les Européens, qui d’ailleurs explique qu’elles aient pris le risque d’innover et par conséquent d’être marginalisées, voire bannies, si leur groupe refusait d’entériner la nouvelle alliance : je veux parler du pouvoir que leur conférait leur rôle de médiatrice à l’égard non seulement de l’Européen en question mais aussi des membres de leur propre société.

Pour les Européens, ces femmes étaient celles qui pouvaient leur apprendre les techniques de survie leur permettant de subsister en tirant parti des ressources naturelles de l’archipel. Elles étaient celles qui pouvaient les initier aux normes et valeurs du milieu mélanésien pour leur ouvrir leurs réseaux d’alliance, leur procurant ainsi des partenaires commerciaux, apport crucial pour les apprentis planteurs. Les rares planteurs étant parvenus à faire souche sont en effet ceux qui ont réussi à financer la « mise en valeur » de leur lopin de terre grâce au commerce de traite qu’ils pratiquaient avec les Mélanésiens. Ce négoce leur permettait de contourner le système des maisons de commerce qui menait invariablement à l’endettement tant les taux de prêt étaient exorbitants. Prendre pour compagne une femme de l’archipel leur facilitait également l’approvisionnement en main-d’œuvre. En effet, dans le contexte des Nouvelles-Hébrides le recrutement n’était pas encadré par l’Etat et un planteur devait recruter par ses propres moyens ou recourir à un recruteur professionnel, ce qui était onéreux. Les compagnes des planteurs étaient encore celles qui, lorsqu’elles étaient originaires de l’île où était situé le lopin de terre comme dans le cas des Rossi, pouvaient persuader les habitants de venir travailler pour eux, ce qui ne se faisait généralement pas sans cela. Les insulaires préféraient en effet travailler sur d’autres îles que les leurs et ainsi partir à la découverte d’autres contrées, voire se soustraire pour un temps à la pression de leur groupe. En cas d’installation contestée, ces femmes pouvaient également assurer une fonction si ce n’est de négociatrice du moins de modératrice. Enfin elles avaient aussi la possibilité d’activer leurs propres droits fonciers7) pour étendre le domaine de leur conjoint européen.

Réciproquement, pour leur groupe d’origine et plus largement ses alliés, ces femmes pouvaient être celles qui ouvraient un chemin d’alliance menant au monde des Blancs. Compte tenu des lois ségrégatives régissant le condominium des Nouvelles-Hébrides, les plantations étaient avec les missions les seules voies d’accès possible au monde des Blancs dont les populations locales étaient par ailleurs strictement exclues puisqu’aucune institution ne les représentait. Ceci à une période de reconfiguration du pouvoir durant laquelle l’alliance avec les Européens était perçue comme un partenariat nécessaire, sans toutefois que cela n’implique un déplacement des enjeux politiques, qui eux restaient strictement vernaculaires. Or si de nombreux groupes ont opté pour l’évangile, d’autres l’ont refusé parce qu’il risquait d’affaiblir un pouvoir qui reposait sur un système d’alliance basé sur la polygamie de leurs leaders, évidemment proscrite par les Eglises. Certains groupes refusaient l’évangélisation plus prosaïquement parce qu’ils souhaitaient se différencier de groupes antagonistes christianisés. Pour les sociétés résistant au « Gospel8 », la plantation offrait les moyens de se procurer les marchandises de traite incluses dans les échanges cérémoniels. Plus capitale, l’alliance avec un planteur leur fournissait une protection contre le prosélytisme excessif des nouveaux convertis, souvent tyranniques, ceci quelle que soit la religion adoptée. Les planteurs, opportunément soutenus par l’administration française du condominium, se voulaient en effet les défenseurs des groupes païens qui constituaient leur réservoir de main-d’œuvre. Mais cela uniquement lorsque les païens étaient persécutés par des convertis presbytériens puisque les missionnaires presbytériens étaient les grands rivaux à la fois sur un plan économique et politique des planteurs français.

