L’introduction de la santé maternelle et infantile en Transjordanie : le rôle des femmes dans les politiques coloniales, 1921-1946

Quelques années après la création de l’Émirat de Transjordanie, les Britanniques fondent un département de la santé dont la mission est d’améliorer les conditions de vie de la population locale et plus particulièrement de lutter contre les maladies infectieuses et endémiques. Une des préoccupations des Britanniques consiste à diminuer la haute mortalité infantile qui menace le développement démographique du nouvel État. Bien que des considérations sur les conditions de pauvreté, de malnutrition et de manque d’hygiène dans lesquelles vit la population locale soient présentes dans les documents coloniaux, une grande partie de la responsabilité de la mortalité infantile élevée est attribuée aux femmes. Les fonctionnaires mettent l’accent sur le fait que les femmes ne connaissent pas les règles fondamentales pour l’élevage des enfants et, qui plus est, font appel aux matrones ou aux accoucheuses locales. Durant les années du Mandat (1921-1946), plusieurs médecins femmes, infirmières et sages-femmes, principalement britanniques, s’efforcent d’introduire de nouvelles pratiques dans le domaine de la santé maternelle et infantile. De petits ambulatoires réservés aux femmes sont institués dans deux villes du nord de la Transjordanie afin d’introduire des formes de surveillance minimale sur la santé des mères et des nouveau-nés ainsi que dans le but d’apprendre aux femmes les règles « modernes » de l’alimentation, de l’hygiène et de la gestion domestique. C’est le début d’un processus de mutation culturelle profonde qui va investir les conceptions du corps, de la sexualité, de la famille et plus largement du rôle des femmes au sein de la société locale. Les actrices de ce processus de médicalisation sont d’abord des femmes européennes parmi lesquelles on compte surtout des missionnaires et les épouses de fonctionnaires coloniaux. Toutefois, bientôt des femmes locales, envoyées se former en tant que sages-femmes et infirmières dans les hôpitaux de la Palestine britannique, commencent à travailler au sein des institutions médicales de l’Émirat dans le but d’élargir les services pour la santé maternelle et infantile. Elles contribuent ainsi à répandre des savoirs et des pratiques biomédicaux qui vont progressivement s’affirmer au détriment des connaissances et des usages locaux d’époque précoloniale. Dans cette communication j’entends analyser les politiques coloniales en matière de santé maternelle et infantile, mettant en avant leur impact sur les conceptions locales du corps féminin, de la sexualité et de la santé. Je vais en particulier explorer le rôle joué par les médecins, les sages-femmes et les infirmières européennes qui ont travaillé en Transjordanie, mettant en avant les différences et les similarités entre leurs attitudes et celles des femmes locales ayant reçu une formation biomédicale qui ont travaillé dans le domaine de la santé. J’entends montrer qu’il y a eu un large consensus autour du paradigme biomédical tant auprès des professionnels de la santé que des femmes transjordaniennes qui ont accepté assez rapidement les pratiques et les idées européennes en matière de santé maternelle.

Irène Maffi est Professeure d’anthropologie culturelle et sociale au Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale et à l’Institut des sciences sociales de la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne.