Les “chatouilleuses” maoraises. De la lutte contre l’Indépendance à la départementalisation (1960-1975)

C’est précisément au moment où les pays africains prennent leurs indépendances que les femmes de Mayotte, une des quatre îles de l’archipel des Comores, entrent en politique. Rapidement, le combat contre la décolonisation et pour la départementalisation, qui était jusque-là une affaire de la notabilité (masculine) devient le leur. Avec elles, il ne s’agit plus seulement d’une question politique mais aussi de conditions économiques. C’est une position singulière dans l’empire colonial français et au-delà. Les femmes de Mayotte ont contribué au détachement de l’île du reste de l’archipel qui accède à l’indépendance en 1975 et au maintien de l’île dans le giron français. Ce combat contre l’indépendance du pays est à contre courant de l’histoire, pourtant les « matrones » de Mayotte sont devenues des héroïnes. Pour le gagner, elles ont employé la ruse, le défi et même la violence. La figure emblématique de cette lutte, Zena Mdéré a été une maîtresse à l’école coranique, malgré cela, elle a entraîné ses congénères au-delà de ce que permettent à une femme l’Islam et la société comorienne. Pourtant, elle n’a pas été jusqu’au bout de ce qu’aurait pu être la revendication d’une modernité. Après la victoire, les hommes reprennent les devants en politique. Les femmes de Mayotte restent « éveillées » comme dit leur slogan (« Ra Hachiri ») mais retournent aux fourneaux en laissant toutes les responsabilités aux notables locaux. Qu’est-ce qui donnait sens à leur combat ? Quelles évolutions dans cette société musulmane a permis aux femmes de Mayotte de sortir dans les rues et de se lancer dans le combat politique ? Quelles avancées le combat des femmes maoraises a-t-il apporté à toutes les femmes de l’île, voire de l’archipel ? Il est possible de reconstituer l’histoire du combat des femmes maoraises en prenant en compte les documents administratifs, notamment ceux de la police coloniale, les coupures de journaux et les enquêtes orales.

Mahmoud Ibrahime a étudié l’histoire aux universités de Paris 1 et Paris 7. Il est docteur de l’Université Denis Diderot – Paris 7 depuis 2004 (Mention Très honorable et félicitations du jury) et rattaché au laboratoire Sedet. Il est l’auteur de nombreux articles et livres sur l’histoire des Comores et des rapports de la colonisation avec la France, dont trois fondamentaux : État français et colons aux Comores (1912-1946), Paris, L’Harmattan, 1997 ; La naissance de l’élite politique comorienne (1945-1975), Paris, L’Harmattan, 2000 ; Saïd Mohamed Cheikh. Parcours d’un conservateur. Une histoire des Comores au XXe siècle, KomEdit, Moroni, 2008. Il est le fondateur et directeur de la revue Tarehi consacrée depuis 2001 à l’histoire des Comores. Professeur d’histoire-géographie depuis 1996, il exerce actuellement à Mayotte, où il est également le correspondant du journal Al-Watwan.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.