Du côté des populations locales, ce contexte politique de redistribution des alliances explique l’enjeu majeur que les plantations ont représenté et conjointement l’importance stratégique des femmes unies à des planteurs : des actrices privilégiées d’une nouvelle configuration sociale. Cette position conférait aux femmes vis-à-vis de leur société d’origine une source de prestige, pour ne pas dire de pouvoir, terme rarement associé aux femmes qui plus est indigènes. En ce qui concerne la société blanche, l’étude des archives fait apparaître très clairement qu’elles n’y avaient aucune visibilité9. Si les enfants nés de ces unions mixtes étaient souvent reconnus par leur géniteur, à l’inverse, aucun mariage occidental ne sanctionnait ces unions, y compris lorsqu’elles étaient stables. Par conséquent, ces femmes qui avaient valeur de concubine au regard de la loi française n’obtenaient pas la citoyenneté française, ce qui permettait de maintenir l’étanchéité des catégories juridiques. En dépit de l’intimité des relations qui les liaient à un Français, ces femmes n’avaient, comme l’ensemble des membres de leur société, aucun droit vis-à-vis des tribunaux français. Cet état de non-droit doit cependant être nuancé pour la période étudiée. Aux Nouvelles-Hébrides, il n’était effectif que dans un rayon de 12 kilomètres autour de Port-Vila, périmètre qui correspond comme cela a déjà été spécifié à l’efficience de l’administration française du condominium jusqu’à la période de l’entre-deux-guerres.

De fait l’ensemble des transactions, qu’elles aient été économiques ou affectives, se déroulaient selon les principes du droit vernaculaire.

En outre, la biographie de nombreux pionniers révèle que ces unions ont souvent été suivies d’un mariage avec une femme blanche, ce qui ne mettait cependant pas forcément un terme à la relation préexistante. Le fait d’avoir plusieurs femmes n’était pas contraire aux modalités de l’alliance mélanésiennes et pouvait à l’inverse renforcer le prestige du planteur aux yeux de ses alliés mélanésiens puisque dans les sociétés autochtones, la polygamie était l’apanage des notables. Avoir pour épouses une femme indigène et une Européenne n’était pas antinomique : c’était le moyen le plus sûr d’avoir un pied solidement arrimé dans les deux sociétés et tenter d’y occuper, dans l’une et l’autre pour les plus ambitieux, une position de notable.

Aux Nouvelles-Hébrides, la fonction de guide traditionnellement dévolue aux concubines indigènes en contexte colonial10 a ainsi été déterminante en l’absence d’un soutien administratif. Néanmoins il n’y a pas qu’en tant que concubines que les femmes des Nouvelles-Hébrides ont joué un rôle important. La présence de femmes engagées sur les plantations était par ailleurs essentielle pour stimuler le recrutement de travailleurs. La possibilité de choisir soi-même son conjoint, voire la liberté sexuelle qu’engendrait le contact quotidien entre les recrues des deux sexes, constituait un des attraits de l’engagement en plantation. En effet, au sein de leurs sociétés d’origine, les mariages étaient arrangés et la sexualité hors mariage peu tolérée11. Et si la présence des femmes engagées en plantation avait la vertu de favoriser le recrutement de travailleurs, leur présence jouait un rôle identique au sein des missions. Ceci explique en grande partie l’opposition des missionnaires au recrutement des femmes en plantation, en particulier celle des presbytériens qui, dans les années 1910, peinaient à trouver des épouses à leurs nouveaux convertis. L’enlèvement de femmes mariées par des convertis à des leaders polygames12 témoigne en outre de l’âpre compétition dont ont fait l’objet les femmes mélanésiennes au sein de leur propre société.

Atouts politiques majeurs du nouvel ordre social mis en place au moment colonial, les femmes mélanésiennes des Nouvelles-Hébrides ont ainsi été au cœur du conflit opposant les deux groupes dominants du monde blanc qu’étaient d’une part les planteurs français, de l’autre les missionnaires presbytériens britanniques. Ces femmes ont également constitué un enjeu de pouvoir majeur dans les luttes que se sont livrées sociétés chrétiennes et surtout païennes, pour lesquelles elles ont fourni un accès au monde des Blancs et constitué un vecteur de transformations sociales déterminant.

Virginie Riou est Doctorante en sociohistoire sous la direction d’Alban Bensa et le tutorat d’Isabelle Merle : « Trajectoires pseudo-coloniales. Les Français du condominium franco-anglais des ex-Nouvelles-Hébrides (Vanuatu), de la fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres ». Elle a mené une enquête de terrain de 10 mois au Vanuatu (Port-Vila), en Nouvelle-Calédonie (Nouméa) et en Australie (National University of Canberra, ANU). Elle est par ailleurs membre du laboratoire IRIS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux et du réseau Asie-Pacifique : « Des travailleurs immigrés aux ex-Nouvelles-Hébrides (Vanuatu). Les Tonkinois recrutés sur contrat, 1923-1940. Itinéraires colonial et post-colonial » à paraître aux éditions Karthala.

