La Mission Laïque Française au féminin : le Comité des Dames, 1900-1940

Dix ans après la création de la Mission Laïque Française (MLF) en 1902 par l’instituteur Pierre Deschamps, un groupe de femmes s’engage étroitement dans cette entreprise coloniale qui se donne pour objectif de diffuser la civilisation française laïque « dans les colonies et à l’étranger ». A l’invitation du Conseil d’Administration de la MLF mais aussi à l’initiative de Madame J. Potel, le Comité des Dames, la branche féminine de la MLF, voit le jour en mai 1912. Immédiatement opérationnel, le Comité des Dames se lance dans les activités de l’enseignement outre-mer des jeunes filles. Cette présentation adopte une double approche pour étudier le Comité des Dames de la MLF. D’une part, elle analyse le rôle structurant de ce Comité au sein de la MLF même (quel rôle réel joue le Comité des Dames dans le processus décisionnel de la MLF dont le Conseil d’Administration est constitué exclusivement d’hommes) ainsi qu’auprès du dispositif enseignant de la Mission Laïque (quelle est la part consacrée à l’enseignement féminin dans l’ensemble des activités d’instruction de la Mission et gère-t-il le Comité des Dames). D’autre part, cette étude s’intéresse au personnage de Madame J. Potel, inspectrice de l’Enseignement primaire de la Seine et vice-présidente du Comité des Dames, qui adhère à et promeut pleinement la mission civilisatrice européenne au même titre que ses homologues masculins de la MLF, organisme non gouvernemental mais qui est, toutefois, subventionné en partie par Paris, notamment pour ses activités d’enseignement là où la France exerce une influence politique et culturelle. Les informations écrites et iconographiques sont prises, pour la plupart, dans les numéros mensuels du Bulletin de la Mission Laïque Française et de la Revue de l’Enseignement Colonial ainsi que dans des journaux français entre 1912 et la Deuxième Guerre mondiale. Ce travail d’archive et de bibliothèque est analysé dans le cadre d’une réflexion sur ‘femme et genre en contexte colonial’, notamment du point de vue de l’analyse de l’engagement politique des Françaises dans l’enseignement outre-mer féminin et de leur positionnement vis-à-vis de la politique culturelle de la France coloniale.

Randi Deguilhem (IREMAM-MMSH, Aix-en-Provence) travaille sur l’histoire sociale et culturelle du Proche-Orient moderne et contemporain. Elle est notamment l’auteure de : « ‘Gender Blindness’ et l’influence sociétale à Damas à la fin de l’Empire ottoman : des femmes qui créent et administrent les fondations pieuses », HAWWA : Revue de la femme au Moyen-Orient et du monde musulman n° 1/3, Brill, 2003, p. 329-350 ; « Consciousness of Self: The Muslim Woman as Creator and Manager of Waqf Foundations in Late Ottoman Damascus », in Amira El-Azhary Sonbol (dir.), Beyond the Exotic. Women’s Histories in Islamic Societies, Syracuse University Press, 2005, p. 102-115 ; « Women, Gender and Waqf: Ottoman », Encyclopedia of Women and Islamic Cultures : EWIC, v. 5 : Pratiques, Interprétations et représentations, sous la dir. de Suad Joseph, Brill, 2007, p. 384-388, et du documentaire Paroles de Syriennes (en français, sous-titré en anglais), 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.