Discours publics sur la place des femmes antillaises : entre rôle traditionnel et nouvelles aspirations (début du XXe siècle)

Cette communication se propose d’analyser le discours de la société sur la place des femmes des Antilles françaises. Dans les premières décennies du XXe siècle, les femmes des Antilles françaises ont acquis progressivement plus de visibilité dans l’espace public, notamment grâce à la création de sociétés féminines de prévoyance et, pour un petit nombre, par l’adhésion au parti socialiste. L’implication manifeste d’un groupe de femmes guadeloupéennes à travers les journaux qu’elles fondèrent en 1912 et 1918 suscita de nombreux débats dans la société, en particulier concernant le droit de vote. Même si leurs revendications ne reçurent qu’un faible écho dans la société, elles permettent de mieux entrevoir l’articulation des relations hommes/femmes dans la société coloniale. Les témoignages hostiles dans les journaux de l’époque, de même que les discours tenus lors de distribution de prix dans les écoles de filles vont être analysés afin de montrer l’écart entre le discours majoritaire sur la place des femmes dans la société antillaise et les revendications émergentes. En se positionnant comme fer de lance de la régénération de la société, par leur action sociale et l’éducation, les femmes demeuraient l’instrument de cette idéologie. Comment les hommes concevaient-ils le rôle des femmes antillaises ? Comment les femmes se sont approprié cette vision tout en l’innovant ? Comment combinaient-elles leur rôle traditionnel et des revendications plus politiques ?

Clara Palmiste est actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche au département pluridisciplinaire de l’Université des Antilles Guyane. En 2004, elle a soutenu sa thèse intitulée « La librairie sévillane dans la première moitié du XXe siècle » qui portait sur l’organisation des métiers du livre et les réseaux de diffusion de l’imprimé à Séville au XVIIIe siècle à l’Institut Universitaire Européen de Florence. Elle a poursuivi ses recherches sur les réseaux internationaux de vente du livre à Séville et sur l’instruction des femmes aux Antilles françaises dans une perspective comparatiste avec la Caraïbe hispanophone. Ses récentes publications : « L’utilisation de la mémoire de l’esclavage dans les revendications des féministes guadeloupéennes (1918-1921) », dans Colonialismes, Revue Sextant, Éditions de l’Université Libre de Bruxelles, 2008 ; « Des sociétés féminines de secours mutuel aux premières organisations féminines politisées en Guadeloupe et en Martinique au début du XXe siècle », dans Bulletin de la société d’histoire de la Guadeloupe, n° 154, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.