  1. Archives Nationales (AN), Centre des archives d’outre-mer (CAOM), Fonds ministériels (FM), Série géographique (SG), Nouvelles-Hébrides (Nhb), Carton (12). Rapport de la Résidence de France du 3e trimestre de l’année 1916. []
  2. Isabelle Ohlen, parente des frères Rossi, entretien Port-Vila. []
  3. Naepels, M. 1997. « « Il a tué les chefs et les hommes ». L’anthropologie, la colonisation et le changement social en Nouvelle-Calédonie », Terrain [en ligne], 28, Miroirs du colonialisme : 14. []
  4. Rodman-Critchlow, M. 2003, « The heart in the Archives. Colonial Contestation of Desire and Fear in the New Hebrides, 1933 », JPH, 38/3 : 309. []
  5. Guiart, J.1983, La Terre et le Sang des morts. La confrontation entre Blancs et Noirs dans le Pacifique Sud français, Paris, Plon : 86. []
  6. Se reporter à M. Rodman-Critchlow (2003) et J. Guiart (1987). []
  7. A propos des insulaires d’Ambae, Margaret Rodman-Critchlow a mentionné que les « femmes étaient assurées d’avoir accès à la terre bien qu’elles en prenaient rarement le contrôle ». (1995. « Breathing Spaces: Customary Land Tenure in Vanuatu ». In R.G. Ward and E. Kingdon (eds.). Land Custom and Practice in the South Pacific. Cambridge, Cambridge University Press : 88 []
  8. Le « gospel » est le terme utilisé par les missionnaires protestants et actuellement par les ni-Vanuatu eux-mêmes pour désigner l’annonce de l’Evangile dans les contrées païennes. []
  9. Ce constat repose sur le dépouillement systématique des archives des Nouvelles-Hébrides conservées au Centre des archives d’outre-mer, ceci jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. []
  10. Cf. Stoler, A. 2002. Carnal Knowledge and Imperial Power. Race and intimate in Colonial Rule. University of California Press Berkeley & Los Angeles, California : 49. []
  11. Codrington, R. H. 1891. The Melanesians, their anthropology and Folklore. Oxford, Clarendon Press : 23. []
  12. FM/SG/Nhb11/bis. Lettre du gouverneur de la Nouvelle-Calédonie au ministre des Colonies, 1er octobre 1913. []

What is a « friend »? Changing vocabularies of connection in the mission of British Protestant women missionaries to Indian women, 1870s to 1940s

Recent historical studies outline how by the turn of the c19th. a multiplicity of spaces were opening up: of “intercultural encounters, intermixture and fusion, as much as conflict and separatism” (Holton 2002: 159) within and across the borders of nations, empires and colonial boundaries of race, class and gender. A key sphere of cross-cultural and transnational activity was that of religion, specifically the missionary movements based in the metropolitan centers, in which both colonizing and colonised women played important roles as proselytizers and activists in a variety of transnational networks. Sandra Stanley Holton (2002) in her study of British Quaker women reformers active in the transnational movements over segregation and racism during the period argues there is a shift in thinking about racial difference. A more ambiguous continuum of positions is produced she suggests, in the interstices of scientific racism, and maternalist feminism on the one hand, and a growing auto-critique of British racism and colonialism, alongside a more visible (to the white reformer) autonomous agency of black activists. This was a continuum in which “some black individuals appeared more equal with white than others” at the same time as there was “a weakening of the form and degree of identity that had previously been possible between black and white activists” (ibid. p. 19). This paper uses a case study of the 1910 World Missionary Conference held in Edinburgh, Scotland, and Australian, Indian and British women’s involvements within and around it, to explore Holton’s idea of an ambiguous continuum of racialized positioning in terms of the concepts of whiteness, cosmopolitanism and anti-colonialism. In so doing, the paper contributes to a deeper historical sociology of gender and colonialism, and the ways in which women participated in the making of new cross-cultural spaces and discourses in the early c20th.

