« Une enfance malgache » : la place des femmes malgaches dans le projet éducatif colonial des enfants métis – l’exemple des Hautes Terres centrales de Madagascar (1896-1960)

En 1896, Madagascar devient colonie française. Confrontées à l’apparition d’une population métisse qui les inquiète, les autorités coloniales élaborent une réponse à cette « question des métis ». L’enfance des enfants métis est alors considérée comme le moment charnière qui orientera leur trajectoire. C’est pour cette raison que le pouvoir décide de prendre en charge leur éducation, oscillant entre le souhait de les intégrer à la société européenne et la crainte d’en faire des « déclassés ». Toutefois, à Madagascar, en comparaison des autres colonies françaises, la prise en charge des métis par le pouvoir reste modeste : les familles conservent alors une place relativement importante dans l’éducation de leurs enfants. En particulier, un certain nombre des enfants métis ayant été délaissés par leur père européen, leurs mères malgaches jouent un rôle déterminant dans leur éducation. Mais même quand le père est présent, les femmes malgaches dans l’entourage de ces enfants métis – mères et grands-mères, nourrices et domestiques – participent de leur éducation sentimentale et sont alors le lien intime qui les unit à Madagascar. Nous nous attacherons ainsi à montrer comment les femmes malgaches ont interféré avec le projet éducatif colonial, contrebalançant l’objectif d’en faire des Européens par l’attachement à Madagascar qu’elles nourrissent. Pour construire notre argumentation, nous nous appuierons sur les archives officielles mais aussi sur les témoignages (récits de vie recueillis et autobiographies) et nous tenterons dans la mesure du possible de comparer la situation dans les Hautes Terres centrales à celle qui prévaut dans les autres colonies françaises.

Violaine Tisseau est Docteure de l’Université Paris Diderot – Paris 7, laboratoire SEDET. Sujet de thèse : « Métis et métissage, entre « Européens » et Malgaches, dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, de Jean Laborde à l’Indépendance (XIXe et XXe siècles) », sous la direction de Mme Rajaonah. Elle est l’auteure de « Faire dialoguer les cultures à Madagascar aux XIXe et XXe siècles. Couples mixtes et métis en Imerina. Le tombeau : enjeux et usages », Revue historique de l’Océan Indien, Saint-Denis de La Réunion, n° 5, 2009 ; « Les femmes métisses dans les Hautes Terres centrales de Madagascar, pendant la période coloniale », Cahiers du groupe Afrique Noire, Paris, Karthala, n° 23, 2007, p. 97-117.

Titre de la communication en référence au livre de Christian Dumoux, Une Enfance malgache, Paris, L’Harmattan, 2005, 150 p.