Écrit sur le corps : femmes et genre dans l’affaire Maria Hertogh (1950)

En 1950, le mariage d’une Néerlandaise de 13 ans avec un Malais de 22 ans dans la colonie britannique de Singapour scandalise les deux métropoles. Nommée « fille de la jungle », sa revendication par sa famille catholique hollandaise et sa mère adoptive musulmane malaise déclenche une controverse sans précédent. Par ailleurs, ce « mariage d’enfant » inspire à un Britannique de proposer une loi reculant l’âge du mariage. Cette proposition soulève l’intérêt du public pour les questions du bien-être de l’enfant, de la modernité et de la colonisation. Ces deux événements provoquent à Singapour la manifestation la plus sanglante – les émeutes de 1950. Mon travail retrace l’histoire de cette fille piégée entre deux puissances coloniales et le monde indigène à l’aube de l’ère post-coloniale en Asie du Sud-Est. J’analyse dans une perspective « trans-coloniale » la représentation et la revendication de cette fille afin de montrer les enjeux et les motivations des deux puissances européennes différentes. De plus, cette communication explore l’existence d’un espace public indigène et la naissance d’un mouvement féministe à Singapour – les exemples de l’autogestion des « gens ordinaires » – au travers d’une analyse de la controverse sur le mariage d’enfant. Situé au croisement de l’histoire de la sexualité, du corps et du colonialisme dans la situation critique à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, ce travail a pour but d’aborder l’importance du genre dans le contexte colonial.

Christina Wu est une étudiante de Laura Lee Downs à l’EHESS. Elle est l’auteur de “Under the Skin: Colonial-Local Anxieties of the Domestic Realm in the Maria Hertogh Controversy”, dans Monograph in Honour of Mubin Sheppard, Malaysian Branch of the Royal Asiatic Society (MBRAS), à paraître.