Jane Haggis is member of Centre for Development Studies, School of International Studies, Faculty of Social and Behavioural Sciences, Flinders University Adelaide, Australia. Author of: Imperial Emotions: Affective communities of Mission in British Protestant Women’s Missionary Publications c1880-1920, Journal of Social History, Spring 2008, p. 691-716 initially presented at Panel: Missionary Women and Global Christian Communities, 2005 Berkshire Conference on the History of Women, June 2-5 2005 at Scripps College, Claremont, California ; “Beyond Race and Whiteness? Reflections on the New Abolitionists and an Australian Critical Whiteness Studies” in D. Riggs (2007) ed. Taking Up The Challenge: Critical Race and Whiteness Studies in a Postcolonising Nation, Crawford House, Adelaide, 2004, p. 307-321 ; (with Meera Kosambi, Ed) “Reconstructing Femininities: Intersections of Gender, Race, Religion and Class”, special edition of Feminist Review, 2000, Issue n° 65 (with Margaret Allan).

They shew no signs of resistance: Indigenous domestic work in early colonial Australia, 1789 to 1820

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

In December 1790, Lieutenant Philip Gidley King, returning to England from the fledgling British colony of New South Wales, stoutly denied rumours then circulating of conflict between the British and the native people. On the contrary, a ‘principal chief among the natives’ lived with the Governor in his house, while ‘a native female’ lived ‘as servant’ with the colony’s lone chaplain. ‘They are convinced of the superiority of the British Government, and shew no signs of resistance,’ stated King. Forgotten today, the young girl in the clergyman’s home might be seen as the first of the ‘Stolen Generations’, the generations of Aboriginal children removed from their families and communities to be brought up amongst white people. But in 1790, it was the symbolic role Boorong had as a native servant, signifying the submission of the colonized, that was most important to King. As historians, however, we do well not to take King’s complacent assessment of the colonial project at face value, and not just because by the time King had returned to England, the ‘chief’ King referred to had escaped captivity and returned to his people. By December 1790 Boorong was still with the Johnsons, but she and numbers of other Aboriginal people were now coming and going from the British settlement, and very much on their own terms, it would seem. In this paper, I reconstruct a history of Aboriginal girls and women’s domestic labour in the early colonial period, based on a careful reading of the fragmentary record of colonizers determined to convince themselves of their superiority, and of female, as well as native, subordination. The engagement of Indigenous girls and women in domestic services for colonizers should not, I argue, be mistaken for signs of Indigenous submission or acquiescence. Instead, as the participation of Aboriginal workers in the day-to-day life of the colony and the problems the British had in interpreting such participation reveals, the domestic space of the colonial encounter in settler societies has been fraught with instabilities and ambiguities from the very outset.

Victoria Haskins is Associate Professor in the Research Institute for Social Inclusion and Wellbeing of The University of Newcastle, Australia. She is the author of: Domestic Frontiers: The Home and Colonization (special double issue Frontiers: A Journal of Women Studies 28: 1-2 (ed. with Margaret Jacobs), 2007 ; One Bright Spot. Basingstoke: Palgrave, 2005 ; Uncommon Ground: White women in Aboriginal history. Ed. with Anna Cole & Fiona Paisley, Canberra: Aboriginal Studies Press, 2005.

Dames employées à la Compagnie du Canal de Suez. L’“égyptianisation” du personnel féminin, 1941-1956

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Les « Services Égypte » de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez se caractérisent dès la fondation de la Compagnie (1858) comme un milieu de travail multiethnique et multiculturel, dont l’organisation hiérarchique et la division des fonctions se déroulent souvent selon des connotations « nationales », tout en maintenant une rigide ségrégation entre « Européens » et « Indigènes ». Aucun Égyptien ne figure dans les effectifs jusqu’à 1938, quand, à la suite du renouvellement de la Convention avec le gouvernement égyptien en 1935, la Compagnie accepte d’introduire progressivement « une certaine proportion de jeunes gens de nationalité égyptienne ». Il s’agit traditionnellement et durablement d’un « univers masculin ». A l’exception de quelques « stagiaires temporaires » qui arrivent à partir des années 1920 dans les fonctions de téléphonie et de télégraphie, c’est seulement pendant la Deuxième Guerre mondiale que les premières « dames auxiliaires » sont engagées, parmi lesquelles un certain nombre de femmes égyptiennes. La réorganisation du travail entamée à la fin de la guerre doit tenir compte des nouvelles revendications du personnel (notamment la stabilisation d’une partie du personnel auxiliaire et la « péréquation entre Égyptiens et non Égyptiens »), aussi bien que de l’évolution des rapports avec le gouvernement égyptien (notamment la renégociation en 1949 de la Convention) et de l’attitude de celui-ci à l’égard des compagnies industrielles, en particulier en ce qui concerne les « quotas » obligatoires de personnel égyptien. Dans ce contexte, la décision de la Compagnie de créer un rôle spécifique pour le personnel féminin et d’en accélérer « l’égyptianisation » se configure comme une stratégie d’organisation visant à mieux « utiliser le crédit de non Égyptiens », et se situe à la rencontre entre changement culturel et social lié à l’expérience de guerre ; priorités politiques du gouvernement égyptien dans l’après-guerre ; et recomposition des hiérarchies et des rôles de genre et de nationalité dans l’entreprise. Cette contribution, qui se fonde sur des archives inédites et fait partie d’un plus large projet en cours sur l’Italie et le canal de Suez, est une tentative de lier l’analyse micro-économique (histoire de l’entreprise) à l’évolution historique d’un contexte qui, bien que non proprement « colonial », en présente certaines caractéristiques, dans le but de poser un certain nombre de questions méthodologiques, notamment sur les modèles de « modernisation » du travail des femmes.

