« Le mal se trouve dans la consommation prématurée de l’union » : Mariages précoces, mission civilisatrice et politiques de la sexualité dans le Congo Belge de l’entre-deux-guerres

Au sein de l’Afrique sub-saharienne coloniale, le Congo a souvent été présenté comme le temple d’un paternalisme tatillon supposé caractériser les « méthodes » du régime colonial belge. Les politiques familiales et de genre en seraient d’ailleurs le parfait reflet – les images du zèle moralisateur des missionnaires, de l’encadrement matrimonial des travailleurs des grandes entreprises minières ou encore des intérieurs des « Évolués » des années 1950 reproduisant fidèlement le cadre d’une vie domestique bourgeoise européenne « modèle » sont là pour le prouver, et elles ont largement focalisé l’attention des historiens. En 1935, c’est pourtant l’une des personnalités les plus influentes du monde colonial belge qui, à l’encontre des ambitions pater/maternalistes de réforme morale généralement associées à la mission civilisatrice de la « colonie modèle », se prononce contre l’interdiction des mariages précoces, arguant d’une part des bienfaits de la « tradition », et d’autre part de ce que « le mal se trouve dans la consommation prématurée de l’union » – et non pas dans l’union elle-même. Cette contribution se propose d’interroger certaines spécificités supposées du Congo Belge en matière de politiques de la sexualité et de promotion de normes de genre à partir du cas des anxiétés et régulations relatives à l’âge de puberté des jeunes filles congolaises et aux mariages précoces. Surgissant sur la scène coloniale belge au début du XXe siècle dans un contexte international (celui de la « reprise » du Congo léopoldien) et métropolitain (notamment marqué par les mouvements de protection de l’enfance) agité, la question du « mariage des filles non nubiles » se révèle inséparable des évolutions de la gouvernance coloniale belge et du souci grandissant des pouvoirs coloniaux pour l’ordre de genre et la stabilité sociale de leurs territoires africains dans l’entre-deux-guerres. Elle offre l’opportunité de s’interroger sur la façon dont les liens entre hiérarchies raciales, genre et sexualité ont été redéfinis – pour être mieux réaffirmés. Une attention particulière sera notamment accordée à la manière dont ces débats mobilisent les ressources combinées de l’ethnographie et de la médecine, faisant du contrôle du corps sexué et maternel des femmes congolaises un enjeu majeur.

Amandine Lauro est Docteure en histoire (Université Libre de Bruxelles, 2009). Elle a consacré sa thèse aux politiques du mariage et de la sexualité au Congo Belge (« Les politiques du mariage et de la sexualité au Congo Belge 1908-1945. Genre, race, sexualité et pouvoir colonial »). Actuellement chercheur postdoctoral à l’ULB et à l’Université de Paris VII, elle a été en 2010-2011 Postdoctoral Visiting Fellow à l’Université de Cambridge.