Héritières et amoureuses dispersées. De la réussite en affaires de quelques femmes du « camp d’Atar » (Mauritanie) dans les années 1930-1940

A cause de raisons techniques indépendantes de notre volonté, cette communication n’a pas pu être enregistrée. Nous nous en excusons.
Due to technical difficulties beyond our control, this paper could not be recorded. We wish to apologise.

Dans les années 1930-1940, à Atar, ville de l’Adrar mauritanien dans laquelle les Français ont installé une base militaire, une dizaine de baydhaniyyat1 se lancent dans le commerce, activité jusqu’alors réservée aux hommes. Quelques-unes d’entre elles sont devenues de grandes femmes d’affaires. Je dresserai le portrait de trois de ces femmes : Aminatou, fille d’un commerçant Atarois qui s’est enrichi « avec les Français ». Grâce à la fortune héritée, Aminatou lance ses activités commerciales avec succès. Elle voyage au Maroc, en Algérie et revend ses produits (tapis, bijoux, encens, tissus) au marché d’Atar et de la région. Les Atarois oublieront alors – ou feront mine d’oublier – qu’Aminatou est le fruit d’une union passagère entre un homme de bonne famille et son esclave ; Mokeltoum, fille de « bonne tente » désargentée, mariée, à contrecœur, par ses parents à un nassrani2 « sauveur », Monsieur Bruno. Cet homme, directeur de la Société Industrielle des Grandes Pêches3, a confié la gestion du comptoir commercial de la SIGP à son épouse qui profite alors de ces nouveaux réseaux pour développer son propre commerce (tissus, épices, sucre…). Mokeltoum, fortunée et adulée, mobilise ensuite ses connexions sociales pour la carrière politique de son mari ; Lala, jeune femme hartani4, qui de Atar à Thiès (Sénégal) s’enrichit grâce à ses fructueux vagabondages amoureux avec « les hommes du mess ». Elle investit peu à peu son capital dans le commerce et épouse un homme de très bonne famille, désargenté.

À l’indépendance du pays, ces femmes s’installent ensuite à Nouakchott5, capitale créée ex nihilo, et s’imposent définitivement comme de véritables businesswomen « première génération ». De Atar à Nouakchott, elles sont considérées, respectées et ce tout autant, voire plus encore, que leurs homologues masculins de l’époque, car elles ont su notamment se conformer aux schèmes de réussite érigés par les hommes : elles sont réputées pour leurs largesses, leurs générosités et leurs soucis permanents de redistribution sociale des biens accumulés. Elles ont cherché à devenir de grandes Dames, des femmes d’affaires, des femmes chefs de famille, des notables mais également des femmes respectueuses de l’Islam, des « hajj6 ». Pour ces pionnières, les trajectoires de réussite sont essentiellement liées à leurs capacités relationnelles, relations enchevêtrées à une présence masculine : un père, un flirt ou un mari en rapport étroit avec la présence coloniale (un administrateur français, des militaires français, un commerçant pour la base militaire française). Le succès affairiste de ces femmes – qu’elles soient des héritières ou des femmes passées maîtresses dans l’art de transformer leur capital beauté en capital financier – tisse un lien direct avec la présence coloniale. Mais, plus encore, au delà des dynamiques de réussite que révèlent ces récits de capitalisation, il convient de montrer comment ces liens avec « le camp7 » ont permis à ces femmes de modifier leurs trajectoires sociales et celles de leur entourage : Lala est confrontée à une destinée que ne laissait en aucun cas augurer sa naissance ; Mokeltoum, entre le XVIe arrondissement parisien et la Mauritanie, subvient aux besoin de tout son clan en pleine « période de disette (…) » et bien après encore ; Aminatou n’est plus la fille d’une esclave et d’un homme libre, elle est une riche femme d’affaire, fille d’un riche commerçant travaillant pour les Français.

Céline Lesourd est docteur en anthropologie sociale, affiliée au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS). Elle enseigne l’histoire-géographie au lycée français d’Addis Abeba. Elle est l’auteure de Au bonheur des dames, femmes d’affaires mauritaniennes de nos jours, Paris, Karthala, 2010 ; « Le Centre Commercial de Chinguetti à Nouakchott (Mauritanie). Promotion féminine ou égards promotionnels ? », Bulletin de l’APAD, 2009, p. 93-108 ; « Routes de commerçantes. Itinéraires de femmes. De quelques big women Mauritaniennes d’hier et d’aujourd’hui », in M. Cheikh & M. Péraldi (dir.) Routes, Voyages et Circulations au féminin entre Afrique et Méditerranée ». Paris, Le fennec Édition, 2009, p. 73-93 ; « Femmes mauritaniennes en politique. De la tente vers le puits ? », Année du Maghreb, 2007, p. 333-348 ; « Capital beauté. De quelques riches femmes maures », Politique Africaine 107, 2007, p. 63-80.

  1. Baydhân/baydhâniyya : homme/femme maure. []
  2. Nazaréen, le chrétien par extension, l’homme blanc. []
  3. La Société Industrielle des Grandes Pêches, créée en 1919, d’abord importatrice de biens de consommation, se spécialise ensuite dans la production de poisson séché et salé ; après la Seconde Guerre mondiale, elle investit dans la production de la poutargue. []
  4. Descendants d’esclaves affranchis. []
  5. Précisons également que ces vagabondages amoureux avec des militaires ou des administrateurs français ont été facilités par des hommes maures, des « courtiers de l’amour » qui, eux mêmes se sont lancés, avec succès, dans le commerce des produits tacitement réservés aux femmes. []
  6. Terme qui désigne celui qui a effectué son pèlerinage à la Mecque. []
  7. C’est ainsi que les Atarois désignent les infrastructures militaires de la ville. []