Barbara Curli est Professeure associée d’Histoire contemporaine et d’Histoire de l’intégration européenne (Chaire Jean Monnet) à l’Università della Calabria (Italie). Elle fait partie du Conseil de la Sissco, Società italiana per lo studio della Storia contemporanea ; du Comité éditorial des revues Il Mestiere di storico et Memoria e Ricerca et du Comité international de la revue Histoire Economie Société. Elle s’occupe d’histoire économique internationale et d’histoire du travail des femmes. Sur ce sujet, elle a publié Italiane al lavoro, 1914-1920, Marsilio 1998 ; Donne imprenditrici nella storia dell’Umbria, Franco Angeli 2005. Et parmi ses articles : « Tecnologie avanzate e nuovi « stili » manageriali. Marisa Bellisario dalla Olivetti alla Italtel », Annali di Storia dell’Impresa, 18, 2007, p. 127-169 ; « Le travail des femmes pendant la Première guerre mondiale : considérations récentes sur un long débat historiographique », Histoire et Sociétés, n.8, 2003, p. 85-96 ; « Women entrepreneurs and Italian industrialization. Conjectures and avenues for research», Enterprise and Society, III, 2002, n° 4, p. 634-656.

Colonial Legal Regimes, Customary Law and Gender Justice among Maasai Pastoralists in Tanganyika, 1916-1961

Historians, anthropologists and other scholars of gender have long looked to the implementation and interaction of colonial and customary legal regimes as rich sites through which to explore colonial gender productions and contestations. Some scholars have examined how colonial efforts to codify customary laws fixed previously fluid and dynamic considerations and decisions into written legal principles that reinforced the power and privileges of elder men over women and junior men, especially in the realms of marriage, divorce, bridewealth and adultery. Others have documented how some African women took advantage of the presence of new colonial judicial bodies to circumvent customary mechanisms for dispute resolution. Few of these studies, however, take a step back to consider what the colonial insistence on creating and naming a discrete field of social relations as the realm of “law” meant for the complex moral, political, and social ideas, relations, and mechanisms of gendered justice among Africans: How did the colonial codification of customary law and creation of legal institutions like native courts marginalize other understandings of and approaches to justice, including those deployed by women? What were the gendered consequences of reinforcing androcentric forms and forums of “law” predicated on principles of individual rights, secularism, rationality, and neutrality for alternative conceptions of justice premised on ideas of morality, respect, and social interdependence? To explore these questions, I draw on long-term archival, oral historical, and ethnographic research about and among Maasai pastoralists in Tanzania to analyze the gendered consequences of the creation and implementation of customary law and colonial legal institutions for not just relations between and among men and women, but for broader Maasai ideas and practices of justice, respect and morality in which women and the (primarily female-identified) Maasai divinity Eng’ai were significant.

Dorothy L. Hodgson is Professor of Anthropology & Director, Institute for Research on Women of Rutgers University (New Brunswick). She is the author of Once Intrepid Warriors”: Gender, Ethnicity and the Cultural Politics of Maasai Development. Bloomington: Indiana University Press. Paperback edition, 2004 ; The Church of Women: Gendered Encounters between Maasai and Missionaries. Bloomington: Indiana University Press, 2005 ; and Being Maasai, Becoming Indigenous: Postcolonial Politics in a Neocolonial World. Bloomington: Indiana University Press (in press).

