La femme planteur, archétype colonial en Indochine dans la première moitié du vingtième siècle

En 1992, un film à grand public mettant en scène une femme française à la tête d’une plantation de caoutchouc en Indochine sortit sur les écrans. À travers le portrait romanesque d’une femme incarnée par Catherine Deneuve, une certaine vision de la femme française aux colonies était donnée, moins d’un demi-siècle après la défaite de la France à Dien Bien Phu. Cette image avait-elle à voir avec la réalité du rôle joué par les femmes dans la colonisation économique de l’Indochine par la France dans la première moitié du XXe siècle ? Notre étude s’attachera d’abord à reconstituer l’histoire des « femmes planteurs » à partir de sources factuelles permettant d’approcher la démographie du groupe des planteurs de caoutchouc et, au sein de celui-ci, des femmes. Nous chercherons ensuite à évaluer la place que se firent les femmes dans les groupes de pression de planteurs et le regard que portèrent sur elles les hommes, planteurs mais aussi administrateurs coloniaux. Ce travail nous conduira à décrypter la représentation de la femme planteur, avatar féminin du paternalisme patronal aux colonies. Notre travail aura constamment comme préoccupation de confronter les représentations secrétées en situation coloniale et la réalité de cette situation. Nous tenterons en particulier d’identifier les rapports entre une minorité à la fois dominée et dominante d’une part – des femmes dans un monde d’hommes exerçant un rôle d’agent colonial – et une majorité économiquement, socialement et « racialement » dominée bien qu’appartenant au genre masculin, les coolies. Nous reviendrons enfin sur le sens des images données à voir dans les films mettant en scène les femmes planteurs en Indochine, en nous demandant si elles ne sont pas davantage révélatrices des représentations du fait colonial dans une société postcoloniale que de l’expérience historique propre au temps colonial.

Marianne Boucheret est professeure d’histoire-géographie en lycée et docteure en histoire. Sa thèse portait sur Les plantations de caoutchouc en Indochine de 1906 à 1954, soutenue à Paris 1 – Sorbonne en 2008. Elle est l’auteure de : « Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’État du début du XXe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale » dans BONIN Hubert, HODEIR Catherine, KLEIN Jean-François, L’esprit économique impérial (1830-1970) ? Groupes de pression et réseaux du patronat colonial en France et dans l’empire, Paris, SFHOM, 2008 ; « Le triomphe du caoutchouc », Les collections de L’Histoire, n° 23, avril-juin 2004 ; « De l’histoire coloniale à l’histoire nationale, les enjeux de la question du pouvoir colonial », Cahiers d’histoire, n° 85, 2001, p. 7-12 ; « Le pouvoir colonial et la question de la main d’œuvre en Indochine dans les années vingt », Ibidem, p. 29-56.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.