Les Tunisiennes et la radio au temps du protectorat, années 1930-1950

L’histoire de la radio dans le Maghreb sous domination coloniale reste relativement ignorée. Faute de sources, les chercheurs se sont d’abord intéressés au média sous l’angle de la propagande : l’influence politique des émissions arabes des radios fasciste et nazi, puis des voix panarabes ou nationalistes de la radio égyptienne et du FLN, fut la première interrogée. Nous commençons seulement à nous pencher sur les acteurs des radios locales et sur la réception de ces stations parmi les populations marocaines, algériennes ou tunisiennes. Plusieurs travaux novateurs, notamment ceux de Kate Lacey et Andrew Stuart Bergerson sur l’Allemagne[1], ont montré les effets du média radiophonique sur des catégories « subalternes » comme les jeunes et les femmes. Ces problématiques prennent d’autant plus de sens en situation coloniale. En Tunisie, les femmes musulmanes comptent parmi les premières auditrices visées par la création du poste d’État, Tunis-PTT (plus connu par la suite sous le nom de Radio-Tunis), en octobre 1938. L’écoute publique et collective est alors très importante dans le pays (dans les « cafés maures », les boutiques des souks, chez les coiffeurs) et ces auditions sont particulièrement redoutées par les autorités françaises qui craignent les troubles politiques. Celles-ci s’efforcent donc d’introduire le poste de TSF dans les foyers avec l’espoir de gagner un public considéré comme reclus, les femmes, dans un esprit de « conquête des cœurs ». Les émissions féminines (causeries sur l’art culinaire, etc.) sont d’ailleurs très rapidement mises en place. Le développement des programmes arabes, dans les stations régionales comme à Radio-Tunis, offre de nouvelles opportunités d’emploi à quelques femmes tunisiennes. Des speakerines, à l’image de Arbia Zaouche, mais aussi des chanteuses accèdent à la sphère publique. Si les chanteuses tunisiennes étaient déjà engagées dans un mouvement de reconnaissance – sous l’action de Mustapha Sfar, cheikh el-médina, qui entend moraliser la profession –, c’est grâce à Radio-Tunis qu’elles accèdent véritablement à la notoriété. Leur art, et à l’occasion leurs mœurs (comme l’illustre l’exemple de Chafia Rochdi), sont désormais commentés et débattus dans la presse. La réception des émissions radiophoniques par les auditrices tunisiennes, juives et musulmanes, pose également question. La radio a pu symboliser une fenêtre sur le monde pour les femmes au foyer. Nous constatons toutefois que les auditrices sont davantage attachées aux stations locales que les hommes qui, bénéficiant d’un meilleur accès à l’éducation, plébiscitent plus fréquemment les programmes en arabe littéraire des stations étrangères (Berlin et Rome durant les années 1930-1940 puis Le Caire et Londres). Le poste de TSF et son contrôle constituent un véritable enjeu entre les générations comme entre les sexes. Son emplacement dans la maison (dans le salon, dans la chambre, etc.), le type d’écoute (familiale et/ou individuelle) sont autant de variables qui permettent de définir plusieurs catégories d’auditrices, bien loin de « la Tunisienne » fantasmée par les autorités coloniales.

Morgan Corriou est archiviste paléographe, ATER en histoire contemporaine à l’université de Bretagne-Sud. Elle a soutenu en septembre 2011 sa thèse Un nouveau loisir en situation coloniale : le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956) à l’université Paris Diderot – Paris 7 (SEDET), sous la direction du professeur Omar Carlier.



[1] Cf. Kate Lacey, Feminine Frequencies: Gender, German Radio, and the Public Sphere, 1923-1945 (Ann Arbor, University of Michigan Press, 1996) et Andrew Stuart Bergerson, “Listening to the Radio in Hildesheim, 1923-1953” (German Studies Review, 2001, n° 1, p. 83-113).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.