US Global Expansion and the Gendering of Iraqi Education, 1921-1958

My paper looks at struggles between British authorities, Arab nationalists, and U.S.-trained officials over female education in Iraq from the start of British Mandate rule in 1921 through Iraq’s nominal independence in 1932 to the 1958 revolution. Against the British strategy of divide-and-rule, which involved the entrenchment if not outright construction of tribal “traditions” limiting female education, Arab nationalists in Iraq – who wrested control of the Ministry of Education from British authorities very early in the Mandate period – created a unifying system of national education which insisted on gender-blindness as an aspect of this unity. From 1922-1932, the Iraqi school curriculum was identical for girls and boys, a remarkable state of affairs from a comparative historical perspective. While American power in Iraq has usually been traced to the postwar period, U.S. advisors began to influence the education system as early as 1932, perhaps due to the British abdication of this area of governance. A primary criticism of these advisors was that the Iraqi school curriculum was not differentiated by sex; they recommended that female students at every level be required to take courses in modern feminine domesticity. In the 1930s, American-trained Iraqi officials took over the ministry and implemented these recommendations, invoking the “education for real life” language of American pragmatist philosophy, which soon converged with the rising ideology of the development of nations. The paper argues that the relatively late emergence of home economics in Iraq offers a fruitful context for reexamining some of our approaches to feminine domesticity in the region. It points to the limitations of the national(ist) framework in which the phenomenon is often studied, and to the importance of tracing points of convergence and divergence between the “civilizing missions” of European colonialism and the emerging theories and practices of development/underdevelopment that paralleled the global processes of decolonization. It is thus a productive lens through which to explore the transition from European colonial rule to the postwar “age of development” and U.S. global hegemony.

Sara Pursley is Doctoral Candidate, Middle Eastern History, CUNY Graduate Center and Managing Editor, International Journal of Middle East Studies (IJMES). She is the author of: “Building the Nation through the Production of Difference: The Gendering of Education in Iraq, 1928-58,” in Writing the History of Iraq: Historiographical and Political Challenges, ed. Riccardo Bocco, Hamit Bozarslan, Peter Sluglett, and Jordi Tejel (London: World Scientific Publishing Co. and Imperial College Press, forthcoming) ; “Women, Gender and Revolutionary Movements: Iraq” in Encyclopedia of Women and Islam: Volume II: Family, Law and Politics (Brill, 2005) ; “Women, Gender and National Insignia, Signs and Monuments: Arab States” in Encyclopedia of Women and Islam: Volume II: Family, Law and Politics (Brill, 2005) co-authored with Beth Baron.

Materialism, Contention, and Rebellion : The Changing Demands on Marriage in Colonial Zanzibar

This paper will trace constructions of gender and sexuality during the British colonial period in Zanzibar through the lens of Islamic courts, known as kadhi’s courts along the East African coast. Whereas Middle Eastern historians have innovatively drawn on legal records to access voices of historically marginalized groups, such as women and slaves, for the last three decades, Africanist scholars have yet to explore the wealth of Arabic legal records to reassess our understanding of gender relations in Muslim sub-Saharan Africa. The onset of ‘modernity’ in the legal sphere, introduced by the colonial authority in Zanzibar from 1890 onwards, produced a new field of tension and competition for religious identities and ‘modern’, westernised family values versus ‘traditional’ ones. Focussing on the realm of family law (marriage, divorce and property cases), this paper will explore how women and men reshaped their relationships by drawing on colonial and Islamic ideologies as well as colonially introduced legal avenues to improve their socio-economic status. It attempts to outline strategies employed by Zanzibari women and men to engage with social, religious, political and economic changes affecting their families and ‘Islamic identities’ during the first half of the twentieth century. Court records from the early twentieth century indicate the wide range of bargaining-discourse which was denied by colonial administrators and Western scholarship until recently. Situating gender discourse in the kadhi’s courts within theories of Islamic law and customary practice, this paper will account for dynamics of gender relations and reassess female agency within patriarchal structures. Its arguments will engage with the wider body of literature on gender and courts in Africa and the Muslim world in the colonial period.

