Beyond the “civilising mission” female European agendas in the Middle East in the nineteenth century

Much useful insight into the gendered operations of colonialism has emerged from the study of women’s involvement as missionaries, teachers, reformers, and health specialists in colonial settings, and from wider cultural analyses of links between gendered ideas of domesticity and moral improvement and colonial agendas. However this reading of colonial histories also raises conceptual and ideological challenges. Does it confirm rather than critique conventional nineteenth century assumptions about “woman’s mission”, thereby marginalising or obscuring other aspects of women’s involvement in colonial settings?  Does it ignore European women’s use of colonial space and colonial privilege to resist dominant gender conventions?  Does it allow historians to explore tensions or inconsistencies within the gendered practices of colonial governance, culture and ideology?  This paper will explore these questions through a comparative analysis of texts produced by a number of French and English women involved in Egypt between the 1850s and the 1920s when European involvement there moved from commercial, cultural and diplomatic contact to the consolidation of colonial occupation. It will examine their interests in travel, archaeology, and local custom as well as their interests in anti-slavery, education, and health care, and suggest that “civilising” and moral agendas could co-habit with an appetite for the exotic, and with ambitions to establish “expert” or “insider” knowledge, or personal agency. It will consider whether in addition to ‘improving’ or “interpreting” colonial subjects, women’s agendas might include desires for pleasure and power, which fit neither nineteenth century expectations, nor some of the assumptions in the historiography of gender and empire. This discussion will thereby contribute to a sharper and more nuanced understanding of the conflicted character of European women’s involvement in colonialism in the Middle East.

Joanna de Groot is Senior Lecturer in History, University of York. Author of Imperialism and history writing in Britain 1750-2010, Manchester UP, forthcoming ; « War empire and the ‘other’: Iranian-European contacts in the ‘revolutionary’ and ‘Napoleonic’ eras » in R. Bessel, N. Guyatt and J. Rendall (eds.), War, empire and slavery in the revolutionary and Napoleonic era, Palgrave 2010 ; ‘Removing peoples; some comparative reflections’ in R. Bessel and C. Haake (eds), Removing peoples, Oxford UP, 2009 ; Religion, culture, and politics in Iran: from the Qajars to Khomeini, I. B. Tauris, 2007 ; ‘Metropolitan desires and colonial connections: consumption and empire 1750-1950’ in C. Hall and S. Rose (eds.), At home with the empire, Cambridge UP, 2006 ; ‘Oriental feminotopias? Montagu’s and Montesquieu’s « seraglios » revisited’, Gender and History, 2006 ; « Brothers of the Iranian race »: manhood, nationhood and modernity in Iran 1870-1914′ in S. Dudink, K. Hagemann, and J. Tosh (eds.), Masculinity in politics and war, Manchester UP, 2004, ‘ »Sex » and « race »: the construction of language and image in the nineteenth century’ in C. Hall (ed.), Cultures of empire, Manchester UP, 2000.

Dames employées à la Compagnie du Canal de Suez. L’“égyptianisation” du personnel féminin, 1941-1956

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Les « Services Égypte » de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez se caractérisent dès la fondation de la Compagnie (1858) comme un milieu de travail multiethnique et multiculturel, dont l’organisation hiérarchique et la division des fonctions se déroulent souvent selon des connotations « nationales », tout en maintenant une rigide ségrégation entre « Européens » et « Indigènes ». Aucun Égyptien ne figure dans les effectifs jusqu’à 1938, quand, à la suite du renouvellement de la Convention avec le gouvernement égyptien en 1935, la Compagnie accepte d’introduire progressivement « une certaine proportion de jeunes gens de nationalité égyptienne ». Il s’agit traditionnellement et durablement d’un « univers masculin ». A l’exception de quelques « stagiaires temporaires » qui arrivent à partir des années 1920 dans les fonctions de téléphonie et de télégraphie, c’est seulement pendant la Deuxième Guerre mondiale que les premières « dames auxiliaires » sont engagées, parmi lesquelles un certain nombre de femmes égyptiennes. La réorganisation du travail entamée à la fin de la guerre doit tenir compte des nouvelles revendications du personnel (notamment la stabilisation d’une partie du personnel auxiliaire et la « péréquation entre Égyptiens et non Égyptiens »), aussi bien que de l’évolution des rapports avec le gouvernement égyptien (notamment la renégociation en 1949 de la Convention) et de l’attitude de celui-ci à l’égard des compagnies industrielles, en particulier en ce qui concerne les « quotas » obligatoires de personnel égyptien. Dans ce contexte, la décision de la Compagnie de créer un rôle spécifique pour le personnel féminin et d’en accélérer « l’égyptianisation » se configure comme une stratégie d’organisation visant à mieux « utiliser le crédit de non Égyptiens », et se situe à la rencontre entre changement culturel et social lié à l’expérience de guerre ; priorités politiques du gouvernement égyptien dans l’après-guerre ; et recomposition des hiérarchies et des rôles de genre et de nationalité dans l’entreprise. Cette contribution, qui se fonde sur des archives inédites et fait partie d’un plus large projet en cours sur l’Italie et le canal de Suez, est une tentative de lier l’analyse micro-économique (histoire de l’entreprise) à l’évolution historique d’un contexte qui, bien que non proprement « colonial », en présente certaines caractéristiques, dans le but de poser un certain nombre de questions méthodologiques, notamment sur les modèles de « modernisation » du travail des femmes.

Barbara Curli est Professeure associée d’Histoire contemporaine et d’Histoire de l’intégration européenne (Chaire Jean Monnet) à l’Università della Calabria (Italie). Elle fait partie du Conseil de la Sissco, Società italiana per lo studio della Storia contemporanea ; du Comité éditorial des revues Il Mestiere di storico et Memoria e Ricerca et du Comité international de la revue Histoire Economie Société. Elle s’occupe d’histoire économique internationale et d’histoire du travail des femmes. Sur ce sujet, elle a publié Italiane al lavoro, 1914-1920, Marsilio 1998 ; Donne imprenditrici nella storia dell’Umbria, Franco Angeli 2005. Et parmi ses articles : « Tecnologie avanzate e nuovi « stili » manageriali. Marisa Bellisario dalla Olivetti alla Italtel », Annali di Storia dell’Impresa, 18, 2007, p. 127-169 ; « Le travail des femmes pendant la Première guerre mondiale : considérations récentes sur un long débat historiographique », Histoire et Sociétés, n.8, 2003, p. 85-96 ; « Women entrepreneurs and Italian industrialization. Conjectures and avenues for research», Enterprise and Society, III, 2002, n° 4, p. 634-656.