Le « traditionnel », outil de discrimination de genre dans le Cameroun colonial

Cette intervenante n’a malheureusement pas pu venir au colloque.

Parmi les nombreux auteurs qui ont révélé et démontré la dualité du système colonial qui, d’un côté prétendait faire œuvre d’innovation et de civilisation, mais de l’autre, tirait largement profit de l’organisation économique « traditionnelle », très peu ont accordé une attention particulière à la position ou au vécu des femmes au sein de ces contradictions. Pourtant, les recherches sur l’histoire des femmes au Cameroun laissent à penser que cette situation a largement influé et modelé le rapport de ces dernières au fait colonial : d’abord, parce que, plus que les hommes, elles apparaissaient aux yeux des colonisateurs comme des êtres étranges car, passives et docilement soumises à des pratiques « traditionnelles » considérées comme inhumaines telles que la dot, la polygamie ; aussi parce que, de ce fait, elles étaient considérées comme devant être maintenues dans la « société traditionnelle », à l’écart de la dynamique coloniale et de ses constituants de base tels que, la scolarisation ou le salariat ; enfin parce que, en désespoir de cause, les femmes elles-mêmes ont souvent eu recours aux formes du « traditionnel » pour s’exprimer sur la scène publique dans différentes situations de contestations de l’ordre colonial. Ainsi, observe-t-on une exploitation du « traditionnel » dans la société coloniale (ou même dans la société camerounaise actuelle) et celle-ci traduit certainement une volonté et une stratégie de division, de discrimination et d’inégalité des sexes : une catégorie ayant l’apanage du moderne et de l’évolution, les hommes ; l’autre étant confinée au « traditionnel » et à l’invisibilité, les femmes.

Odile Chantal EKINDI CHATAP est chargée de cours au département d’histoire de l’Université de Yaoundé I (Cameroun).