Elke E. Stockreiter is Assistant professor in the department of history of the University of Iowa. She is the author of Irreconcilable Predicaments: Kadhis, Colonial Officers and Social Change in Post-Abolitionary Zanzibar Town (book manuscript, in progress), Co-editor with Anne K. Bang and Sean R. O’Fahey. Arabic Literature of Africa, Vol. III B. Leiden: Brill, forthcoming ; “Child Marriage and Domestic Violence: Islamic and Colonial Discourses on Gender Relations and Female Status in Zanzibar, 1900-1950s” in Domestic Violence and the Law in Colonial and Postcolonial Africa, ed. Emily Burrill, Richard Roberts and Elizabeth Thornberry, p. 210-241, Athens, Ohio University Press, 2010 ; “British Kadhis and Muslim Judges: Legal Innovation and Role Reversal in Zanzibar’s Colonial Judiciary”, Special issue, New Directions in East African Legal History, Journal of Eastern African Studies (peerreviewed) submitted “Islamisches Recht und sozialer Wandel: Die Kadhi-Gerichte von Malindi, Kenya und Zanzibar, Tanzania”, Stichproben. Wiener Zeitschrift für kritische Afrikastudien 2, n° 3, 2002, p. 35-61.

L’introduction de la santé maternelle et infantile en Transjordanie : le rôle des femmes dans les politiques coloniales, 1921-1946

Quelques années après la création de l’Émirat de Transjordanie, les Britanniques fondent un département de la santé dont la mission est d’améliorer les conditions de vie de la population locale et plus particulièrement de lutter contre les maladies infectieuses et endémiques. Une des préoccupations des Britanniques consiste à diminuer la haute mortalité infantile qui menace le développement démographique du nouvel État. Bien que des considérations sur les conditions de pauvreté, de malnutrition et de manque d’hygiène dans lesquelles vit la population locale soient présentes dans les documents coloniaux, une grande partie de la responsabilité de la mortalité infantile élevée est attribuée aux femmes. Les fonctionnaires mettent l’accent sur le fait que les femmes ne connaissent pas les règles fondamentales pour l’élevage des enfants et, qui plus est, font appel aux matrones ou aux accoucheuses locales. Durant les années du Mandat (1921-1946), plusieurs médecins femmes, infirmières et sages-femmes, principalement britanniques, s’efforcent d’introduire de nouvelles pratiques dans le domaine de la santé maternelle et infantile. De petits ambulatoires réservés aux femmes sont institués dans deux villes du nord de la Transjordanie afin d’introduire des formes de surveillance minimale sur la santé des mères et des nouveau-nés ainsi que dans le but d’apprendre aux femmes les règles « modernes » de l’alimentation, de l’hygiène et de la gestion domestique. C’est le début d’un processus de mutation culturelle profonde qui va investir les conceptions du corps, de la sexualité, de la famille et plus largement du rôle des femmes au sein de la société locale. Les actrices de ce processus de médicalisation sont d’abord des femmes européennes parmi lesquelles on compte surtout des missionnaires et les épouses de fonctionnaires coloniaux. Toutefois, bientôt des femmes locales, envoyées se former en tant que sages-femmes et infirmières dans les hôpitaux de la Palestine britannique, commencent à travailler au sein des institutions médicales de l’Émirat dans le but d’élargir les services pour la santé maternelle et infantile. Elles contribuent ainsi à répandre des savoirs et des pratiques biomédicaux qui vont progressivement s’affirmer au détriment des connaissances et des usages locaux d’époque précoloniale. Dans cette communication j’entends analyser les politiques coloniales en matière de santé maternelle et infantile, mettant en avant leur impact sur les conceptions locales du corps féminin, de la sexualité et de la santé. Je vais en particulier explorer le rôle joué par les médecins, les sages-femmes et les infirmières européennes qui ont travaillé en Transjordanie, mettant en avant les différences et les similarités entre leurs attitudes et celles des femmes locales ayant reçu une formation biomédicale qui ont travaillé dans le domaine de la santé. J’entends montrer qu’il y a eu un large consensus autour du paradigme biomédical tant auprès des professionnels de la santé que des femmes transjordaniennes qui ont accepté assez rapidement les pratiques et les idées européennes en matière de santé maternelle.

Irène Maffi est Professeure d’anthropologie culturelle et sociale au Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale et à l’Institut des sciences sociales de la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne.

An “undesirable” politics in Bawku: containing civilizing controversies on a West African frontier (1920-1958)

The twin ravages of 19th century slave-raiding and 20th century colonial rule left their mark on northern Ghana and south-eastern Burkina Faso, characterizing the region as one of historical movement, instability and underdevelopment. With the abolishment of the Atlantic slave trade the region came under the yolk of European colonialism, quickly becoming an important source of labour for both French and British colonial economies. This out-migration of male labour – now institutionalized and increasingly routed toward the gold mines and cocoa plantations to the south – affected the household economies from which these labourers migrated. Kinship relations, domestic production, marriage agreements, as well as practices tied to them – such as circumcision – were transformed as a result of this increasing exploitation. Viewed by administrators of indirect rule as integral to African ‘community’ and the broader political and economic stability of the colonies, female circumcision and the gendered, patriarchal relations in which it is bound, were to be contained and veiled from metropolitan interest. This metropolitan interest, of which the “female circumcision controversy” of Kenya, East Africa, is indicative, was to be avoided in West Africa. And, as archival records aptly demonstrate, much effort was devoted to ensuring that such a controversy did not gain ground in the Ashanti hinterlands of West Africa; under the fragile guise of indirect rule “tradition” was to be a tool for economic exploitation, not an argument for civilizing mission.

