La prostitution et sa réglementation au Vietnam des années 1860 aux années 1950 : réguler la rencontre coloniale

Parce qu’elle est une rencontre avec l’autre, la sexualité fascine et inquiète les autorités coloniales, et sur ce point le Vietnam ne fait pas exception. Incapables de surveiller l’ensemble de la sexualité, les autorités coloniales françaises se concentrent sur la prostitution dont la réglementation participe au maintien de l’ordre colonial. En effet, ce qui intéresse avant tout les autorités, c’est la rencontre entre colonisateurs et colonisé(e)s et si la prostitution domestique est largement ignorée, certaines Vietnamiennes en contact avec les colonisateurs sont parfois soumises à la même réglementation que les prostituées. En prenant l’exemple des chanteuses dans les années 1930 au Tonkin, cette intervention entend montrer que la gestion de la prostitution n’est pas une simple une question de mœurs, c’est une question politique qui participe à l’affirmation de la domination coloniale. L’élargissement de la réglementation de la prostitution, problématique et qui a provoqué un débat au sein des autorités coloniales concernées, débat dont on trouve la trace dans les archives, montre que la définition de la prostitution est à géométrie variable et sert à réguler la rencontre coloniale.

Ancienne élève de l’ENS-LSH, agrégée d’histoire, Isabelle Tracol-Huynh prépare actuellement une thèse sur la prostitution au Tonkin colonial (1873-1954) à l’Université Lyon 2 où elle est rattachée à l’Institut d’Asie Orientale (IAO).

Viêt Nam 1918-1945 : une modernisation genrée de l’éducation et de la culture

Ce fut dans le contexte de la colonisation française (1858-1945) qu’une telle modernisation s’est opérée. Après une étude plus large sur l’émergence de nouvelles perceptions et expérimentations de genre, je me propose de cerner de plus près les impacts de l’éducation et du nouveau contexte culturel dans lequel ont évolué les rapports de genre et l’autoaffirmation des femmes et des hommes modernes et modernistes, des féministes vietnamiennes de la première vague (1918-1945). L’éducation coloniale sera analysée dans une approche plus volontairement différenciée entre les élèves filles et garçons, non seulement au niveau des effectifs et du contenu de l’enseignement mais aussi et surtout dans les perceptions et expérimentations des actrices elles-mêmes, enseignantes et élèves. L’enseignement scolaire ne dépassait pas une dizaine d’années dans la majorité des cas. Mais les élèves, plus particulièrement les filles en furent marquées à vie par le sentiment d’appartenance à une nouvelle catégorie sociale, mieux, à une autre identité vietnamienne. Avec leurs homologues masculins souvent de mêmes générations et bénéficiant d’une instruction analogue à peine plus poussée, elles ont par ailleurs apporté leur contribution décisive à une modernisation en profondeur de la culture vietnamienne, notamment (mais pas seulement) dans les aspects de genre. Une modernisation qui, loin de renier ses origines, savait mettre à profit la richesse et la diversité des sources précoloniales. J’espère ainsi apporter des éléments utiles à une vision comparatiste et transnationale des femmes et du genre en contexte colonial.

Phuong Bui Tran dirige actuellement l’Université Hoa Sen (ex Ecole supérieure Lotus) à Hô Chi Minh Ville. Historienne formée en France, elle a assuré le cours d’histoire sur les femmes vietnamiennes à l’Université ouverte, celui d’histoire de la culture vietnamienne à l’Université Hoa Sen et à l’Université des Sciences sociales et humaines de Hô Chi Minh Ville. Elle a également été vice-doyenne de la Faculté d’histoire de l’Université pédagogique de Hô Chi Minh Ville. Elle est notamment l’auteure de « Femmes vietnamiennes pendant et après la colonisation française et la guerre américaine : réflexions sur les orientations bibliographiques », dans Anne Hugon (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Karthala, 2004 ; et d’une thèse de doctorat intitulée Viêt Nam 1918-1945, genre et modernité : émergence de nouvelles perceptions et expérimentations sous la direction de Françoise Thébaud, Université Lyon 2, 2008.