This paper will address the ways in which colonial concerns of gender and political economy intersect to guide policies and interventions regarding female circumcision in West Africa. Taking cue from the works of Janice Boddy, Lynn Thomas and Liselott Dellenborg (among others) my study will move beyond the rather neat geographic and temporal periodization of the ‘female circumcision controversy’ in East Africa (1928-1931) to explore why gendered practices – particularly that of female circumcision – came to be seen as integral to political economic stability within this region of labour migration and indirect rule.  Methodologically, my paper will employ colonial archives from British and French West Africa, focusing specifically on correspondence from the Gold Coast and Upper Volta. I will also use the private papers of administrators, missionaries (Pères Blancs) and medical doctors active within this Anglo-French sphere of interest. Additionally, my study seeks to question the role of Rattray – the first government-commissioned anthropologist in the region – in shaping how administrators viewed these practices. In what ways did colonizers see the gendered practice of circumcision as a defence against the ravages of capitalist modernity, or ‘detribalization’ and it’s accompanying “gender chaos”, to quote Jean Allman. Moreover, in what ways did the colonized along this frontier region adapt and transform these practices in the face of colonial attempts to classify, contain and straightjacket ‘tradition’ for political economic ends? Rather than focus on the voices clamouring within both metropole and colony for legislation and eradication, this project will endeavour to explain ‘why’ these voices fell on deaf ears in West Africa, and how this colonial project of ‘non-intervention’ may have worked to complicate longer histories of African-led abandonment efforts.

Jessica V. Cammaert is Ph.D Candidate in the Department of History of Queen’s University (Ontario). Her research interests are sub-saharian Africa, political economy, development theory and pratice of World History, gender and sexuality.

Reproductive Health and Child Birth: Revisiting the Technological Intervention in Colonial Bengal

The proposed study seeks to engage with two things: first, it intends to explore the historical trajectory which made technological intervention in reproductive health and child birth in colonial Bengal a pressing medical imperative, and second, it will attempt to explicate the cultural implications of this intervention in an era of cultural transition from pre-modern to “modern” under the British rule. In recent writings on reproductive health, a sharp historical focus on the use of surgical instruments and its socio-cultural and technological implications for a tradition-bound society like India is curiously lacking. All the major scholarly interventions made so far in this direction have confined themselves to intermittent references to surgical instruments and their impact on the colonized. Even in nineteenth century Britain, when medical profession was characterized by tradition and prejudices about women was slow to recognize the real needs of women, the development of obstetrics and gynecology was not a smooth one. Indian medical world also was certainly not lacking in such problems. The same holds true of caesarian section which slowly crept into Indian medical vocabulary at the beginning of the twentieth century, but was slow to gain recognition. In fact, few more questions are in order: First, when did forceps make their foray into the Indian medical world and how exactly did they grope their way through the socio-cultural taboos that characterized the contemporary Bengali society? What was the implication of the use of such techniques for the Bengali society where the cultural and gender stereotypes often worked in tandem as major impediments to the free acceptance of any innovation? Given the fact that child birth was conventionally perceived as a natural process that warranted little technical intervention and was looked upon as an exclusively female domain, the impact of introduction of forceps merits fresh interrogation.

Arabinda Samanta is Professor of History in the University of Burdwan Golapbag (West Bengal, India) and Coordinator of the University Grant Commission Special Assistance Programme in New Delhi. Books Published: Malarial Fever in Colonial Bengal: Social History of an Epidemic. Kolkata, 2002 ; Rog Rogi O Rashtra (Disease, the Patients and the State) Kolkata, 2005 ; Praakitik Biparjaay O Manush (Natural Hazards and Man) Kolkata, 2006 ; The Revolt of 1857: Memory Identity History eds, Kolkata, 2009 ; Locating Epidemics: Colonial Bengal, 1920s- 1940s, (in Press).